Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


older | 1 | .... | 34 | 35 | (Page 36) | 37 | 38 | .... | 123 | newer

    0 0

    oui
    16. Juillet 2014 - 19:30» 21:00
    Mercredi 16 juillet 2014, 19h30




    Conférence-performance, introduite par Catalina Lozano (en anglais)

    Avec La Chorégraphie du travail, Romana Schmalisch s'intéresse aux différentes stratégies, historiques et contemporaines, d'efficacité et d'éducation appliquées au corps: après avoir exposé aux techniques développées par le chorégraphe et notateur Rudolf Laban pour améliorer l'efficacité du corps à l'usine, l'artiste s'est intéressé aux différents programmes de formation professionelle des agences pour l'emploi en banlieue parisienne visant à rendre les chômeurs "aptes"à répondre aux demandes du marché.
    Pour cette conférence-performance au Crash Pad, Schmalisch réinvestit Mobile Cinema, un dispositif de cinéma populaire itinérant, servant d'outil de médiation pour parler des relations entre art et travail.

    Où?
    Crash Pad c/o KW Institute for Contemporary Art, Auguststraße 69, 10117 Berlin (Allemagne). Dans le cadre de la 8ème Biennale de Berlin.

    Entrée libre, places limitées

    Plus d'informations (en anglais):
    www.berlinbiennale.de


    Photographie par Romana Schmalisch

    Standard

    Mots-clés: 

    conférence-performance

    0 0
  • 07/11/14--03:07: Presentation
  • non
    Morphing Castalia

    Glass Bead is an art journal and a research platform concerned with transferals of knowledge across art, science and philosophy, as well as their practical and political dimensions. Prior to its launch in 2015, Glass Bead is undertaking a year of inquiry in the form of an audio research program and a series of public events. Launched in New York in April 2014, this inquiry is pursued this autumn in Les Laboratoires d’Aubervilliers.

    The world imagined by Herman Hesse in The Glass Bead Game (Das Glasperlenspiel, 1943) located the possibility of synthesizing all forms of knowledge in a game played by a group of intellectuals settled in Castalia, a fictional province of central Europe secluded from the world and its historical and political vicissitudes. Considering Castalia as an idealized image of the modern and universalist project now in ruins, this week of residency at Les Laboratoires d’Aubervilliers will investigate how new synthetic methods in mathematics (diagrammatic logic and category theory) have come to radically transform its landscape and open possibilities for navigating between heterogeneous and increasingly specialized epistemic sites.

    Through a series of public events and interviews, this week will unfold as an exploration of these methods, their impact on contemporary natural and cultural sites, and their consequences for art practices. An event organized by Fabien Giraud, Jeremy Lecomte, Vincent Normand, Ida Soulard and Inigo Wilkins.

    Mots-clés: 

    • research
    • platform

    0 0
  • 07/11/14--03:36: Presentation
  • non
    Morphing Castalia

    Glass Bead est un journal et une plateforme de recherche internationale qui s'intéresse aux transferts de savoirs entre l'art, les sciences et la philosophie, ainsi qu'à leurs dimensions pratiques et politiques. Avant son lancement prévu en 2015, Glass Bead entreprend une année d'enquête, sous la forme d’un programme radiophonique et d’événements publics. Initiée à New York en avril dernier, cette enquête se poursuit cet automne aux Laboratoires d'Aubervilliers.

    Le monde décrit par Hermann Hesse dans Le Jeu des perles de verre (Das Glasperlenspiel, 1943) inscrivait la possibilité de synthétiser toutes les formes de la connaissance dans un jeu mis en place par un groupe d’intellectuels installé à Castalia, province fictionnelle d’Europe centrale, retirée du monde et de ses vicissitudes historiques et politiques. Considérant Castalia comme une image idéalisée du projet moderne et universaliste désormais en ruine, cette semaine de résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers s'intéressera à la manière dont de nouvelles méthodes synthétiques issues des mathématiques (logique diagrammatique et théorie des catégories) ont radicalement transformé son paysage, et ouvert de nouvelles possibilités de navigation entre des sites épistémiques hétérogènes et de plus en plus spécialisés.

    À travers une série d’évènements publics et de rencontres, cette semaine proposera d’explorer ces méthodes, leur impact sur divers sites culturels et naturels, et leurs conséquences pour les pratiques artistiques. Un événement organisé par Fabien Giraud, Jeremy Lecomte, Vincent Normand, Ida Soulard et Inigo Wilkins.

    Mots-clés: 

    • recherche
    • plateforme

    0 0
  • 07/11/14--06:58: Yael Davids
  • non

    tag artiste: 

    Yael Davids

    Type d’artiste: 

    Author

     

    Yael Davids, artiste d’origine israëlienne, vit et travaille à Amsterdam. Elle a étudié les beaux arts au Gerrit Rietveld Academie (Amsterdam), la sculpture au Pratt Institute (New York) et la chorégraphie et la danse à la Remscheid Academie (Remscheid).

    Sa pratique combine des travaux performatifs qui impliquent la présence physique de l’artiste ou la chorégraphie d’autres, ainsi que des installations dans des espaces de musées ou galeries dans lesquelles les éléments présents sont autant de repères marquant l’espace (à l’image des scotchs marqueurs sur scène). Dans ses travaux récents, le développement d’une partition, d’un script, et sa manière de les inscrire dans un espace, un corps et un objet, sont devenus essentiels.

    L’oeuvre de Yael Davids s’intéresse à l’émergence de soi comme résultat de la corrélation entre le collectif et l’expérience individuelle. Elle explore les règles, les normes et les symboles constitutifs de certains groupes sociaux pour les confronter à sa propre connaissance, son histoire personnelle, et à l’histoire collective. Puisant dans ces flux de références, l’artiste aborde la réalité sociale moins comme un état donné qu’un enchevêtrement complexe, construit en interaction avec les subjectivités individuelles.


    0 0
  • 07/11/14--07:04: Yael Davids
  • non

    tag artiste: 

    Yael Davids

    Type d’artiste: 

    Author

    Yael Davids, Israeli born, works and lives in Amsterdam. She studied Fine Arts at the Gerrit Rietveld Academie (Amsterdam), sculpture at the Pratt Institute (New York) and Choreography and Dance Pedagogy at the Remscheid Academie (Remscheid).

    Her practice combines a mixture of performative works that involve the artist’s physical presence or else, the choreography of others alongside gallery-based installations, in which the elements appear to provide coordinates for the space (much like tape marks on a stage). In her recent works, the development of a script and how to inscribe this onto space and body and object, has come to play an essential part.

    Davids oeuvre is concerned with the emergence of the self as a result of the correlation between the collective and the individual experience. She explores the rules, norms and symbols found in particular social groups to confront them with her self-knowledge, biography and with a more general history. By taking on these in-flux sources of references, Davids investigates social reality not as a given, but instead a complex fabric constructed in a feedback with individuals subjectivities.


    0 0
  • 07/11/14--02:59: Glass Bead
  • non

    tag artiste: 

    Glass Bead

    Type d’artiste: 

    Author

    Glass Bead est un journal et une plateforme de recherche internationale qui s'intéresse aux transferts de savoirs entre l'art, les sciences et la philosophie, ainsi qu'à leurs dimensions pratiques et politiques. Avant son lancement prévu en 2015, Glass Bead entreprend une année d'enquête, sous la forme d’un programme radiophonique et d’événements publics. Initiée à New York en avril dernier, cette enquête se poursuit cet automne aux Laboratoires d'Aubervilliers.
    Initié en 2012 par Fabien Giraud et Ida Soulard, Glass Bead est un projet développé par Fabien Giraud, Jeremy Lecomte, Vincent Normand, Ida Soulard et Inigo Wilkins.

    www.glass-bead.org


    0 0
  • 07/11/14--03:00: Glass Bead
  • non

    tag artiste: 

    Glass Bead

    Type d’artiste: 

    Author

    Glass Bead is an art journal and an international research platform concerned with transferals of knowledge across art, science and philosophy, as well as their practical and political dimensions, undertaking a year of inquiry in the form of an audio research program and a series of public events. Launched in New York in April 2014, this inquiry is pursued this autumn in Les Laboratoires d’Aubervilliers. The journal and platform will be launched in 2015. Glass Bead is developed and run by Fabien Giraud, Jeremy Lecomte, Vincent Normand, Ida Soulard and Inigo Wilkins, and was initiated in 2012 by Fabien Giraud and Ida Soulard.

    www.glass-bead.org


    0 0
  • 07/11/14--07:18: Présentation
  • non
    La distance entre V et W

    Distance between V and W

    The practice of Yael Davids, between installations and performances, is developped at the crossroad between personnal and political narratives and domains. The body as a vessel, is anchor point of her artistic practice, is seen as a welcoming space, where conflicts and convergences are activated. Being a sort of documentary channel, it records the present and bears the marks of history. It is a source of knowledge, and a dynamic space of rewriting.

    Later, Yael Davis grew an interest in the modernism project, due to its link to Zionism. She sees in the modernism project an activate force for the Zionism project - both projects marked as a promise and a threat. Yael Davids aims, during her residency at les Laboratoires, at developping her research in a collaborative way, especially through two workshops. One will be a reading and writing workshop around three French Jewish authors from the 20th century, Georges Perec, Simone Weil and Simone Veil, whom experiences of life and litterature she wishes to cross. The other workshop is a class of the Feldenkrais method, that the artist will give to a group of women living in Aubervilliers, linked together by a common somatic language, for the time of the workshop.

    These researches in act will find a public solving through a series of forms - publications, exhibition, performances - in early 2015, partially elaborated in dialogue with artists Jill Magid and Dora Garcia, with whom she started to work occasionnaly a few years ago.


    Yael Davids:
    "The intolerant root: revisiting the concept of the root, I came to understand, in relation to my background, that where there is a root, there is a potential for an exile, a rupture with a potential for affliction.  Yet, I would like to imagine other conceptual alternatives such as the form of the parasite that negates the idea of a single root and the concept of nomadism that suggests a different sort of attachment to the roots.  
    “Zionism as part of the modernist project: I would like to investigate Zionism as part of the modernist project - the birth of a nation in relation to utopian thoughts that impose a “new start” and create a rupture with the realities of that time. There is a paradoxical movement in Zionism. It claimed the “right for the root” while simultaneously it was part of the paradigm of creating ”a new beginning”. This “new beginning” broke different continuities such as the reality and the life in Palestine before the arrival of Zionism, and the reality and the life of the Jewish immigrants before their “Alia” to Israel."


    With the support of the program of international residencies of the Ville de Paris/Institut Français aux Récollets

    Mots-clés: 

    • visual arts
    • writing
    • movement

    0 0
  • 07/11/14--07:09: Présentation
  • non
    La distance entre V et W


    La pratique de Yael Davids, entre installations et performances, s’élabore à l’intersection des narrations et des champs personnels et politiques. Le corps est le point d’ancrage de sa pratique artistique, conçu comme un espace d’accueil et d’activation de convergences et de conflits. Tel un canal documentaire, il enregistre le présent et porte les stigmates de l’histoire. Il est une source de connaissance et un espace dynamique de réécriture.

    Yael Davids s’intéresse au projet moderniste comme force agissante du sionisme, et aux potentiels de menace et de promesse portés par ces deux concepts. Elle entend, durant sa résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers, déployer ses recherches de manière collaborative, via notamment la mise en place de deux ateliers. L’un est un atelier de lecture et d’écriture de trois auteurs juifs français du XXe siècle, Georges Perec, Simone Weil et Simone Veil, dont elle souhaite croiser les expériences de vie et de littérature. L’autre est une classe de «méthode-feldenkrais» que l’artiste se propose d’enseigner à un groupe de femmes d’Aubervilliers, reliées le temps de ces ateliers par un langage somatique commun.

    Ces recherches en acte trouveront une résolution publique à travers un certain nombre de formes - des éditions, une exposition et une série de performances - au début de l’année 2015, en partie élaborées en dialogue avec deux autres artistes, Jill Magid et Dora Garcia, avec lesquelles elle collabore depuis quelques années.

    Yael Davids:
    «La racine intolérante: en repensant au concept de racine, par rapport à mes origines, j’ai compris que la racine suppose l’exil. Elle porte en elle l’exil possible, comme rupture avec un malheur potentiel. Pourtant, je souhaiterais penser à d’autres alternatives conceptuelles, à une forme parasitaire niant l’idée de racine unique, ou bien au concept de nomadisme, qui suggère une autre forme d’attachement à la terre, d’enracinement.

    Le sionisme, incarnation d’un projet moderniste: j’aimerais questionner le sionisme en tant que projet moderniste – la naissance d’une nation en lien avec la pensée utopique d’un «nouveau départ», créant une rupture avec les réalités de l’époque. Le sionisme porte ce paradoxe de prétendre au «droit des racines», tout en incarnant le paradigme de créer un «nouveau départ». Ce «nouveau départ» à brisé une série de continuités: la réalité de la vie en Palestine avant l’irruption du sionisme, la réalité de la vie des immigrants juifs avant leur «Alia» en Israël.»


    Avec le soutien du programme de résidences internationales Ville de Paris/Institut Français aux Récollets

    Mots-clés: 

    • arts visuels
    • écriture
    • mouvement

    0 0

    non
    2. Décembre 2014 - 11:00» 18:30
    Mardi 2 décembre 2014 (11h, 13h, 17h, 18h30)


    Dans le cadre de sa résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz propose un rendez-vous par semaine, entre septembre et décembre 2014. L'occasion d'opérer une mise au point d’un projet itinérant entamé il y a cinq ans, d’enquête sur les modalités et transformations de la perception. Au cours de ces journées, elle activera deux des dispositifs qui constituent le cœur de sa pratique.

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) est une expérience pour un spectateur et un guide, qui au cours d’une balade silencieuse d'une heure dans une ville, tissent une relation particulière entre marcher, voir et toucher.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille s’adresse également à un seul spectateur à la fois, reposant cette fois-ci sur l’expérience d’un corps immobile plongé dans le noir, mis en mouvement par le toucher et l’espace sonore qui se déploie avec et autour de lui.

    Ce projet est développé en collaboration avec Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    Dates, horaires:
    Les mardis 23, 30 septembre; 7, 14, 28 octobre; 4, 11 novembre; 2, 9, 16 décembre aux horaires suivants: 11h, 13h, 17h, 18h30.

    Rendez-vous:

    Pour prendre rendez-vous pour l'un ou l'autre de ces dispositifs (à préciser), contactez-nous par teléphone au 01.53.56.15.90 ou par mail à reservation@leslaboratoires.org

    Standard

    Mots-clés: 

    expériences perceptives

    0 0

    non
    11. Novembre 2014 - 11:00» 18:30
    Tuesday 11th November 2014 (11am, 1pm, 5pm, 6.30pm)


    In the context of her research residency at Les Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz proposes this fall a series of public openings. An opportunity to operate a first adjustment on a wandering project, initiated five years ago, focused on the modalities and the possible transformations of perception. During these days, she will activate two experiential devices which constitute the core of her artistic practice.

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) is an experience for a spectator and a guide who, during an hour of silent walk in a given city, weave a specific relationship between walking, seing and touching.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille is also made for one spectator at a time. It consits in the experience of a motionless body plunged into darkness. The device relies on the sense of touch and on the sound space that spreads out around and with the spectator.

    This whole project is developped in collaboration with Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    Dates, schedule:
    On Tuesdays 23, 30 September; 7, 14, 28 October; 4, 11 November; 2, 9, 16 December, at 11 am, 1 pm, 5 pm and 6.30 pm.

    Appointments:

    To attend one or the other process, please contact us by phone at 01.53.56.15.90 or by e-mail at reservation@leslaboratoires.org

    Standard

    Mots-clés: 

    perceptive experiences

    0 0

    non
    28. Octobre 2014 - 11:00» 18:30
    Mardi 28 octobre 2014 (11h, 13h, 17h, 18h30)


    Dans le cadre de sa résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz propose un rendez-vous par semaine, entre septembre et décembre 2014. L'occasion d'opérer une mise au point d’un projet itinérant entamé il y a cinq ans, d’enquête sur les modalités et transformations de la perception. Au cours de ces journées, elle activera deux des dispositifs qui constituent le cœur de sa pratique.

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) est une expérience pour un spectateur et un guide, qui au cours d’une balade silencieuse d'une heure dans une ville, tissent une relation particulière entre marcher, voir et toucher.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille s’adresse également à un seul spectateur à la fois, reposant cette fois-ci sur l’expérience d’un corps immobile plongé dans le noir, mis en mouvement par le toucher et l’espace sonore qui se déploie avec et autour de lui.

    Ce projet est développé en collaboration avec Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    Dates, horaires:
    Les mardis 23, 30 septembre; 7, 14, 28 octobre; 4, 11 novembre; 2, 9, 16 décembre aux horaires suivants: 11h, 13h, 17h, 18h30.

    Rendez-vous:

    Pour prendre rendez-vous pour l'un ou l'autre de ces dispositifs (à préciser), contactez-nous par teléphone au 01.53.56.15.90 ou par mail à reservation@leslaboratoires.org

    Standard

    Mots-clés: 

    expériences perceptives

    0 0

    non
    4. Novembre 2014 - 11:00» 18:30
    Mardi 4 novembre 2014 (11h, 13h, 17h, 18h30)


    Dans le cadre de sa résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz propose un rendez-vous par semaine, entre septembre et décembre 2014. L'occasion d'opérer une mise au point d’un projet itinérant entamé il y a cinq ans, d’enquête sur les modalités et transformations de la perception. Au cours de ces journées, elle activera deux des dispositifs qui constituent le cœur de sa pratique.

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) est une expérience pour un spectateur et un guide, qui au cours d’une balade silencieuse d'une heure dans une ville, tissent une relation particulière entre marcher, voir et toucher.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille s’adresse également à un seul spectateur à la fois, reposant cette fois-ci sur l’expérience d’un corps immobile plongé dans le noir, mis en mouvement par le toucher et l’espace sonore qui se déploie avec et autour de lui.

    Ce projet est développé en collaboration avec Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    Dates, horaires:
    Les mardis 23, 30 septembre; 7, 14, 28 octobre; 4, 11 novembre; 2, 9, 16 décembre aux horaires suivants: 11h, 13h, 17h, 18h30.

    Rendez-vous:

    Pour prendre rendez-vous pour l'un ou l'autre de ces dispositifs (à préciser), contactez-nous par teléphone au 01.53.56.15.90 ou par mail à reservation@leslaboratoires.org

    Standard

    Mots-clés: 

    expériences perceptives

    0 0

    non
    11. Novembre 2014 - 11:00» 18:30
    Mardi 11 novembre 2014 (11h, 13h, 17h, 18h30)


    Dans le cadre de sa résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz propose un rendez-vous par semaine, entre septembre et décembre 2014. L'occasion d'opérer une mise au point d’un projet itinérant entamé il y a cinq ans, d’enquête sur les modalités et transformations de la perception. Au cours de ces journées, elle activera deux des dispositifs qui constituent le cœur de sa pratique.

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) est une expérience pour un spectateur et un guide, qui au cours d’une balade silencieuse d'une heure dans une ville, tissent une relation particulière entre marcher, voir et toucher.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille s’adresse également à un seul spectateur à la fois, reposant cette fois-ci sur l’expérience d’un corps immobile plongé dans le noir, mis en mouvement par le toucher et l’espace sonore qui se déploie avec et autour de lui.

    Ce projet est développé en collaboration avec Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    Dates, horaires:
    Les mardis 23, 30 septembre; 7, 14, 28 octobre; 4, 11 novembre; 2, 9, 16 décembre aux horaires suivants: 11h, 13h, 17h, 18h30.

    Rendez-vous:

    Pour prendre rendez-vous pour l'un ou l'autre de ces dispositifs (à préciser), contactez-nous par teléphone au 01.53.56.15.90 ou par mail à reservation@leslaboratoires.org

    Standard

    Mots-clés: 

    expériences perceptives

    0 0

    non
    28. Octobre 2014 - 11:00» 18:30
    Tuesday 28th October 2014 (11am, 1pm, 5pm, 6.30pm)


    In the context of her research residency at Les Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz proposes this fall a series of public openings. An opportunity to operate a first adjustment on a wandering project, initiated five years ago, focused on the modalities and the possible transformations of perception. During these days, she will activate two experiential devices which constitute the core of her artistic practice.

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) is an experience for a spectator and a guide who, during an hour of silent walk in a given city, weave a specific relationship between walking, seing and touching.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille is also made for one spectator at a time. It consits in the experience of a motionless body plunged into darkness. The device relies on the sense of touch and on the sound space that spreads out around and with the spectator.

    This whole project is developped in collaboration with Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    Dates, schedule:
    On Tuesdays 23, 30 September; 7, 14, 28 October; 4, 11 November; 2, 9, 16 December, at 11 am, 1 pm, 5 pm and 6.30 pm.

    Appointments:

    To attend one or the other process, please contact us by phone at 01.53.56.15.90 or by e-mail at reservation@leslaboratoires.org

    Standard

    Mots-clés: 

    perceptive experiences

    0 0

    non
    4. Novembre 2014 - 11:00» 18:30
    Tuesday 4th November 2014 (11am, 1pm, 5pm, 6.30pm)


    In the context of her research residency at Les Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz proposes this fall a series of public openings. An opportunity to operate a first adjustment on a wandering project, initiated five years ago, focused on the modalities and the possible transformations of perception. During these days, she will activate two experiential devices which constitute the core of her artistic practice.

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) is an experience for a spectator and a guide who, during an hour of silent walk in a given city, weave a specific relationship between walking, seing and touching.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille is also made for one spectator at a time. It consits in the experience of a motionless body plunged into darkness. The device relies on the sense of touch and on the sound space that spreads out around and with the spectator.

    This whole project is developped in collaboration with Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    Dates, schedule:
    On Tuesdays 23, 30 September; 7, 14, 28 October; 4, 11 November; 2, 9, 16 December, at 11 am, 1 pm, 5 pm and 6.30 pm.

    Appointments:

    To attend one or the other process, please contact us by phone at 01.53.56.15.90 or by e-mail at reservation@leslaboratoires.org

    Standard

    Mots-clés: 

    perceptive experiences

    0 0

    non
    7. Octobre 2014 - 11:00» 18:30
    Mardi 7 octobre 2014 (11h, 13h, 17h, 18h30)


    Dans le cadre de sa résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz propose un rendez-vous par semaine, entre septembre et décembre 2014. L'occasion d'opérer une mise au point d’un projet itinérant entamé il y a cinq ans, d’enquête sur les modalités et transformations de la perception. Au cours de ces journées, elle activera deux des dispositifs qui constituent le cœur de sa pratique.

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) est une expérience pour un spectateur et un guide, qui au cours d’une balade silencieuse d'une heure dans une ville, tissent une relation particulière entre marcher, voir et toucher.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille s’adresse également à un seul spectateur à la fois, reposant cette fois-ci sur l’expérience d’un corps immobile plongé dans le noir, mis en mouvement par le toucher et l’espace sonore qui se déploie avec et autour de lui.

    Ce projet est développé en collaboration avec Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    Dates, horaires:
    Les mardis 23, 30 septembre; 7, 14, 28 octobre; 4, 11 novembre; 2, 9, 16 décembre aux horaires suivants: 11h, 13h, 17h, 18h30.

    Rendez-vous:

    Pour prendre rendez-vous pour l'un ou l'autre de ces dispositifs (à préciser), contactez-nous par teléphone au 01.53.56.15.90 ou par mail à reservation@leslaboratoires.org

    Standard

    Mots-clés: 

    expériences perceptives

    0 0

    non
    14. Octobre 2014 - 11:00» 18:30
    Mardi 14 octobre 2014 (11h, 13h, 17h, 18h30)


    Dans le cadre de sa résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz propose un rendez-vous par semaine, entre septembre et décembre 2014. L'occasion d'opérer une mise au point d’un projet itinérant entamé il y a cinq ans, d’enquête sur les modalités et transformations de la perception. Au cours de ces journées, elle activera deux des dispositifs qui constituent le cœur de sa pratique.

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) est une expérience pour un spectateur et un guide, qui au cours d’une balade silencieuse d'une heure dans une ville, tissent une relation particulière entre marcher, voir et toucher.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille s’adresse également à un seul spectateur à la fois, reposant cette fois-ci sur l’expérience d’un corps immobile plongé dans le noir, mis en mouvement par le toucher et l’espace sonore qui se déploie avec et autour de lui.

    Ce projet est développé en collaboration avec Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    Dates, horaires:
    Les mardis 23, 30 septembre; 7, 14, 28 octobre; 4, 11 novembre; 2, 9, 16 décembre aux horaires suivants: 11h, 13h, 17h, 18h30.

    Rendez-vous:

    Pour prendre rendez-vous pour l'un ou l'autre de ces dispositifs (à préciser), contactez-nous par teléphone au 01.53.56.15.90 ou par mail à reservation@leslaboratoires.org

    Standard

    Mots-clés: 

    expériences perceptives

    0 0

    non
    30. Septembre 2014 - 11:00» 18:30
    Mardi 30 septembre 2014 (11h, 13h, 17h, 18h30)


    Dans le cadre de sa résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz propose un rendez-vous par semaine, entre septembre et décembre 2014. L'occasion d'opérer une mise au point d’un projet itinérant entamé il y a cinq ans, d’enquête sur les modalités et transformations de la perception. Au cours de ces journées, elle activera deux des dispositifs qui constituent le cœur de sa pratique.

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) est une expérience pour un spectateur et un guide, qui au cours d’une balade silencieuse d'une heure dans une ville, tissent une relation particulière entre marcher, voir et toucher.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille s’adresse également à un seul spectateur à la fois, reposant cette fois-ci sur l’expérience d’un corps immobile plongé dans le noir, mis en mouvement par le toucher et l’espace sonore qui se déploie avec et autour de lui.

    Ce projet est développé en collaboration avec Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    Dates, horaires:
    Les mardis 23, 30 septembre; 7, 14, 28 octobre; 4, 11 novembre; 2, 9, 16 décembre aux horaires suivants: 11h, 13h, 17h, 18h30.

    Rendez-vous:

    Pour prendre rendez-vous pour l'un ou l'autre de ces dispositifs (à préciser), contactez-nous par teléphone au 01.53.56.15.90 ou par mail à reservation@leslaboratoires.org

    Standard

    Mots-clés: 

    expériences perceptives

    0 0

    non
    30. Septembre 2014 - 11:00» 18:30
    Tuesday 30th September 2014 (11am, 1pm, 5pm, 6.30pm)


    In the context of her research residency at Les Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz proposes this fall a series of public openings. An opportunity to operate a first adjustment on a wandering project, initiated five years ago, focused on the modalities and the possible transformations of perception. During these days, she will activate two experiential devices which constitute the core of her artistic practice.

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) is an experience for a spectator and a guide who, during an hour of silent walk in a given city, weave a specific relationship between walking, seing and touching.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille is also made for one spectator at a time. It consits in the experience of a motionless body plunged into darkness. The device relies on the sense of touch and on the sound space that spreads out around and with the spectator.

    This whole project is developped in collaboration with Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    Dates, schedule:
    On Tuesdays 23, 30 September; 7, 14, 28 October; 4, 11 November; 2, 9, 16 December, at 11 am, 1 pm, 5 pm and 6.30 pm.

    Appointments:

    To attend one or the other process, please contact us by phone at 01.53.56.15.90 or by e-mail at reservation@leslaboratoires.org

    Standard

    Mots-clés: 

    perceptive experiences

older | 1 | .... | 34 | 35 | (Page 36) | 37 | 38 | .... | 123 | newer