Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


older | 1 | .... | 96 | 97 | (Page 98) | 99 | 100 | .... | 123 | newer

    0 0
  • 01/25/17--12:18: Présentation
  • non
    Encyclopédie Pratique, collecte d’Aubervilliers

     
    "Everyone has practices — be they intimate or collective, spiritual or physical, original or dull; invented practices, learned practices, pleasant or fastidious practices. Gradually, habits establish themselves as rituals — doing the washing up, going shopping, boxing, running, gardening, fixing one’s bike, prowling, collecting egg cups, posting videos, wandering about on construction sites, reading the back pages (faits d’hiver).
    My own practice entails collecting practices. With the Encyclopédie Pratique de la Ville d’Aubervilliers, I hope to create an extensive corpus of body practices of the town inhabitants and regular visitors of Les Laboratoires d’Aubervilliers that will be published in book and serve as material for a choreographic piece".

    Lenio Kaklea

     


     

    For her residency at Les Laboratoires d’Aubervilliers beginning January 2017, Lenio Kaklea is proposing a project anchored in Les Laboratoires site itself and in the specific context of the town of Aubervilliers near Paris. She will be concerned with interrogating the social body by working on an Encyclopédie PratiqueA Practical Encyclopedia— and more specifically by collecting a set of physical practices connected to Aubervilliers, to its residents, and to regular visitors of Les Laboratoires d’Aubervilliers.

    A Practical Encyclopedia is a site-specific project in progress the artist/choreographer has been working on since 2016. The project has a real anthropological dimension and draws more specifically on Marcel Mauss’s famous text Techniques of the Body, published in the original French in 1934. In the text, the French anthropologist suggests that utilitarian gestures are as diverse and multiple as languages:

            “I call technique an action which is effective and traditional (and you
             will see that in this it is no different from a magical, religious or
             symbolic action). It has to be effective and traditional. There is no
             technique and no transmission in the absence of tradition. This
             above all is what distinguishes man from the animals: the
             transmission of his techniques and very probably their oral
             transmission.”

             __ Marcel Mauss, Techniques of the Body, 1973 (1934) - [1].


    Through her project, Lenio Kaklea hopes to begin an inquiry to better grasp and reveal the great diversity of movements in human culture, among other things through a catalogue of our bodily practices in human culture. She also hopes this research will be an opportunity to bring into relief the contemporary relationship to food, decoration, technology, love, sex, nature, spirituality, the economy, work, death, entertainment, (health)care, housekeeping, etc.

    An initial version of the project was produced and presented as part of another artistic residency, À Domicile, in September 2016 in Guissény (a village in Brittany with a population of 1886). The project took shape as a collection of 48 practices. As part of her residency at Les Laboratoires, Lenio Kaklea intends to pursue this research and the attendant collecting work in the town of Aubervilliers, which has a much larger population, which will therefore enable her to establish a far greater collection. The artist’s objective is to gather between 300 and 800 portraits.

    The work process will be organised into 3 stages. The first phase, which will involve gathering practices among the town’s inhabitants and regular visitors of Les Laboratoires, will entail wandering the area in order to seek out practices to be gathered. During the second phase, the responses collected will be used to put together brief texts/portraits — a writing-up phase that will be carried out by Lenio Kaklea, Lou Forster and Oscar Lozano. The texts will then be used as raw material for a choreographic piece which will be an exploration of this social bodyscape.

    Finally, the research and collection project will lead to the publication of a text in several languages that will provide a sort of portrait of Aubervilliers, as well as the production of a choreographic piece — a solo work that will be performed by Lenio Kaklea and shown at Les Laboratoires d’Aubervilliers.

     

     

     

     

    __________________________

    Encyclopédie Pratique, collecte d'Aubervilliers is a project of Lenio Kaklea created in collaboration with :
    Lou Forster (researcher curator)
    Oscar Lozano (assistant of research)
    Agnès Henry/extrapole (administrative care)
    and Anne Becker/bureau PLATÔ (production and diffusion).

    and supported by the Département de la Seine-Saint-Denis

     


    __________________________

    (1)  Les Techniques du corps is lecture done by Marcel Mauss, the 17th of May 1934 in the presence of the Société de Psychologie, and published for the first time by the Journal de Psychologie, vol. xxxii, no 3-4, 15th March-15th April 1935. Marcel Mauss studied the notion of the « technique du corps », and its difference between cultures.

     


    0 0

    oui
    • 25. Mars 2017 - 10:30» 18:00
    • 26. Mars 2017 - 10:30» 18:00
    Samedi 25 et dimanche 26 mars 2017, 10h30 à 18h

     


    Alice Gautier filmant DD Dorvillier /
    En danseuse aux Laboratoires le 13 janvier 2017
    _ tous droits réservés




    Ce workshop proposé par Alain Michard s'inscrit dans le cadre de la résidence de création En danseuse aux Laboratoires d'Aubervilliers.

    En danseuse, pensé comme un espace de collaboration, réunit de nombreux chorégraphes et artistes travaillant dans le registre de l'image. Il se développe sous plusieurs modalité et formes, de rencontres, restitutions de recherche, performances et films.

    Partant du postulat que le chorégraphe est d'abord et avant tout un danseur, le projet a pour ambition de révéler comment chacun porte en lui/elle, une Histoire personnelle de la danse. Pour cela, Alain Michard confronte les chorégraphes, les interviewe, les filme. Le résultat de ce travail au long cours sera visible sous diverses formes performatives dans un premier temps, puis sous celle d'une installation, où seront réunies toutes ces danses-filmées.


    Le workshop sera mené aux Laboratoires d'Aubervilliers sur deux jours de week-end. Il porte sur deux axes de travail :
    _ les relations de la danse à l'image (images intérieures, images photographiques et cinématographiques, images produites par la danse, images inspirées de la danse...).
    _ l'inscription d'une Histoire personnelle du corps dans le corps même de l'artiste.

    C'est à partir d'un travail corporel que les liens de la mémoire à la parole et au corps seront explorés durant ces deux jours. Une recherche personnelle et collective sera simultanément menée, en partie nourrie par des images proposées par Alain Michard et par les stagiaires.

     

    Ce workshop programmé
    samedi 25 et dimanche 26 mars 2017, de 10h30 à 18h

    est ouvert aux danseurs, acteurs et artistes ayant une pratique corporelle ainsi qu'aux étudiants des écoles d'art

    L'inscription est valable pour les deux jours du week-end
    Il est recommandé de suivre les deux jours pour une meilleure inscription dans la pratique déployée

    --------------

    Entrée libre sur réservation
    à reservation@leslaboratoires.org ou au 01 53 56 15 90

    --------------

    Les Laboratoires d'Aubervilliers
    41 rue Lecuyer
    93300 Aubervilliers




    Labo des Labos

    0 0

    oui
    • 25. Mars 2017 - 10:30» 18:00
    • 26. Mars 2017 - 10:30» 18:00
    Samedi 25 et dimanche 26 mars 2017, 10h30 à 18h

     

     


    Alice Gautier filmant DD Dorvillier /
    En danseuse aux Laboratoires le 13 janvier 2017
    _ tous droits réservés




    This workshop facilitated by Alain Michard is part of the creative residency project, En danseuse, he is currently pursuing at Les Laboratoires d’Aubervilliers.

    En danseuse, is conceived as a collaborative space bringing together a range of choreographers and artists working through or on image, and the project will ultimately give rise to a diversity of forms.

    Starting from the premise that a choreographer is first and foremost a dancer, the project aims to reveal how its participants carry within themselves a personal History of dance. In order to explore this notion, Alain Michard confronts the choreographers, interviews them and films them… The result of this long-term project will first be presented in different performative forms, followed by an installation that will bring together all these filmed dances.


    The 2-day weekend workshop will be held at Les Laboratoires d’Aubervilliers and will investigate two main areas:
    _ the way dance and image relate to one another (inner images, cinematographic and photographic images, images produced by dance, images inspired by dance…);
    _ the way a personal History of the body becomes inscribed within the very body of the artist.

    In this workshop, corporeal work will be the starting point for exploring the links between memory, speech and the body, while simultaneously engaging in a personal and collective study, partly fuelled by the images shared by Alain Michard and his workshop participants.

     

    This workshop, scheduled on
    Saturday 25 and Sunday 26 March 2017 from 10.30 a.m. to 6 p.m.

    is open to dancers, actors, artists and art students whose work involves a corporeal practice.

    Enrolment for the workshop includes both days. We recommend participants to attend both sessions in order to engage optimally with the practice developed. 

    --------------

    Entry is free, booking is required
    at reservation@leslaboratoires.org or at 01 53 56 15 90

    --------------

    Les Laboratoires d'Aubervilliers
    41 rue Lecuyer
    93300 Aubervilliers




    Labo des Labos

    0 0

    oui
    Devenez ami-e-s des Labos !

    Les Laboratoires d’Aubervilliers appartiennent à ces lieux rares où l’art n’est jamais déconnecté de la réalité culturelle, sociale et politique, un lieu engagé sur le terrain des différences et de la pluralité : un lieu en mouvement perpétuel qui se modèle autour des projets artistiques qu’il défend et accompagne. Lieu de recherche et de création, de ressources et d’expérimentations, il se construit en lien avec son contexte d’implantation (du plus local à l’international), avec ses publics et les artistes.

    Les Laboratoires inventent des dispositifs à travers lesquels les pratiques artistiques issues de tous les champs de l’art s’envisagent comme processus d’apprentissage, de partage et d’expérience ; comme objet intermédiaire capable de sonder et d’instruire des problématiques contemporaines, de réinventer des situations d’« être ensemble » tout en prenant le risque de bouleverser nos approches et nos conceptions artistiques.

    Pour pouvoir se développer et prendre de l’ampleur, Les Laboratoires ont besoin de vous : Soutenez ce lieu unique dont vous pouvez vous emparer autant que les artistes le font !

    Devenez ami-e-s des Laboratoires et accompagnez les dans le déploiement des projets.

    Alexandra Baudelot, Dora Garcia et Mathilde Villeneuve


    Faire un don en ligne:




    DONS


    20€ - 99€
    Devenez ami pendant un an et recevez chez vous :
    - le Journal des Laboratoires - édition annuelle
    - tous les flyers - le programme quadrimestriel et les projets

    100€ - 999€
    Ce qui précède, plus:
    - vous bénéficiez d’une édition au choix*
    - vous participez à une visite de lieux artistiques/culturels en résonance avec le projet des Laboratoires

    1000€ et +
    Ce qui précède, plus:
    - vous bénéficiez de deux éditions au choix*
    - vous rejoignez les “grands donateurs” (remerciement sur le site des Laboratoires)

     

    _________________________

    Déduction fiscale:
    Dans le cadre de la législation fiscale en vigueur en France, les dons versés au Laboratoires d’Aubervilliers, association régie par la loi 1901, donnent droit à une réduction d’impôts.
    Chaque don fait l’objet d’un reçu fiscal rempli et retournépar l’Association au donateur.
    Pour les particuliers, le don permet une réduction d’impôts au taux de 66% des sommes versés, dans la limite de 20% du revenu imposable ; pour les entreprises, le don permet une réduction d’impôts au taux de 60% des sommes versées, retenues dans la limite de 0,5% du chiffre d’affaire.


    Contact: Sorana Munteanu
    s.munteanu@leslaboratoires.org et 0153561591





    _________________________

    *parmi Walk, Hands, Eyes (a city), Grimaces du réel, Musée Précaire Albinet, (des formes de vie), Conversation avec un cinéaste israélien imaginé: Avi Mograbi, Épouser.Stephen.King., Théâtre Permanent, Unité ou Storytelling

     


    0 0

    oui
    Devenez ami-e-s des Labos !

     

    Les Laboratoires d’Aubervilliers are one of those rare spaces where art is never disconnected from cultural, social and political reality, a space committed to engaging with difference and plurality, a place in constant flux that shapes itself on the artistic projects it defends and supports. It is at once a resource centre, a space for research, creation and experimentation, shaped around the context in which it is located (going from the most local to the international level), its audiences and artists.

    Les Laboratoires d’Aubervilliers, creates apparatuses and arrangements through which artistic practices from across the artistic disciplines are apprehended as processes of learning, sharing and experience, as an intermediary object able to probe and investigate contemporary issues, to reinvent ways of “being together” while taking the risk of shaking up our artistic notions and approaches.

    In order to develop and grow, Les Laboratoires d’Aubervilliers need you: Support this unique space that you will be able to appropriate as much as the artists who work here do!

    Become a friend of Les Laboratoires d’Aubervilliers and support us with our projects.

    Alexandra Baudelot, Dora Garcia et Mathilde Villeneuve


    Make an on-line donation:



    DONS


    20€ - 99€
    Become a friend of Les Laboratoire and receive:
    - the Journal des Laboratoires – annual edition
    - all our flyers – our four-monthly programme and projects

    100€ - 999€
    In addition to the above:
    - the publication of your choice*
    - the chance to visit artistic/cultural venues in connection with the Les Laboratoires d’Aubervilliers’ project.

    1000€ et +
    In addition to the above:
    - two publications of your choice*
    - you will become one of our “major donators” (your name will feature in the acknowledgements section of the Les Laboratoires d’Aubervilliers website)

     

    _________________________

    Tax reduction:
    Under the French tax law you can claim tax relief for donations made to the Les Laboratoires d’Aubervilliers association (French non-profit associations law of 1901). Each donation will receive a receipt filled out and returned by the Association to the donator. Private individuals are eligible for a tax reduction of 66% of the amount donated, applied to donations of a value of up to 20% of your taxable income. Businesses are eligible for a tax reduction of 60% of the amount donated, applied to donations of a value of up to 0.5% of annual turnover.


    Contact: Sorana Munteanu
    s.munteanu@leslaboratoires.org et 0153561591





    _________________________

    *choose from: Walk, Hands, Eyes (a city), Grimaces du réel, Musée Précaire Albinet, (des formes de vie), Conversation avec un cinéaste israélien imaginé: Avi Mograbi, Épouser.Stephen.King., Théâtre Permanent, Unité ou Storytelling

     


    0 0
  • 01/20/16--09:47: Présentation
  • non
    g.i.g.


    « We also we want our share of the ghetto! »
    S. Chiambretto, Y. Thommerel



    Formidable fiction generator, the « ghetto » is radically conveyed in discourses from the fields of art, media and political speech. Attentive to the contemporary context, Sonia Chiambretto and Yoann Thommerel seize the situation and unite with the Groupe d’information sur les ghettos (g.i.g.).


    Apprehended by some as a centre with adaptable missions, difficult to situate, and by others as a black box, g.i.g. brings together textual, sound and visual documents on ghettos, and describes itself as an open set: «For any given point a of E: every superset of a neighbourhood of a is itself a neighbourhood of a; the intersection of two neighbourhoods of a is itself a neighbourhood of a; E is a neighbourhood of a; every neighbourhood of a includes a; for any given neighbourhood V of a, there exists a neighbourhood W of a such that V is the neighbourhood of each point of W».


    During their 2016 residency at Les Laboratoires d’Aubervilliers, Sonia Chiambretto and Yoann Thommerel are setting up a new in situ information group, made up of local residents of Aubervilliers, focusing among other things on creating new inquiry protocols and new modes of circulation: dissemination, data collection and processing.

    As part of this project, they will be proposing two interrelated types of event:

    Firstly, a series of workshops on questionnaire writing scheduled since January 2016, the last one has taken place at Les Laboratoires d'Aubervilliers Saturday 14th May 2016, from 4 to 7 pm. Subsequent dates are to be announced.

    Secondly, a complementary series of public readings and performances, designed in connection with the archives collected, will be running throughout their residency. The first evening event was programmed on Friday 12th February 2016, with guests Sarah-Anne Huet (poet, economist) and Philippe Artières (writer, historian). Three others dates will be scheduled from October to December 2016.

     

     


    0 0
  • 02/07/17--04:52: Participez !
  • oui
    0

     

    Questionnaire
    Encyclopédie Pratique, collecte d'Aubervilliers 2017

     

    L’Encyclopédie Pratique cherche à collecter une ou plusieurs de vos pratiques. Notre ambition est de créer une collection d’environ 1 000 pratiques, une vaste collection de techniques que chacun de nous invente pour survivre ou resister au quotidien, pour accepter ou transformer la réalité de son corps, que cette pratique soit fastidieuse ou joyeuse, intime ou collective.

    Téléchargez le formulaire en cliquant sur l'image ci-dessous et contribuez à l’Encyclopédie Pratique, collecte d’Aubervilliers en nous retournant votre questionnaire rempli par email à p.simon@leslaboratoires.org


     


    En ouvrant le questionnaire avec Acrobat il est possible de le remplir directement en ligne et d'ainsi le retourner par email sans avoir à l'imprimer.



     


    0 0

    non
    0

     

    Dans le cadre de la résidence artistique À Domicile effectuée en septembre 2016 à Guissény (village de 1.886 habitants situé en Bretagne), une première version du projet Encyclopédie Pratique a été mise en œuvre. A cette occasion, le projet a pris la forme d’une collection de 48 pratiques, dont voici une sélection de quelques unes :


    Marie-Hélène Crespin pratique la vaisselle trois à six fois par jour du lundi au lundi, et ce depuis le premier jour où elle s’est mise en ménage. Elle utilise une bassine ou un bouchon d’évier, une éponge douce et une éponge métallique, un agent lavant genre MIR et de l’eau. Même si un ruisseau lui suffit elle préfère un évier dans une cuisine couverte et un robinet d’eau chaude. S’il s’agit d’une assiette à laver, elle passe l’éponge d’un mouvement circulaire d’un côté et de l’autre de l’assiette. Elle pratique la vaisselle seulement en privé, comme toutes ses sœurs, ses copines et ses voisines. Elle aimerait pouvoir être rémunérée mais ça ne lui est jamais arrivé. Elle se souvient la fois ou elle a voulu laver les verres très fins et très chers de sa tante, deux sur six se sont brisés dans ses mains. Elle se sent très attachée à sa pratique et libérée de tous ses soucis lorsque elle plonge ses mains nues dans l’eau tiède pleine de mousse.


    Maud Cabon pratique le moulage. Elle a commencé en maternelle après l’incitation de sa maitresse d’école. Elle ne pratique pas assez souvent, deux fois par an, plutôt dans l’après-midi. Elle tient tous les instruments dans une main (bâton, curette, tige), en bois ou en métal et elle utilise du tampon jex et un four spécial; chiffon, eau, fil à couper, planche de bois. Elle a besoin d’un espace peu encombré, d’une ambiance calme. Elle se place assise, les mains et les avant-bras agiles, le buste vaillant, le pas en arrière pour obtenir une vision globale. Sa pratique lui apporte de la sérénité, le plaisir du contact. Elle se sent attachée mais ne lui accorde que 3 degrés d’importance sur une échelle de 10. Elle se rappelle encore de la perte (ou le vol) de son premier buste patiné au cirage noir. Elle connait plein de personnes qui partagent la même pratique qu’elle, ses élèves, son amie Anne et de nombreuses grandes artistes de l’histoire de l’art. Le moulage la repose, l’apaise, lui apporte de la tranquillité.


    Zoé Décolly a joué de manière très temporaire au violoncelle. Elle a commencé il y a quelques années et elle a arrêté toute de suite après. L’horaire de sa pratique dépendait de ses voisins. Elle pratiquait de préférence dans des espaces plus grands que 4m2, d’une température idéalement entre 15-20 degrés, avec du calme mais pas trop. Sur une échelle de 1 a 10, elle accorde à sa pratique l’importance de 0, elle dit s’être détachée très aisément et se rappelle encore la sidération de l’auditoire devant lequel elle jouait.


    Barbara Manzetti rôde. Elle a commencé autour de 1993-1994 à poser des affiches manuscrites sur la petite ceinture, à Paris et à Bruxelles. Entre 2004 et 2010, elle a cessé de rôder pour courir jusqu’à cesser de courir pour rôder à nouveau. Elle rôde de préférence la nuit ou au petit matin. Elle dit qu’on rôde seul(e) quelques temps jusqu’à connaître ses vrais besoins et que personnellement elle préfère avoir les mains libres et la tête couverte par une capuche ou un chapeau. Selon elle, rôder requiert une vacuité intérieure très assurée, cultivée, une capacité de rumination intellectuelle sur des temps élargis et une arythmie assumée de la marche que l’on mène (dans le meilleur des cas) jusqu’à épuisement. Elle partage sa pratique avec de très bons amis qui se sont proposés de l’accompagner, avec un poète, avec son fils, avec un chien errant qui rôdait pour les mêmes raisons au bord d’une autoroute, avec des Tziganes du 5ème arrondissement. Elle rôde la plupart du temps en public, mais elle suppose que rôder en privé serait l’apothéose de cette pratique. Cette dernière entretient des liens avec plusieurs formes de nomadisme, et de ce fait avec la pauvreté endémique et certainement avec les mouvements migratoires récents.


    Denise Morin pratique le farniente depuis toute petite. Le soir, à partir de 18h, une fois par jour, afin de respirer les aléas de la journée. Elle a besoin du calme et un bon fauteuil. Aucun mouvement n’est nécessaire, cela lui apporte la géniture mais qui n’est pas toujours obtenue. Elle peut l’endormir. Elle dit l’avoir découvert un soir d’été sous des frondaisons. Elle ne la pratique jamais en public et elle ne connait pas d’autres personnes qui la partagent puisqu’elle n’en parle pas. Elle se sent très attachée à elle et elle peut me la transmettre volontiers car elle très facile à appliquer.


    Cécile Roy se promène à pied pour regarder des chantiers d’immeuble. Elle a commencé il y a 35 ans et elle continue toujours, tous les deux mois, quand elle en découvre un nouveau. Elle dit que ce spectacle l’absorbe, que ça lui enlève ses angoisses; aucune condition n’est nécessaire pour cela, comme il y a du bruit, rien ne la gêne. Quand elle pratique, elle se sent être «ailleurs», détendue ; elle est très attachée à son dada. Elle se souvient l’avoir inventé un jour où elle a raté une plaidoirie. Elle a fait le tour de Paris en voiture une fois, puis une deuxième fois pour revoir la géode du parc de la Villette qui était à l’époque en chantier. Sa pratique n’a jamais fait l’objet d’une rémunération, elle ignore si elle a des antécédents historiques et si ça se pratique en public nécessairement. Elle est prête à me la transmettre.


    Jean-Claude Prigent pratique la chasse. Depuis 1966. Une a deux fois par semaine pendant la période autorisée. Il pratique de 9h à 12h et de 15h à 18h. Il utilise un fusil, des cartouches, son chien, des vêtements adaptés. Sa pratique lui apporte le gibier tout d’abord, puis une activité dans la nature, le bon air. Il a découvert la chasse par ses frères. Sur une échelle de 1 a 10 il lui accorde 7 de l’importance et se dit lui être très attaché malgré les années. Il la partage toujours avec quelqu’un, le plus souvent avec les sociétaires Guisséniens. Il se rappelle d’avoir « récolté » d’un joli lièvre découvert par son excellent chien aveugle. Il me transmettrait sa pratique très certainement.




    0 0
  • 01/16/17--08:51: Présentation
  • non
    Habiter pour créer

     

     

    « En 2011, Pour une thèse vivante est née en réaction aux accords de Bologne qui ont introduit l’écriture obligatoire d’un mémoire dans les écoles d’art. Depuis, l’évolution du projet de représentations en représentations et ma propre expérience d’enseignante à l’École Supérieure d’Art de Rueil-Malmaison puis à École Nationale Supérieure d’Art de Bourges ont tenté d’établir un lien de plus en plus fort entre écriture, recherche et pratique.

    Afin de dépasser l’opposition binaire écriture/création plastique, recherche/représentation, la thèse vivante est intervenue pour pointer les difficultés que pouvaient rencontrer l’artiste à trouver un positionnement clair dans cet échange.

    Pour une thèse vivante, c’est donc la poursuite d’une réflexion sur l’écriture artistique entamée en mars 2011 qui, à la recherche d’une pensée en art, se fraierait un chemin dans la pratique. En tissant des liens avec des savoir-faire de tout horizon, il a été souvent question pour moi de chercher la raison de mon obstination à la scène. Créer des changements permanents pour radicaliser une posture ».

    Claudia Triozzi

     _________________________



    Dans le cadre d'une invitation à venir développer, aux Laboratoires d'Aubervilliers, la prochaine étape de Pour une thèse vivante, sous l'intitulé Habiter pour créer, Claudia Triozzi propose un temps public de partage de sa recherche.

    Cette rencontre est programmée le vendredi 24 février 2017, à 20h.

     

    Claudia Triozzi, Pour une thèse vivante, Xing (Bologne) - 26 octobre 2016







    _________________________

    Production : DAM-CESPI  
    Partenaires (en cours) :  Centre National de la Danse, Ménagerie de Verre, Espace Darja (Casablanca), Les Laboratoires d’Aubervilliers, Xing (Bologne) 
    DAM-CESPI est une compagnie conventionnée par la DRAC Ile de France.


     

     


    0 0
  • 12/09/16--11:11: Présentation
  • non
    En danseuse

     

    Pour son projet En danseuse, le chorégraphe-cinéaste Alain Michard est accueilli en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers à compter de décembre 2016. Ce temps de résidence est composé de plusieurs moments qui construisent et articulent le projet entre la création, la recherche et les restitutions publiques.

    En danseuse est un espace de collaboration artistique, qui réunit plusieurs chorégraphes et des artistes d'autres disciplines. Par ailleurs, des étudiants et des jeunes artistes sont invités à participer à des temps pédagogiques et d'expérimentation.

    En danseuse part d'un postulat selon lequel le corps du chorégraphe est la source même de son œuvre, sa matrice. Par extension, ce corps porte en lui une Histoire de la danse singulière, composée de bribes, de souvenirs plus ou moins reconstitués, de récits, de mythes, d'images, d'expériences, certaines liées directement à la danse, d'autres issues du quotidien.

    De ce postulat, émerge la question de trouver les moyens de révéler cette Histoire, en allant notamment la chercher dans les replis de la mémoire. A cet effet, Alain Michard crée des rencontres entre les artistes, les place face à sa caméra, afin de les pousser dans leurs retranchements, d'en faire un portrait "en danseuse", de saisir cette mémoire et, ce faisant, de questionner la part des images dans l'Histoire de la danse.

    En danseuse, qui mêle danse et images-filmées, sera présenté au public sous deux formes : dans un premier temps sous différentes formes performatives puis, en fin de résidence, sous la forme d'une installation, réalisée en collaboration avec Nicolas Floc'h, rassemblant une "collection" de danses-filmées.

    Les artistes qui accompagneront et participeront à ce projet à Aubervilliers sont Adva Zakai, DD Dorvillier, Loïc Touzé, Lenio Kaklea, Martine Pisani, Filiz Sizanli ainsi que Marcelline Delbecq, Matthieu Bouvier et Alice Gautier.

    En danseuse se développe dans d'autres lieux avec d'autres artistes dont Benoît Lachambre, Mette Ingvarsten, Rémy Héritier, Jennifer Lacey, Mickaël Phelippeau, Julie Nioche, Emmanuelle Huynh, Laurent Pichaud, Deborah Hay.

     







    En danseuse est en résidence des Laboratoires d’Aubervilliers à partir de décembre 2016.

    Avec le soutien de : Production LOUMA / coproduit par le CDC Atelier de Paris-Carolyn Carlson, le CND-un centre d'art pour la danse, Les Laboratoires d'Aubervilliers, et avec le soutien de La Bellone-Bruxelles et de la Région Bretagne avec CNC.

    LOUMA est soutenue par le Ministère de la Communication et de la Culture-DRAC Bretagne, la Région Bretagne et la Ville de Rennes. Certains de ses projets sont soutenus par l'Institut Français et Spectacle Vivant en Bretagne. Projet mené en collaboration avec l'Université Paris-8.


    Mots-clés: 

    Résidence 2017

    0 0
  • 08/16/16--09:48: Présentation
  • non
    Classes de Lutte

                                         Cela suppose que la politique est, en premier
                                         sens, de l’ordre de la pensée et non de
                                         l’ordre
    des « réalités objectives », de la
                                         réalité
    objective des contradictions, dont
                                         l’État est le
    produit paradigmatique. La
                                         pensée n’est donc
    pas pensée d’un objet, elle 
                                         relève d’une
    subjectivation, mais elle n’est
                                         pas pour autant
    sans assignation ni
                                         exactitude. On le dira sous
    la forme : la
                                         pensée est rapport du réel.

                                         «Rapport du réel» et non «rapport au réel»,
                                         cette entorse à la grammaire sert à bien
                                         marquer que la pensée ne prend pas le réel
                                         comme objet. La formule non objectivante
                                         «rapport du réel» suppose que cette pensée
                                         n’est pas appréhendable ni dans les
                                         catégories du vrai ou du faux, ni dans un
                                         rapport du subjectif à l’objectif. Ainsi, les
                                         gens pensent donne un premier sens à
                                         l’énoncé : « la politique est de l’ordre de la
                                         pensée ».

                                        Peut-on penser la politique en intériorité ? 
                                        Sylvain Lazarus - L’Intelligence de la Politique.


    A une époque où le triomphalisme capitaliste a prétendument vaincu toutes les utopies pour un changement politique humain, Paloma Polo a porté son attention aux connaissances léguées par les luttes progressistes malgré le silence, la soumission et l'oppression qu'elles ont eu à combattre. Fouiller dans les épisodes passées ou sonder des conflits en cours, les efforts de Paloma Polo travaillent à se mettre face à notre contemporanéité.

    Pour son projet aux Laboratoires d'Aubervilliers, Paloma Polo a engagé une enquête sans précédent dans une dimension de l'histoire remarquable des luttes politiques qui ont façonné la périphérie Nord de Paris. Loin de se livrer à un détour nostalgique, elle débusque et révèle les récits éclipsés et dissimulés, les dialogues et configurations sociales à la lumière de la réalité actuelle d'Aubervilliers, ville française qui accueille le plus important pourcentage de migrants, selon des chiffres qui ne tiennent d'ailleurs pas compte des personnes n'ayant pas de papiers.

    Aubervilliers, Saint-Denis et, de manière plus générale, la Banlieue Rouge aux abords de Paris a abrité des milliers d'exilés politiques espagnols depuis la guerre civile et plus particulièrement durant toute la période du franquisme. Des centaines d'entre eux ont vécu une existence fantomatique, beaucoup sous de fausses identités, et certains de manière complètement clandestine, luttant dans l'ombre pour la mise en place en Espagne d'un mouvement qui puisse renverser de manière démocratique le système répressif et violent du franquisme.
    Ce mouvement souterrain, orchestré depuis la périphérie de Paris par le Parti Communiste Espagnol, a laissé peu de traces matérielles. Plus important encore, il est également et aujourd'hui à peine traçable dans une histoire nationale espagnole écrite par effacement systématique des exploits qui ont ouverts la voie à ce qui a, malheureusement, glissé vers une «ouverture démocratique» trompeuse, à la suite de la dictature.

    Paloma Polo plonge dans une mémoire en sommeil, ayant principalement survécue grâce à la transmission orale de militants qui ont presque entièrement disparus. Et ce n'est d'ailleurs pas arbitraire qu'il n'y ait pas de réflexion critique complète, de compilation ou recueils de cette période historique décisive. Seules quelques autobiographies attestent de ces épisodes.

    Aujourd'hui, notre organisation politique est différente et pourtant il existe une corrélation inquiétante avec cette époque antérieure : l'Europe traverse une importante crise convulsive émaillée par une recrudescence du fascisme, ancrée dans un tissu social dévasté, et faisant face aux millions de migrants et d'exilés qui, fuyant la guerre, l'oppression et l'exploitation, affluent vers l'Europe pour tomber dans la violence et la discrimination d'États brutaux. Cependant, les temps présents en Occident sont marqués par une différence très significative : nous manquons d'horizons ou de projets politiques concrets et nous ne semblons pas en mesure de penser la politique en termes nouveaux.

    Le parlementarisme, approuvé par des pans importants de l'opinion populaire, a déclaré sa violence. Il fait la guerre, il est la guerre selon les mots de Sylvain Lazarus. Au milieu de ces circonvolutions, seuls quelques-uns avancent, bien qu'avec hésitation, pour trouver les nouveaux mots - pour continuer à se référer à Sylvain Lazarus - nécessaires à la compréhension de notre époque.

    Le mouvement politique espagnol pendant le franquisme, comme beaucoup d'autres à l'époque, a été propulsé vers l'avant par un projet socio-politique, des idées et des valeurs cristallisées dans la discipline clandestine des processus d'organisation et des petites communautés manifestement plus consolidées au sein des organisations de base espagnoles.

    A côté de ces réseaux de solidarité, ces collectifs étaient-ils en mesure de doter les individus d'une autre compréhension des caractéristiques essentielles des relations humaines ?
    Si nous convenons de l'idée que la politique est rare et précaire, y avait-il là une aptitude à créer les lieux de la politique, de la pensée indépendante ?
    Est-il possible de sauver quelque chose de cette lutte pour nous aider à raviver les relations sociales et nous équiper pour faire face à la situation contemporaine ?
    Comment pouvons-nous penser et parler de ce qui n'a pas été pensé, ni parlé au-delà de groupes mineurs, aujourd'hui inaccessibles et coupés d'un passé canonisé ?

    En ponctuant son enquête, avec les mots de Sylvain Lazarus, qui affirme que nous devons assumer la tâche d'établir tout à fait les nouveaux termes attendus des résultats et méthodes de pensée et de connaissance si le dialogue se fait entre les gens, Paloma Polo, en collaboration avec son partenaire de recherche, l'historien de l'art et curateur Oscar Fernandez, s'attachera à reconstituer les récits de cette histoire enfouie.

    Pour cela, seront réalisés des dialogues avec des personnalités importantes de l'histoire de ces combats politiques, tout comme seront mis en place des ateliers de rencontres-discussions permettant d'inclure la diversité des collaborateurs et de ces personnes impliquées et concernées. Enfin, ce projet aboutira à l'écriture d'un script pour un film, dont les étapes préparatoires incluront des performances dans l'espace public et au sein des Laboratoires d'Aubervilliers.




    ________________________

    Avec le soutien de l'Acción Cultural Española, AC/E

     


    0 0
  • 01/10/17--10:19: Présentation
  • non
    Classes de Lutte

     

                                         This assumes that politics is, in a primary
                                         sense, of the order of thought and not of the
                                         order of “objective realities,” of the objective
                                         reality of contradictions, of which the State is
                                         the paradigmatic product. Thought is thus not
                                         thought of an object, it comes under the
                                         jurisdiction of a subjectivation, but for all that
                                         it is not without assignment nor precision. We
                                         will put it in this form: thought is relation of
                                         the real. “Relation of the real,” and not
                                         “relation to the real,” this twist of grammar
                                         serves to thoroughly underscore that thought
                                         does not take the real as object. The
                                         non-objectivizing formula “relation of the
                                         real” implies that this thought is neither
                                         graspable in the categories of true or false,
                                         nor in a relation of the subjective to the
                                         objective. In this way, people think gives an
                                         inaugural meaning to the statement: “politics
                                         is of the order of thought”.

                                       __ Peut-on penser la politique en intériorité ? 
                                       [Can politics be thought in interiority?]
                                       Sylvain Lazarus - L’Intelligence de la Politique
                                       trans. Tyler Harper, in Cosmos and History:
                                       The Journal of Natural and Social Philosophy
    ,
                                       Vol.12, No. 1, 2016, p.109-110.


    At a time when capitalist triumphalism has purportedly vanquished all utopias for humane political change Paloma Polo has been paying heed to knowledges bequeathed by progressive struggles despite the silencing, subjugation and oppression they have had to fight against. Delving into past episodes or probing into on-going conflicts, Polo’s endeavours work towards facing up to our contemporaneity.

    For her project at Les Laboratoires d’Aubervilliers, Paloma Polo is committed to an unprecedented investigation into a dimension of the notable history of political struggles shaping the Parisian north periphery. Far from engaging in a nostalgic detour, she pursues eclipsed and obscured narrations, interlocutions and social configurations in light of the present reality of Aubervilliers, the city of France that is host to the highest percentage of migrants, according to figures that exclude undocumented people.

    Aubervilliers, Saint Denis and the Parisian Banlieue Rouge at large sheltered thousands of Spanish political exiles since the civil war and throughout Francoism. Hundreds of them lived a ghostly existence, many with counterfeited identifications and some completely clandestine, as they strived in the shadows for the organisation of a movement in Spain to democratically assail a brutally repressive and violent system.
    This underground movement, orchestrated from the periphery of Paris by the Spanish Communist Party, barely left material traces but, most importantly, is scarcely traceable in a national history that has been written by way of a systematic erasure of the exploits that paved the way for what, unfortunately, shifted to a delusive “democratic aperture” in the aftermath of the dictatorship.

    Paloma Polo is plunging into a dormant memory that has primarily survived through oral transmission and has been sustained by militants that have almost entirely passed away. It is not arbitrary that there is no comprehensive critical recollection, compilation or repository of this decisive historical dimension.

    Our political sequence is different and yet there is an eerie correlation to this former juncture: Europe is convulsed by an upsurge of fascism entrenched in a devastated social fabric while millions of migrants and exiles fleeing from war, oppression and exploitation are stumbling into brutal State violence and discrimination. However, contemporary times in the West are marked by a very significant difference: we are lacking in concrete political horizons or projects and we do not seem to be able to think politics in new terms.

    Parliamentarism, endorsed by significant swathes of popular opinions, has declared its violence. It makes the war, it is war, in the words of Sylvain Lazarus. Amidst this convolution, if we continue to follow Lazarus’ claims, only a few are groping to find the new words required to comprehend our era.

    The Spanish political movement during Francoism, like many others at the time, was propelled by a socio-political project and by ideas and values that crystalized in a clandestine discipline of organisational processes and tight communities consolidated more visibly in Spanish grassroots organisations.

    Aside from solidarity networks, were these collectives able to endow individuals with an alternate comprehension of the ontological attributes for humane relations?
    If we concede to the idea that politics is rare and precarious, was there an aptitude for creating places of politics, of independent thought?
    Can anything be salvaged from this struggle to help rekindle social bounds and equip us to face up to our contemporary situation?
    How can we think and talk about what has not been thought nor talked about beyond minor groups that are inaccessible at present and remain cut off from the sanctioned past?

    The investigations that Polo and her research partner, art historian and curator Oscar Fernández, will collaboratively conduct are to be punctuated in accordance to Sylvain Lazarus’ claim: “We have to assume the task of establishing in utterly new terms the expected outcomes and methods of thought and knowledge, if the interlocution is done with the people”. [1]

    Paloma Polo’s proposition is to devise and stage a narrative, a script, pertaining to the emergence of matter for thought in the people, in humane forms of socialization that are on the fringe, bearing the disdain of past recollections, but nonetheless shrouding our being in the world nowadays.

    To this end, archival research, an investigation into personal collections and materials and, most importantly, an interlocution with a series of individuals engaged to these questions are to become central to the thought and outcome of the works produced.

    The proposed script will be conceived to ultimately attain a cinematographic articulation but, prior to that and, in order to acquire a necessary constituency and outreach in the local terrain, it will iterate by way of performative interventions, critical and technical workshops as well as collective endeavors in Aubervilliers.

     





    ____________________

    [1] Sylvain Lazarus, Anthropology of the Name, Seagull Books, 2015, Preface to the English edition, p. 11

     

     

    ____________________

    With the support of the Acción Cultural Española, AC/E

     

     



    0 0

    oui
    22. Février 2017 - 13:00» 14:30
    Mercredi 22 février 2017, à 13h



    Séance inaugurale  –-  Artiste chercheur

     
    Dans le cadre du séminaire proposé par Laurent Pichaud aux Laboratoires d'Aubervilliers, Performer la recherche, ces 5 séances sur Deborah Hay vont tenter de donner à voir et à entendre ce qu’une spécificité d’artiste chercheur permet à un champ de recherche habituellement théorique.

    Forme hybride entre format universitaire et performance située, ces 5 séances restitueront en scène différentes questions qu'une telle recherche a stimulé :

    • questions méthodologiques : comment un danseur fait un travail dans des archives sans méthodologie particulière ? comment mettre en scène des récits d’expériences, des points de vue différenciés, des extraits dansés ?

    • question d’écritures : que serait la spécificité d’un écrit fait par une chorégraphe ? que serait la spécificité d’une traduction faite par un danseur ? En quoi l’interprétation en scène informe un travail de traduction ?

    • question chorégraphique : que serait, pour Laurent Pichaud, de faire de l'in situ dans l'œuvre d'une autre artiste, lui qui travaille habituellement hors plateau dans des espaces publics ?

    • question scénique enfin : chaque séance s’appuiera sur une forme d’adresse au spectateur spécifique. Frontalité théâtrale, in situ dans les espaces des Laboratoires d’Aubervilliers, espaces co-partagés, disposition en cercle, projections… seront en effet autant d’outils pour restituer au mieux la diversité des points de vue et des expériences menées depuis 10 ans.

     

    Entrée libre sur réservation
    à reservation@leslaboratoires.org ou au 01 53 56 15 90



    Deborah Hay et Laurent Pichaud par Thomas Bernardet



    Standard

    0 0

    oui
    22. Février 2017 - 13:00» 14:30
    Mercredi 22 février 2017, à 13h



    Inaugural session  -–  Artist where researcher 


    As part of the seminar proposed by Laurent Pichaud at Les Laboratoires d’Aubervilliers, Performer la recherche, the 5 sessions on Deborah Hay will try to show what the specific position of artist-research can offer a field of study that is typically theoretical.

    A hybrid form, somewhere between an academic format and situated performance, these 5 sessions present and stage different questions stimulated by this research:

    • methodological questions: how does a dancer go about archival work without any particular methodology? How to stage accounts of experiences, different perspectives, and danced passages?

    • the writing question: what might the specificity of a choreographer’s writing be? And that of a translation carried out by a dancer? How might interpretation on the stage inform the task of translating?

    • a choreographic question: how might we apprehend Laurent Pichaud (who tends to work off stage, in public spaces) choice to work in situ in the body of work of another artist?

    • finally, a scenic question: each session will be grounded in a specific address to the spectator. Theatrical frontality, in situ work in the Les Laboratoires d’Aubervilliers spaces, shared spaces, circular arrangements, projections (screenings?)… will indeed be engaged with as a set of tools to present as faithfully as possible the diversity of perspectives and experiences that have developed over the last 10 years.

     

    Free entrance on booking
    at reservation@leslaboratoires.org or at 01 53 56 15 90



    Deborah Hay and Laurent Pichaud by Thomas Bernardet



    Standard

    0 0

    non
    10. Février 2017 - 20:00» 22:30
    Vendredi 10 février 2017, 20h



    Question n°63 : éléments de réponse
    Alain Bertho, Sonia Chiambretto, Yoann Thommerel


    Élaboré collectivement aux Laboratoires d’Aubervilliers dans le cadre des actions menées en lien avec le « Groupe d’information sur les Ghettos », le Questionnaire n°1 interroge les mécanismes d’exclusion et de repli.
    Cette rencontre publique est pensée comme une tentative de réponse à l’une des questions les plus brûlantes du questionnaire :

    63.    Quel souvenir gardez-vous de ce qu’on a couramment appelé les
            « émeutes de 2005 ? »
            Avez-vous l’impression que des événements similaires pourraient
            se reproduire prochainement ?
            Le souhaitez-vous ?
            Pourquoi ?

    Elle réunira les écrivains Sonia Chiambretto et Yoann Thommerel, actuellement en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers, ainsi qu’Alain Bertho, anthropologue et professeur à l’université Paris-8. Ce dernier consacre ses travaux depuis 1990 aux mobilisations urbaines et aux émeutes, en France et dans le monde. Il est notamment l’auteur d’un essai paru au Seuil en 2016 : Les Enfants du chaos.



    Entrée libre sur réservation
    à reservation@leslaboratoires.org ou au 01 53 56 15 90



    Sonia Chiambretto et Yoann Thommerel, Question n°63 du "Questionnaire n°1", 2006 - mise en forme par Gabriele Cepulyte

     

    Standard

    0 0

    non
    10. Février 2017 - 20:00» 22:30
    Friday 10th February 2017, 8 p.m.



     

    Question No. 63: Some answers
    Alain Bertho, Sonia Chiambretto, Yoann Thommerel


    Questionnaire n°1 was put together collectively at Les Laboratoires d’Aubervilliers as part of a series of projects carried out by the Groupe d’information sur le Ghettos; the questionnaire interrogates mechanisms of exclusion and withdrawal. This public event will be an attempt to answer one of the most burning questions in the questionnaire:

    63.    What do you remember about the so-called ‘2005 riots’?
            Do you feel similar events could reoccur soon?
            Do you hope this will be the case?
            Why?

    It will bring together writers Sonia Chiambretto and Yoann Thommerel, who are currently in residency at Les Laboratoires d’Aubervilliers, and anthropologist Alain Bertho, who teaches at the University of Paris-8 and, since the 1990s, has been researching urban mobilisations and riots, in France and other parts of the globe. His publications include Les Enfants du chaos (Seuil, 2016).



    Entry is free, booking is required
    at reservation@leslaboratoires.org or at 01 53 56 15 90



    Sonia Chiambretto and Yoann Thommerel, Question n°63 du "Questionnaire n°1", 2006 - graphic design by Gabriele Cepulyte

     

    Standard

    0 0

    oui
    16. Février 2017 - 16:00» 18:00
    Jeudi 16 février 2017, 16h

     

    Les Laboratoires d’Aubervilliers poursuivent les ateliers de lecture qui, tous les quinze jours, proposent de mener collectivement recherches et réflexions autour d’une problématique spécifique abordée depuis différentes disciplines (l’art, les sciences humaines, la politique). Ces ateliers participent à la construction du « Printemps des Laboratoires », programmation qui se décline tout au long de l’année via des workshops, tables rondes, projections jusqu’à l’avènement d’un moment public intense. Ce rendez-vous public, qui aura lieu en juin 2017, en constitue la mise en perspective finale à une échelle internationale. Cette programmation est articulée chaque année autour d’une notion spécifique ; cette année il s’agit de « Extra Sensory Perception ».

    La quatrième édition du Printemps des Laboratoires a ouvert un champ très vaste que nous souhaitons continuer à explorer pour cette nouvelle saison. Sous l’intitulé « ESP (Extra Sensorial Perception) », nous proposons de poursuivre nos réflexions.

    Il sera question de comment faire de la place dans nos vies à des voix multiples et contradictoires, à un “Je” non unique, centre de gravité narratif, à des entités non-humaines et autres mondes invisibles, de comment en être remplis sans être assaillis. On se demandera ce que peut être une mystique contemporaine et dans quelle histoire hallucinée, illuminée, visionnaire nous souhaitons nous situer aujourd’hui. On cherchera les méthodes de désindividualisation afin de partager ces visions et de les rendre collectives et habitables.




    Atelier # 10


    Pour ce dixième atelier de lecture qui aura lieu le jeudi 16 février 2017, nous vous proposons de vivre une démarche collective d’éducation populaire, et nous vous invitons à partager deux textes qui nous semble particulièrement résonner avec l’atelier précédent.

    Tandis que Le livre des Jours de Taha Hussein illuminera La nuit des prolétaires, A nos amis du comité invisible, et en particulier le chapitre « Omnia sunt communia », étayera nos réflexions sur la destitution et le devenir révolutionnaire. Ce dernier texte nous  aidera à définir la commune comme qualité de lien et façon d’être dans le monde.

    Ces deux textes seront présentées par Farida Gilot, albertivillarienne et enseignante, et Silvia Maglioni, artiste en résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers aux côtés de Graeme Thomson, qui toutes deux souhaitent que la dixième édition de cet atelier prenne la forme d'une démarche collective d'éducation populaire.

     
    Vous retrouverez le texte complet d’A nos amis ici : A nos amis
    Découvrez ou redécouvrez l’auteur du Livre des Jours ici : France-culture/hommage-taha-hussein

     

    Labo des Labos

    0 0

    oui
    23. Février 2017 - 19:00» 22:30
    Jeudi 23 février 2017, 19h




    Néo-chamanisme.


    Après avoir évoqué l'année dernière les pratiques collectives des entendeurs de voix avec REV (réseau sur l'entente de voix), et à la suite de notre dernière rencontre autour de l'institution psychiatrique et d'expérimentations pour en rendre poreuse ses frontières, nous allons nous pencher avec David Dupuis sur les implications d'une expérience de soin convoquant les univers chamaniques des régions amazoniennes du Pérou.

    Là encore il sera question de frontières, entre les pratiques traditionnelles chamaniques (avec la difficulté de définir ce qu'est la "tradition" dans des mondes sociaux et écologiques ravagés par la mondialisation économique) et des formes éclectiques accusées d'appartenir aux courants disparates du New Age, visant des nouvelles économies du « développement personnel ». Mais encore, entre les formes dominantes de soin occidental qui individualisent les corps et les esprits, les ramenant à eux-mêmes (de la psychiatrie biologique aux thérapeutiques « psychodynamiques »), et de nouvelles « niches écologiques » d'où émergent  des nouveaux univers relationnels, des pratiques de soin qui convoquent des êtres non-humains
    « dans le vide laissé par l'absence des Dieux » (Michel Foucault, Naissance de la clinique).

    On pourra dire de ces formes de soin syncrétiques qu'elles exigent une forme de conversion, celle-ci passant alors par l'initiation ad hoc qui prétend nous relier à des univers comprenant des invisibles.

    Conversion, voilà le mot à bannir dans nos univers commandés par les psychothérapies laïques. Mais au fond, comme l'affirme Mikkel Borch-Jacobsen (La fabrique des folies), toute thérapeutique n'implique-t-elle pas un processus de conversion, le passage d'un monde à un autre, la reconstitution active entre le soignant et le patient d'un nouveau monde pour faire exister autrement des expériences singulières de souffrance ?

    La question qu'on pourrait poser alors est la suivante : la guérison ne suppose-t-elle pas la ré-affiliation d'une personne en souffrance à de nouveaux univers de référence, exigeant des pratiques de médiation singulières et la constitution d'un nouvel éthos théorique auxquels adhèrent de nouveaux collectifs, aussi bien composés de soignants que de
    « soignés » ?  Ce qui nous importe dans ce cas, ce sont les rapports qui se tissent entre une multiplicité de mondes. Et on voit mal comment ces rapports pourraient s'extraire des conflits entre ces mondes.



    David Dupuis est anthropologue. Il vient de soutenir une thèse, sous la direction de Philippe Descola, résultat de ses recherches sur des expériences de soin s'appuyant sur des traditions chamaniques des indiens d'Amérique du Sud. Il a séjourné longtemps au Pérou, dans un lieu de soin appelé Takiwasi où il a participé à la vie de cette communauté thérapeutique.

     

    Labo des Labos

    0 0

    non
    0

     

    Séminaire Pratiques de soin et collectifs
    Sur une proposition de Josep Rafanell i Orra

    Deuxième saison



                                               Mon bon ami, lui dis-je, aussi vrai que je
                                               suis moi et que vous êtes vous –
                                               Qui êtes-vous donc ? me dit-il.
                                               Pas de question embarrassante,
                                               répondis-je
    .

                                               Laurence Sterne,
                                               Vie et opinions de Tristram Shandy
                                

       


    Il me semble important de situer à nouveau la question du soin dans un paysage politique. Et ce paysage, on pourra l'appeler la crise qui nous est imposée. Et nous dirons avec d'autres que « la crise » n’est rien d’autre qu’un nouveau mode de gouvernement. Gouverner par la peur, par la mise en tension subjective, par la détermination d’identités sociales qui ne cessent en même temps d’être déstabilisées. L’impérieuse injonction à s’adapter à l’instable semble être devenu le mode de subjectivation promu par les institutions de gouvernance, à l’échelle de pays entiers, avec l'institutionnalisation de la précarité ou avec des lois d'urgence dévoilant le fondement policier de l'Etat. Ou encore à l’échelle des conduites individuelles, en faisant de la vie un travail anxieux de prospection. Voici que la seule communauté possible ne saurait-être que celle de l’expérience commune de la peur et de l’insécurité.   

    Et pourtant nous savons que le mot crise est lié aussi, étymologiquement, au sens de prise de décision. Disons que la « crise » que nous vivons annonce des bifurcations inattendues comme autant de nouvelles voies d’émancipation. Et que nous sommes, à nouveau, de plus en plus nombreux à le vouloir ainsi et à agir en conséquence : que l’on occupe des places, que l’on "déborde" dans les rues ou que l’on expérimente des formes de coopération. Ou tout à la fois.

    Il n’est plus possible d’en douter, l'illégitimité de ceux qui prétendent nous gouverner, et de leurs institutions, augmente radicalement la possibilité de cultiver des arts pour ne plus être gouvernés. A la logique intégrative (que ce soit par les institutions du marché –le salaire et la folle production de valeur qui détruit la pluralité de nos milieux de vie–, ou que ce soit par les institutions étatiques qui fabriquent des parcours et des identités normées, au demeurant introuvables), nous pouvons opposer la fragmentation de ce que l'on peut appeler avec d’autres de nouvelles formes  de « communalité ». A la gestion de la population comme une totalité administrée on pourra opposer des fabriques de communautés singulières. A la délégation de nos besoins institués par toute une microphysique du pouvoir, on peut opposer l’attention vers la singularisation de notre vie commune.   

    On peut dire alors que le soin se situe au bord de la politique. Ce sont le soin et l’attention qui permettront que les frontières de la politique deviennent poreuses. Il s’agit alors de porter notre l’attention aux processus d’individuation qui permettent de situer les formes d'instauration du collectif et, en les situant, de frayer des passages entre des mondes.  Le soin est en ce sens la fabrique des différences d’où émergent des singularités conjurant les tentatives d’une unification ontologique.   

    Si nous adoptons l’hypothèse que la politique surgit là où se produit un processus de désertion des identités policières qui rendent possible l’administration d'un certain ordre social, cela veut dire aussi que l’apparition de nouveaux régimes de sensibilité et d’énonciation collective amorcent la possibilité d'autres formes de communauté. Nous ne voulons plus d’un Sujet universel, serait-il le sujet de l’émancipation : nous savons le désastre auquel aura conduit l’instauration d’un sujet politique subsumant tous les autres formes plurielles de subjectivation.    

    Misère de l’universalisme déjà fondé, conduisant à la désolante inattention au regard des milieux de nos coexistences. Soigner, guérir, ce sont des processus instituant la différence. C’est par des formes transindividuelles qu’émergent des nouveaux modes d’existence de l’expérience. Alors, une écologie du soin suppose l’expérimentation de relations avec les autres et les autres des autres : un tissage de relations. Il faut repeupler le monde de la variété infinie des relations entre les êtres. Prendre soin, c’est accompagner des formes hétérogènes de co-individuation.    

    Ce qui nous intéresse donc, ce n’est ni "le tragique sujet du manque-à-être", ni le souci de soi boursoufflé par un idéal de santé, ni non plus l’individu hyper-compétent, frénétiquement "activé" dans l'adaptation au monde de l'économie. Ce qui nous importe ce sont les dispositifs d’expérimentation de rapports entre les êtres, humains et non-humains, qui fabriquent des nouveaux mondes ou qui inventent les manières d’hériter des mondes anciens. On ne soigne pas des « individus » ni des  « sujets » mais on prend soin des relations auxquelles nous appartenons. Ici, pas de sujet précédant la relation instaurée, pas de neutralité possible, pas de « témoin modeste » de l’objectivité du monde, selon les mots de Donna Haraway, mais un engagement commun dans des processus d’émancipation qui sont, simultanément, la singularisation de nos relations et un travail  collectif pour situer ces relations: l'instauration de lieux

    Voici la tentative qui guidera le cycle de rencontres que nous proposerons lors de cette deuxième saison du séminaire autour du soin et des pratiques collectives. Faire exister des constitutions collectives plurielles, le partage de nos expériences, suppose aussi un exercice fragile et risqué de désassignation aux identités déjà normées (celles purement fantasmatique de certaines formes de médecine, de psychiatrie, de psychanalyse, de sociologie ou de la justice). S'il s’agit de refuser le pastoralisme gouvernemental, ou la prétention pédagogique de quelques uns à dicter aux autres les manières de la bonne émancipation, c'est que le soin est une fabrique de la différence.
       

    Après une séance d'introduction que je partagerai avec Thierry Drumm, philosophe pragmatiste, lecteur attentif de W. James, nous nous pencherons avec d'autres invités sur des pratiques néo-chamaniques, sur l'introduction du candomblé en France, sur la réinvention d'une friche dans la banlieue parisienne, sur les pratiques des groupes d'entraide mutuelle à la bordure de l'institution psychiatrique, sur la mise en place de groupes d'auto-support de personnes atteintes d'une maladie somatique, sur la mise en place d'un centre social autonome, sur nos rapports aux plantes qui habitent nos milieux urbains, sur l'usage d'une ambulance achetée collectivement... Cela devrait nous permettre de commencer à dessiner une sorte de cartographie de pratiques plurielles de soin et d'attention comme autant de formes d'émancipation.
       
    Ces rencontres auront lieu comme d'habitude les derniers jeudis du mois aux Laboratoires d'Aubervilliers, à partir de 19h.

    Les dates prévues, dont nous annoncerons le contenu ultérieurement, sont les suivantes: les jeudis 27 octobre, 24 novembre, 15 décembre 2016, puis les jeudis 26 janvier, 23 février, 30 mars, 27 avril et 25 mai 2017.

     

    Jeudi 27 octobre 2016
    « Pragmatisme et mondes en train de se faire »  -  Présentation du cycle des rencontres Pratiques de soin et collectifs avec Thierry Drumm, philosophe pragmatiste.

    Jeudi 24 Novembre 2016
    « Cohabiter avec les plantes dans la ville »  -  Avec Véronique Désanlis, botaniste, et Ariane Leblanc coordinatrice du projet La semeuse.

    Jeudi 15 décembre 2016
    « Les électrosensibles »  -  Avec Nicolas Prignot, chercheur et philosophe.

    Jeudi 26 janvier 2016
    « La psychiatrie. Bordures »  -  Avec Alexandre Vaillant, animateur du GEM (groupe d'entraide mutuelle) à Saint Denis, Charles Burquel et Mounia Ahammad, psychiatre et infirmière dans plusieurs institutions et espaces collectifs bruxellois.

    Jeudi 23 février 2016
    « Néo-chamanisme et communauté »  -  Avec David Dupuis, chercheur sur des pratiques de soin chamaniques en Amérique latine.

    Jeudi 30 mars 2016 
    « Une expérience d'entraide autour de la maladie d'Huntington »  -  Avec Alice Rivière, écrivaine, cofondatrice de Ding Ding Dong.

    Jeudi 27 avril 2016
    « Friches: une expérience communale »  -  Avec Olivier Pousset, documentaliste et habitant d'Aubervilliers.

    Jeudi 18 mai 2016
    « Ne tirez pas sur l'ambulance. L'invention de pratiques de soin en milieu hostile »  -  Membres de l'Association de soin intercommunal, Plateau de mille vaches et Rouen.






    ____________________________

    L'ensemble du séminaire reçoit le soutien amicale de l'artiste et photographe Xavier Ribas qui, très aimablement, autorise Les Laboratoires d'Aubervilliers a reproduire ses images issues de la série Invisible Structures [1] (2006).



    0 0

    non
    0

     

    Seminar Care Practices and collectives
    Season Two.


                                               But how a new mythology is itself to
                                               arise, which shall be the creation, not of
                                               some individual author, but of a new
                                               race, personifying, as it were, one single
                                               poet — that is a problem whose solution
                                               can be looked for only in the future
                                               destinies of the world, and in the course
                                               of history to come
    .

                                               Friedrich Wilhelm Schelling,
                                               The Modern Construction of Myth
                                

       


    It is important we locate the issue of care within a political landscape — a landscape we could describe as a crisis, for it is imposed on us. And we could join others in saying that “crisis” is nothing other than a mode of governing. Governing through fear, through a subjective putting into tension, through the determination of constantly destabilised social identities — these are the new forms of governance.
    The imperious injunction to adapt to instability seems to be the mode of subjectification fostered by governing institutions, on a countrywide level, with the institutionalisation of precarity or emergency laws that reveal the police State in its full glory. And also on the individual level, in the way life becomes an anxious task of prospecting. In such a framework, the only grounds for community is the shared experience of fear and insecurity.   

    Yet we also know that the word “crisis” is etymologically linked to the idea of decision-making. Let’s say the “crisis” we are experiencing announces new, unexpected directions, that is, new paths for emancipation. And we are, indeed, a growing number who want just this and who are acting in consequence, be it by occupying city squares, by “flooding” the streets to protest, or by experimenting with new forms of cooperation, or all of these actions at once.

    There is no longer any doubt that the very illegitimacy of those who claim to govern us and their institutions radically increases the possibility of cultivating the arts as a means of opposing governance. We can oppose the logic of integration (be it by market institutions — the institution of the salary and the demented production of value that destroys the plurality of our living environments — or by state institutions that construct standardised life-paths and identities) through the fragmentation of new forms of “communality”. We can oppose the management of the population as an administered totality through the construction of singular communities. We can oppose the delegating of our instituted needs by a microphysics of power through attentiveness towards the singularisation of our collective life.   

    It thus becomes clear that care is located at the borders of politics — borders which care and attentiveness can render porous. We must pay attention to all the processes of individuation that enable us to situate the ways the collective can be established and, by locating them, to cut paths between worlds. In this perspective, care is to be apprehended as the making of differences from which processes of singularisation emerge, averting attempts towards an ontological unification.   

    If we embrace the hypothesis whereby politics emerges with the process of deserting identities shaped by a police state and which enable the administration of a particular social order, this also means the emergence of new regimes of sensibility and collective enunciation opens up the possibility for alternative forms of community. We no longer want a universal Subject, even if presented as the subject of emancipation: we know the disastrous implications of establishing a political subject that subsumes all other plural forms of subjectivation.    

    The misery of an already established universalism, leading to a pitiful inattentiveness towards the environments in which we co-exist. Caring and healing are processes that establish difference. Forms of trans-individuality give rise to new modes of experience. In this way, an ecology of care entails experimenting and experiencing relations with others and with the others of others, i.e., weaving relations. We must repopulate the world with the infinite diversity of human relationships. Taking care is about supporting heterogeneous forms of co-individuation.    

    What we are concerned with is thus neither “the tragic subject of the lack-of-being”, nor self-care inflated by an ideal of health, nor the hyper competent individual, switched on and frenetically active in adapting to the economic world. What we are concerned with are the apparatuses for experimenting relationships between beings, both human and non-human, which construct new worlds or which invent ways of inheriting worlds that came before. It is not “individuals” or “subjects” that are cared for but the relationships we pertain to. In this perspective, there is no subject that precedes the established relationship, no possible neutrality, no “modest witness” of the world’s objectivity, to use Donna Haraway’s terms, but a common engagement in emancipatory processes which are simultaneously the singularisation of our relationships and a collective project to situate these relationships: creating sites.

    This will be our guiding intention for this second cycle of discussions on care and collective practices. Creating or maintaining plural collective constitutions and sharing experiences also involves a fragile and risky exercise in de-allocating already standardised identities (those maintained by a certain form of medicine, psychiatry, psychoanalysis, sociology or the legal system). If we are rejecting governmental pastoralism, or the pedagogical claim of a few to dictate to others what the right form of emancipation might be, it is because care produces difference.
       

    Following an introductory session that I will be facilitating along with Thierry Drumm, a pragmatist philosopher and attentive reader of William James, in the company of other guest speakers we will be exploring: neo-shamanic practices; the introduction of Candomblé in France; the establishment of an autonomous social/community care centre in the Greater Paris region; practices of mutual aid groups at the margins of the psychiatric institution; the implementation of self-support groups for persons affected by somatic illnesses; care work among sex workers in a working-class area of Paris; and our relationship to the flora that grows in our urban environment…This will enable us to begin to map the plural practices of care and attentiveness as different forms of emancipation.
       

    These discussions are scheduled on the last Thursday of the month at Les Laboratoires d’Aubervilliers, from 7 pm.

    The dates are as follows (the content of each session will be announced in due course): Thursday 27 October, 24 November, 15 December 2016, and Thursday 26 January, 23 February, 30 March, 27 April and 25 May 2017.

     





older | 1 | .... | 96 | 97 | (Page 98) | 99 | 100 | .... | 123 | newer