Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


older | 1 | .... | 93 | 94 | (Page 95) | 96 | 97 | .... | 123 | newer

    0 0

    non
    0


    CENTRE FOR LANGUAGE UNLEARNING

     

    Silvia Maglioni & Graeme Thomson, To face the turn away, 2016

     

    Combining a study group, collective readings and screenings with an evolving programme of activities and exercises, the Centre for Language Unlearning is a platform for renegotiating our everyday rapport with the language/languages we use and that make use of us.

    Opening as part of Silvia Maglioni & Graeme Thomson's common infra/ctions, it will also include a video channel (the l'anguish channel) installed at Les Laboratoires d'Aubervilliers as a further resource for reflection and discussion.

    As playful as they are serious, the activities, suspensions and inertias of the Centre will attempt to allow us to gain some distance from both our 'mother' tongues and the specialised languages that together form a considerable part of our subjectivities and constitute their principle modes of expression and daily interaction. We shall try to consider the components and structures of these from the outside, not in terms of a specious objective reality but as an observable process (in which we are nonetheless involved) of the constitution and destitution of meaning and affect.

    One aim of the Centre will be to partly “unlearn” the automatisms of relation to one’s tongue(s) and to “undo” the mechanisms that guarantee its  communicative efficacy. Drawing upon resources from a wide range of fields including literature, cinema, philosophy, post-colonial theory, psychotherapy, neurolinguistics, contemporary art and music, the Centre will develop strategies and techniques of unlearning and partial withdrawal from communication and test their limits. At the same time it will conduct research into such matters as the hegemonic power of "major" languages, the uses and contaminative effects of "minor" languages and literatures, the non-negotiable discourse(s) of poetry, the potentials of living-dead languages, the language of birds...

    Already inhabiting a border zone, the Centre is a nomadic platform that will travel and continue to unlearn from its movements in space and time.



    Opening of the Centre for Language Unlearning
    Friday 14th October 2016 at 8 pm

    Electronic-lecture, presentation of research in progress and cocktails
    With Igor Casas, signal interpreter

    Extract of the Opening Address, which has inaugurated the Centre for Language Unlearning at Les Laboratoires d'Aubervilliers

     

    UNLEARNING 1: Chœur in situ
    Friday 21st October 2016, from 3 pm to 6.30 pm

    With Natasha Muslera, composer and musician
    Workshop (booking required)

     

    UNLEARNING 2: Unlearn your Privilege talking to the Disappeared
    Saturday 17th December 2016, 4 p.m.

    Reading, cooking and commoning
    With Jesal Kapadia, artist and activist
    (details to come)



    ////////////////////////////////


    For more information about RECHERCHE IN PROGRESS


    Furthermore, during their residency at Les Laboratoires d'Aubervilliers, Silvia Maglioni and Graeme Thomson attended the International Mother Language Day organized by the City of Aubervilliers in February 2016. From what they recorded that day, they realized a sound piece, Lullabye to Language, currently broadcasted by radio DUUU* [Unités Radiophoniques Mobiles].


    ////////////////////////////////

     


     ____________________

    With the support of CNAP / soutien à une recherche/production artistique du Centre national des arts plastiques



    0 0
  • 10/12/16--08:43: The L’anguish Channel
  • non
    0

     

    The L’anguish Channel

     

    Programme 2

    Opening Address - Prologue (HDV, colour 14' 15'', 2016)

    L'Opening Address a inauguré le Centre de désapprentissage de la langue aux Laboratoires d'Aubervilliers - dont un extrait est consultable ici.

    Ce texte a tout d’abord été écrit par les artistes en anglais avant d'être traduit en français. Les deux versions ont ensuite servies de base pour une adaptation en langue des signes par l'interprète Igor Casas qui, du fait des jeux de mots parfois trans-linguistiques porté par le texte original, s’est vu invité à inventer un certain nombre de nouvelles combinaisons de signes. Pour la première partie de l'Address, Casas a performé son interprétation avec un thérémine, dont le son a été modifié par un traitement de signal numérique en écho à ses mouvements de main et de corps. Pour la deuxième partie, un enregistrement sonore de la performance a été diffusée avec des sous-titres en direct, en anglais et français.

    Pour ce second programme de The L’anguish Channel, Silvia Maglioni et Graeme Thomson présentent une version préliminaire d’une articulation filmée de ce travail, en se concentrant sur le prologue de l'Address, où trois phases de l’(im)possible traduction (signe - thérémine, thérémine - texte, voix - signe) sont placées dans un état de doute suspendu.



     

    Opening Address, film still courtesy the artists

     


     

    Programme 1

    Underwritten by Shadows Still
    (HD, couleur/nb 33 min, 2016)


    Conçu initialement comme une lecture-performance, Underwritten by Shadows Still est un film pour des voix inaudibles composé de photogrammes sous-titrés issus de nombreux films et accompagnés d’une bande sonore électronique contenant des samples manipulés (des introductions piano des Lieder et des bruits ambiants des films), des sons qui émanent d’espaces avant ou entre les voix.

    Les fragments sous-titrés des dialogues ou monologues de cinéma sont édités ensemble afin de former un discours continu qui puisse traverser tous ces photogrammes (stills) allant de l’enquête philosophique, à des observations quotidiennes à des bifurcations narratives.

    Sous-écrire (underwriting) les images comme promesse ultime d’une ombre de la signification, les sous-titres constituent une autre sorte de sous-écriture, un langage mineur et “pauvre” de choses à demi parlées, entaillé de fissures, de silences et de changements imprévisibles de directions et de sens. Ainsi, des filets effilochés d’une conversation ouverte sont tissés de figures de différents films tout en étant contenus dans les méandres d’une autre voix inassignable qui appartient et s’adresse à personne en particulier. Une voix qui parle à la dernière personne, ou à la déniée personne.



    Graeme Thomson & Silvia Maglioni, Underwritten by Shadows Still, 2016

     


    0 0
  • 10/12/16--08:44: The L’anguish Channel
  • non
    0


    The L’anguish Channel

     

    Programme 2

    Opening Address - Prologue (HDV, colour 14' 15'', 2016)


    The Opening Address inaugurated the Centre for Language Unlearning at Les Laboratoires d'Aubervilliers - whith an extract avaiblable for consultation here.

    The text was originally written by the artists in English before being translated into French. Both versions were then used as the basis for an adaptation into French Sign Language by interpreter Igor Casas, which, on account of the sometimes cross-linguistic wordplay of the original, invited him to invent a number of new sign combinations. For the first part of the Address, Casas performed his interpretation to the theremini as the sound was additionally modified by digital signal processing in response to his hand and body movements. For the second part, meanwhile, a sound recording of the Sign language/theremini performance was played back, subtitled live with in both English and French.

    For the second program of The L’anguish Channel, Maglioni and Thomson are presenting a new articulation of the work, focusing on the Address's Prologue. In the editing, three phases of (im)possible translation (sign to theremin, theremin to text, voice to sign) are placed in a state of suspended disbelief.

     

     

    Opening Address, film still courtesy the artists

     


     

    Programme 1

    Underwritten by Shadows Still
    (HD, colour/bw 33 min, 2016)


    Originally conceived as a lecture-performance, Underwritten by Shadows Still is a film for inaudible voices composed of subtitled photograms taken from a wide range of films and accompanied by an electronic soundtrack containing manipulated samples of sound (the piano introductions of Lieder and the ambient noises of movie soundtracks) that originate from spaces before or between voices.

    The subtitled fragments of film dialogue or monologue are edited together to form a continuous discourse traversing the whole series of stills that moves between philosophical enquiry, everyday remarks and narrative bifurcations.

    Underwriting the images as a last promise of a shadow of meaning, the subtitles also constitute another kind of under-writing, a minorised and “poor” language of things half-spoken, riven by cracks, silences and odd shifts in direction and emphasis. In this way, frayed threads of an open conversation are woven between figures from the different films and at the same time are contained within the meanders of another, unassignable voice belonging to and addressing no one in particular. A voice that speaks in the last, or lost, person.



    Graeme Thomson & Silvia Maglioni, Underwritten by Shadows Still, 2016





    0 0

    non
    0

     

    Séminaire Pratiques de soin et collectifs
    Sur une proposition de Josep Rafanell i Orra

    Deuxième saison



                                               Mon bon ami, lui dis-je, aussi vrai que je
                                               suis moi et que vous êtes vous –
                                               Qui êtes-vous donc ? me dit-il.
                                               Pas de question embarrassante,
                                               répondis-je
    .

                                               Laurence Sterne,
                                               Vie et opinions de Tristram Shandy
                                

       


    Il me semble important de situer à nouveau la question du soin dans un paysage politique. Et ce paysage, on pourra l'appeler la crise qui nous est imposée. Et nous dirons avec d'autres que « la crise » n’est rien d’autre qu’un nouveau mode de gouvernement. Gouverner par la peur, par la mise en tension subjective, par la détermination d’identités sociales qui ne cessent en même temps d’être déstabilisées. L’impérieuse injonction à s’adapter à l’instable semble être devenu le mode de subjectivation promu par les institutions de gouvernance, à l’échelle de pays entiers, avec l'institutionnalisation de la précarité ou avec des lois d'urgence dévoilant le fondement policier de l'Etat. Ou encore à l’échelle des conduites individuelles, en faisant de la vie un travail anxieux de prospection. Voici que la seule communauté possible ne saurait-être que celle de l’expérience commune de la peur et de l’insécurité.   

    Et pourtant nous savons que le mot crise est lié aussi, étymologiquement, au sens de prise de décision. Disons que la « crise » que nous vivons annonce des bifurcations inattendues comme autant de nouvelles voies d’émancipation. Et que nous sommes, à nouveau, de plus en plus nombreux à le vouloir ainsi et à agir en conséquence : que l’on occupe des places, que l’on "déborde" dans les rues ou que l’on expérimente des formes de coopération. Ou tout à la fois.

    Il n’est plus possible d’en douter, l'illégitimité de ceux qui prétendent nous gouverner, et de leurs institutions, augmente radicalement la possibilité de cultiver des arts pour ne plus être gouvernés. A la logique intégrative (que ce soit par les institutions du marché –le salaire et la folle production de valeur qui détruit la pluralité de nos milieux de vie–, ou que ce soit par les institutions étatiques qui fabriquent des parcours et des identités normées, au demeurant introuvables), nous pouvons opposer la fragmentation de ce que l'on peut appeler avec d’autres de nouvelles formes  de « communalité ». A la gestion de la population comme une totalité administrée on pourra opposer des fabriques de communautés singulières. A la délégation de nos besoins institués par toute une microphysique du pouvoir, on peut opposer l’attention vers la singularisation de notre vie commune.   

    On peut dire alors que le soin se situe au bord de la politique. Ce sont le soin et l’attention qui permettront que les frontières de la politique deviennent poreuses. Il s’agit alors de porter notre l’attention aux processus d’individuation qui permettent de situer les formes d'instauration du collectif et, en les situant, de frayer des passages entre des mondes.  Le soin est en ce sens la fabrique des différences d’où émergent des singularités conjurant les tentatives d’une unification ontologique.   

    Si nous adoptons l’hypothèse que la politique surgit là où se produit un processus de désertion des identités policières qui rendent possible l’administration d'un certain ordre social, cela veut dire aussi que l’apparition de nouveaux régimes de sensibilité et d’énonciation collective amorcent la possibilité d'autres formes de communauté. Nous ne voulons plus d’un Sujet universel, serait-il le sujet de l’émancipation : nous savons le désastre auquel aura conduit l’instauration d’un sujet politique subsumant tous les autres formes plurielles de subjectivation.    

    Misère de l’universalisme déjà fondé, conduisant à la désolante inattention au regard des milieux de nos coexistences. Soigner, guérir, ce sont des processus instituant la différence. C’est par des formes transindividuelles qu’émergent des nouveaux modes d’existence de l’expérience. Alors, une écologie du soin suppose l’expérimentation de relations avec les autres et les autres des autres : un tissage de relations. Il faut repeupler le monde de la variété infinie des relations entre les êtres. Prendre soin, c’est accompagner des formes hétérogènes de co-individuation.    

    Ce qui nous intéresse donc, ce n’est ni "le tragique sujet du manque-à-être", ni le souci de soi boursoufflé par un idéal de santé, ni non plus l’individu hyper-compétent, frénétiquement "activé" dans l'adaptation au monde de l'économie. Ce qui nous importe ce sont les dispositifs d’expérimentation de rapports entre les êtres, humains et non-humains, qui fabriquent des nouveaux mondes ou qui inventent les manières d’hériter des mondes anciens. On ne soigne pas des « individus » ni des  « sujets » mais on prend soin des relations auxquelles nous appartenons. Ici, pas de sujet précédant la relation instaurée, pas de neutralité possible, pas de « témoin modeste » de l’objectivité du monde, selon les mots de Donna Haraway, mais un engagement commun dans des processus d’émancipation qui sont, simultanément, la singularisation de nos relations et un travail  collectif pour situer ces relations: l'instauration de lieux

    Voici la tentative qui guidera le cycle de rencontres que nous proposerons lors de cette deuxième saison du séminaire autour du soin et des pratiques collectives. Faire exister des constitutions collectives plurielles, le partage de nos expériences, suppose aussi un exercice fragile et risqué de désassignation aux identités déjà normées (celles purement fantasmatique de certaines formes de médecine, de psychiatrie, de psychanalyse, de sociologie ou de la justice). S'il s’agit de refuser le pastoralisme gouvernemental, ou la prétention pédagogique de quelques uns à dicter aux autres les manières de la bonne émancipation, c'est que le soin est une fabrique de la différence.
       

    Après une séance d'introduction que je partagerai avec Thierry Drumm, philosophe pragmatiste, lecteur attentif de W. James, nous nous pencherons avec d'autres invités sur des pratiques néo-chamaniques, sur l'introduction du candomblé en France, sur la réinvention d'une friche dans la banlieue parisienne, sur les pratiques des groupes d'entraide mutuelle à la bordure de l'institution psychiatrique, sur la mise en place de groupes d'auto-support de personnes atteintes d'une maladie somatique, sur la mise en place d'un centre social autonome, sur nos rapports aux plantes qui habitent nos milieux urbains, sur l'usage d'une ambulance achetée collectivement... Cela devrait nous permettre de commencer à dessiner une sorte de cartographie de pratiques plurielles de soin et d'attention comme autant de formes d'émancipation.
       
    Ces rencontres auront lieu comme d'habitude les derniers jeudis du mois aux Laboratoires d'Aubervilliers, à partir de 19h.

    Les dates prévues, dont nous annoncerons le contenu ultérieurement, sont les suivantes: les jeudis 27 octobre, 24 novembre, 15 décembre 2016, puis les jeudis 26 janvier, 23 février, 30 mars, 27 avril et 25 mai 2017.

     

    Jeudi 27 octobre 2016
    « Pragmatisme et mondes en train de se faire »  -  Présentation du cycle des rencontres Pratiques de soin et collectifs avec Thierry Drumm, philosophe pragmatiste.

    Jeudi 24 Novembre 2016
    « Cohabiter avec les plantes dans la ville »  -  Avec Véronique Désanlis, botaniste, et Ariane Leblanc coordinatrice du projet La semeuse.

    Jeudi 15 décembre 2016
    « Les électrosensibles »  -  Avec Nicolas Prignot, chercheur et philosophe.

    Jeudi 26 janvier 2016
    « La psychiatrie. Bordures »  -  Avec Alexandre Vaillant, animateur du GEM (groupe d'entraide mutuelle) à Saint Denis, Charles Burquel et Mounia Ahammad, psychiatre et infirmière dans plusieurs institutions et espaces collectifs bruxellois.

    Jeudi 23 février 2016
    « Néo-chamanisme et communauté »  -  Avec David Dupuis, chercheur sur des pratiques de soin chamaniques en Amérique latine.

    Jeudi 30 mars 2016 
    « Une expérience d'entraide autour de la maladie d'Huntington »  -  Avec Alice Rivière, écrivaine, cofondatrice de Ding Ding Dong.

    Jeudi 27 avril 2016
    « Friches: une expérience communale »  -  Avec Olivier Pousset, documentaliste et habitant d'Aubervilliers.

    Jeudi 18 mai 2016
    « Ne tirez pas sur l'ambulance. L'invention de pratiques de soin en milieu hostile »  -  Membres de l'Association de soin intercommunal, Plateau de mille vaches et Rouen.



    0 0

    non
    0

     

    Seminar Care Practices and collectives
    Season Two.


                                               But how a new mythology is itself to
                                               arise, which shall be the creation, not of
                                               some individual author, but of a new
                                               race, personifying, as it were, one single
                                               poet — that is a problem whose solution
                                               can be looked for only in the future
                                               destinies of the world, and in the course
                                               of history to come
    .

                                               Friedrich Wilhelm Schelling,
                                               The Modern Construction of Myth
                                

       


    It is important we locate the issue of care within a political landscape — a landscape we could describe as a crisis, for it is imposed on us. And we could join others in saying that “crisis” is nothing other than a mode of governing. Governing through fear, through a subjective putting into tension, through the determination of constantly destabilised social identities — these are the new forms of governance.
    The imperious injunction to adapt to instability seems to be the mode of subjectification fostered by governing institutions, on a countrywide level, with the institutionalisation of precarity or emergency laws that reveal the police State in its full glory. And also on the individual level, in the way life becomes an anxious task of prospecting. In such a framework, the only grounds for community is the shared experience of fear and insecurity.   

    Yet we also know that the word “crisis” is etymologically linked to the idea of decision-making. Let’s say the “crisis” we are experiencing announces new, unexpected directions, that is, new paths for emancipation. And we are, indeed, a growing number who want just this and who are acting in consequence, be it by occupying city squares, by “flooding” the streets to protest, or by experimenting with new forms of cooperation, or all of these actions at once.

    There is no longer any doubt that the very illegitimacy of those who claim to govern us and their institutions radically increases the possibility of cultivating the arts as a means of opposing governance. We can oppose the logic of integration (be it by market institutions — the institution of the salary and the demented production of value that destroys the plurality of our living environments — or by state institutions that construct standardised life-paths and identities) through the fragmentation of new forms of “communality”. We can oppose the management of the population as an administered totality through the construction of singular communities. We can oppose the delegating of our instituted needs by a microphysics of power through attentiveness towards the singularisation of our collective life.   

    It thus becomes clear that care is located at the borders of politics — borders which care and attentiveness can render porous. We must pay attention to all the processes of individuation that enable us to situate the ways the collective can be established and, by locating them, to cut paths between worlds. In this perspective, care is to be apprehended as the making of differences from which processes of singularisation emerge, averting attempts towards an ontological unification.   

    If we embrace the hypothesis whereby politics emerges with the process of deserting identities shaped by a police state and which enable the administration of a particular social order, this also means the emergence of new regimes of sensibility and collective enunciation opens up the possibility for alternative forms of community. We no longer want a universal Subject, even if presented as the subject of emancipation: we know the disastrous implications of establishing a political subject that subsumes all other plural forms of subjectivation.    

    The misery of an already established universalism, leading to a pitiful inattentiveness towards the environments in which we co-exist. Caring and healing are processes that establish difference. Forms of trans-individuality give rise to new modes of experience. In this way, an ecology of care entails experimenting and experiencing relations with others and with the others of others, i.e., weaving relations. We must repopulate the world with the infinite diversity of human relationships. Taking care is about supporting heterogeneous forms of co-individuation.    

    What we are concerned with is thus neither “the tragic subject of the lack-of-being”, nor self-care inflated by an ideal of health, nor the hyper competent individual, switched on and frenetically active in adapting to the economic world. What we are concerned with are the apparatuses for experimenting relationships between beings, both human and non-human, which construct new worlds or which invent ways of inheriting worlds that came before. It is not “individuals” or “subjects” that are cared for but the relationships we pertain to. In this perspective, there is no subject that precedes the established relationship, no possible neutrality, no “modest witness” of the world’s objectivity, to use Donna Haraway’s terms, but a common engagement in emancipatory processes which are simultaneously the singularisation of our relationships and a collective project to situate these relationships: creating sites.

    This will be our guiding intention for this second cycle of discussions on care and collective practices. Creating or maintaining plural collective constitutions and sharing experiences also involves a fragile and risky exercise in de-allocating already standardised identities (those maintained by a certain form of medicine, psychiatry, psychoanalysis, sociology or the legal system). If we are rejecting governmental pastoralism, or the pedagogical claim of a few to dictate to others what the right form of emancipation might be, it is because care produces difference.
       

    Following an introductory session that I will be facilitating along with Thierry Drumm, a pragmatist philosopher and attentive reader of William James, in the company of other guest speakers we will be exploring: neo-shamanic practices; the introduction of Candomblé in France; the establishment of an autonomous social/community care centre in the Greater Paris region; practices of mutual aid groups at the margins of the psychiatric institution; the implementation of self-support groups for persons affected by somatic illnesses; care work among sex workers in a working-class area of Paris; and our relationship to the flora that grows in our urban environment…This will enable us to begin to map the plural practices of care and attentiveness as different forms of emancipation.
       

    These discussions are scheduled on the last Thursday of the month at Les Laboratoires d’Aubervilliers, from 7 pm.

    The dates are as follows (the content of each session will be announced in due course): Thursday 27 October, 24 November, 15 December 2016, and Thursday 26 January, 23 February, 30 March, 27 April and 25 May 2017.

     





    0 0

    non
    13. Janvier 2017 - 20:00» 22:30
    Friday 13th January 2017, at 8 p.m.


    Mon corps n’obéit plus

    From and by Yoann Thommerel

     



    From his earliest years, Yoann Thommerel has been aware of the indocility of his body. And contrary to what those around him might have hoped, maturity has done nothing to change this. Today, his body continues to obstinately refuse to comply with certain instructions that pervade our lives, namely this one: Learn to stay in one’s place and not go beyond the bounds.
    Throwing himself into writing, the author has decided to pay closer attention than ever to his body. It is with his body that he writes andit is conjointly that they will be delivering this small selection of poems on excess
    .

    “Soon my body will be a clamour, my body will be a million.”

     _________________________

    Concept: Yoann Thommerel / Sonia Chiambretto
    Production: Groupe parallèle.
    With the support of: Montevidéo, Les Laboratoires d’Aubervilliers, Panta Théâtre.
    Mon corps n’obéit plus will be published in January 2017 by éditions NOUS.
    _________________________

     

    The performance will be preceded by a reading by Sonia Chiambretto, Yoann Thommerel ad Erwan Guignard.

    In residency at Les Laboratoires d’Aubervilliers since January 2016, writers Yoann Thommerel and Sonia Chiambretto, in association with the Groupe d’information sur les Ghettos (g.i.g.), interrogate mechanisms of exclusion and withdrawal. They create and activate protocols for reflection shared with local residents, artists and researchers, mainly grounding their practice in the collective writing of questionnaires and their circulation.

    This reading will be a attempt to respond to questions 45 and 46 of the “Questionnaire No.1” :

    45     Do you believe in an extra-terrestrial life form?
            Which kind?

    46     If you had to turn into an animal, which one would you choose?




    ---------------------

    FREE ENTRANCE ON RESERVATION at
    reservation@leslaboratoires.org or at 01 53 56 15 90

    ---------------------

     

    Standard

    0 0

    non
    13. Janvier 2017 - 20:00» 22:30
    Vendredi 13 janvier 2017, à 20h

    Mon corps n’obéit plus
    De et par Yoann Thommerel

     



    Yoann Thommerel éprouve depuis le plus jeune âge l’indocilité de son corps et, contrairement à ce que son entourage pouvait espérer, la maturité n’a rien arrangé. Aujourd’hui encore, son corps refuse obstinément de se plier à certaines consignes omniprésentes dans nos vies, et notamment à celle-ci : apprendre à rester à sa place et à ne pas dépasser les limites.
    En se lançant dans l’écriture, l’auteur a cette fois-ci décidé d’être plus que jamais à l’écoute de ce corps. C'est avec lui qu'il a écrit et c'est ensemble qu'ils diront ces quelques poèmes du débordement.

    « Dans pas longtemps, mon corps sera une clameur, mon corps sera un million. »

     _________________________

    Conception : Yoann Thommerel / Sonia Chiambretto
    Production : Groupe parallèle.
    Avec le soutien de : Montevidéo, Les Laboratoires d’Aubervilliers, Panta Théâtre.
    Mon corps n’obéit plus est disponible à partir de janvier 2017 aux éditions Nous.
    _________________________

     

    La performance sera précédée d’une lecture par Sonia Chiambretto, Yoann Thommerel et Erwan Guignard.

    En résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers depuis janvier 2016, les écrivains Yoann Thommerel et Sonia Chiambretto, en lien avec le Groupe d’information sur les Ghettos (g.i.g.), interrogent les mécanismes d’exclusion et de repli. Ils inventent et activent des protocoles de réflexion partagés avec les habitants, des artistes et des chercheurs, en prenant principalement appui sur l’écriture collective de questionnaires et leur circulation.

    Cette lecture se veut une tentative de réponses aux questions 45 et 46 du
    « Questionnaire n°1 » :

    45     Croyez-vous en l’existence d’une forme de vie extra-terrestre ?
            Laquelle ?

    46     Si vous deviez vous transformer en animal, lequel choisiriez-vous ?




    ---------------------

    ENTREE LIBRE SUR RESERVATION à
    reservation@leslaboratoires.org ou au 01 53 56 15 90

    ---------------------

     

    Standard

    0 0

    non
    14. Janvier 2017 - 19:30» 23:00
    Samedi 14 janvier 2017, 19h30

     


    Performance #1

    Avec DD Dorvillier, Adva Zakai et Alain Michard,
    assistés d’Alice Gautier

     

    _all right reserved

     

     

    From 9th to 14th January 2017, Alain Michard will be inviting choreographers DD Dorvillier and Adva Zakai to discuss their respective practices, to fuel the broader, collectively constructed project En danseuse.

    Each choreographer will propose systems for staging the body through image, exploring their relationship to dance History and, further, to a personal and collective history of the moving body.

    Much of the discussion will be devoted to sharing their respective collections of documents and references.

    The three artists will end this phase with a public opening, presenting the thought processes, the wanderings and current state of research in the form of dance performances, images, archives and discussions with the audience.

    Despite the differences in their respective practices (whose individual history is marked by exile - one is an Israeli by origin and lives in Belgium, the other is a New Yorker who is partly Puertorican, and lives in France), it will be necessary to reveal the points of complementarity between them, but also in echo to the practice of Alain Michard and to question that animates them : the off-field of dance, writing and speech, humor that models a certain relationship to the public, disappearance and accumulation, the history of dance and its modes of production, self-archiving and self-control.

    Each choreographer will propose devices for bringing the body into play with the image, in their relation to the History of dance, and beyond, to a personal and collective story of the body in motion.

     

     

    ------------------

    Free entrance on booking at
    reservation@leslaboratoires.org or at 01 53 56 15 90

    ------------------

     

     

    Standard

    0 0

    non
    14. Janvier 2017 - 19:30» 23:00
    Samedi 14 janvier 2017, 19h30


    Performance #1

    Avec DD Dorvillier, Adva Zakai et Alain Michard,
    assistés d’Alice Gautier

     

    _tous droits réservés

     

     

    Du 9 au 14 janvier 2017, Alain Michard invite les chorégraphes DD Dorvillier et Adva Zakai à échanger sur leur pratique respective pour venir nourrir le projet vaste construit collectivement En danseuse.

    Chacun proposera des dispositifs de mise en jeu de corps avec l’image, dans leur rapport à l’Histoire de la danse, et au-delà, à une histoire personnelle et collective du corps en mouvement.

    Une grande partie de l’échange sera consacrée au partage de leur documentation et de leurs références.

    Les trois artistes concluent ce temps par une ouverture publique lors de laquelle sont présentés les cheminements, les errances, les états de cette recherche sous la forme de danses, d'images, d'archives et d'échanges avec le public.

    Malgré les divergences de leur pratique respective (dont l’histoire individuelle est marquée par l’exil - l’une est israélienne d’origine et vit en Belgique, l'autre est new-yorkaise d’origine en partie porto-ricaine et vit en France), il s’agira de révéler les points de complémentarité entre elles, mais aussi en écho à celle d’Alain Michard et de questionner ce qui les anime : tour à tour le hors champ de la danse, le mouvement de l’écriture et de la parole, la grâce de l’humour qui modèle un certain rapport au public, la disparition et l’accumulation, l’histoire de la danse et ses modes de productions, l’auto-archive et la maîtrise de soi.

    Chaque chorégraphe proposera des dispositifs de mise en jeu de corps avec l’image, dans leur rapport à l’Histoire de la danse, et au-delà, à une histoire personnelle et collective du corps en mouvement.

     

    ------------------

    Entrée libre sur réservation à
    reservation@leslaboratoires.org ou au 01 53 56 15 90

    ------------------

     

     

    Standard

    0 0

    oui
    19. Janvier 2017 - 16:00» 18:00
    Jeudi 19 janvier 2017, à 16h

    Les Laboratoires d’Aubervilliers poursuivent les ateliers de lecture qui, tous les quinze jours, proposent de mener collectivement recherches et réflexions autour d’une problématique spécifique abordée depuis différentes disciplines (l’art, les sciences humaines, la politique). Ces ateliers participent à la construction du « Printemps des Laboratoires », programmation qui se décline tout au long de l’année via des workshops, tables rondes, projections jusqu’à l’avènement d’un moment public intense. Ce rendez-vous public, qui aura lieu en juin 2017, en constitue la mise en perspective finale à une échelle internationale. Cette programmation est articulée chaque année autour d’une notion spécifique ; cette année il s’agit de « Extra Sensory Perception ».

    La quatrième édition du Printemps des Laboratoires a ouvert un champ très vaste que nous souhaitons continuer à explorer pour cette nouvelle saison. Sous l’intitulé « ESP (Extra Sensorial Perception) », nous proposons de poursuivre nos réflexions.

    Il sera question de comment faire de la place dans nos vies à des voix multiples et contradictoires, à un “Je” non unique, centre de gravité narratif, à des entités non-humaines et autres mondes invisibles, de comment en être remplis sans être assaillis. On se demandera ce que peut être une mystique contemporaine et dans quelle histoire hallucinée, illuminée, visionnaire nous souhaitons nous situer aujourd’hui. On cherchera les méthodes de désindividualisation afin de partager ces visions et de les rendre collectives et habitables.



    Atelier # 8

    Pour ce huitième atelier de lecture dans le cadre du Printemps des Laboratoires et de l’exploration des perceptions extra sensorielles, nous invitons la réalisatrice et scénariste Yolande Zauberman et la photographe et écrivain Paulina Spiechowicz, co-créatrices du livre Les mots qui nous manquent, paru à l’automne 2016. A travers cette exploration des mots qui manquent à nos langues mais existent dans d’autres, nous faisons l’expérience de l’invisibilité et de la visibilité du langage. Si certains mots existent dans certaines langues pour désigner des perceptions et des émotions, ces perceptions et sensations sont-elles orphelines dès lors que les mots pour les désigner n’existent pas dans notre langue ? Que deviennent-elles alors ? L’invisibilité dans lesquelles ces langues se retrouvent assignées constitue-t-il un autre régime de relation qui s'impose à nous, hors de tout langage ?

    « L'idée de ce livre m'est venue en regardant les Indiens monter le long des façades pour nettoyer les vitres des gratte-ciels à New York. Leur tribu ignore le mot « vertige », il manque à leur langue, sa sensation, le concept même. Certains mots sont comme la pomme qu’Eve a offert à Adam, dangereux à connaître. D'autres ouvrent les coeurs. Qu'ils expriment le paradis ou le cauchemar, grâce à eux, on n’est plus tout à fait un étranger. On traverse les frontières de l’intime. Dans l'argot de Rome, « Paccare» c'est s'embrasser passionnément en se touchant, ou voler des bagages dans une voiture sans surveillance. « Twerk », à la Jamaïque, évoque une danse de filles très sensuelle qui incite au sexe. En arabe, « Wiswas » désigne une voix, une obsession qui tourne dans nos têtes et n’en veut plus sortir. Quand on prononce ces deux syllabes en Orient, les regards s’éclairent, les sourires jaillissent. Ces secrets collectifs composés d’un seul mot désignent des sentiments ou des sensations dont on ne savait même pas qu’ils pouvaient être nommés. Ces mots manquants nous grandissent. Ils nous racontent des histoires de tous les jours, des histoires de fête, d'amour ou d'esclavage. Ils repoussent les limites de notre monde et de notre langage. On sent soudain ce que sentent les autres. » - Yolande Zauberman


    Yolande Zauberman
    , née à Paris, est scénariste et réalisatrice de films documentaires et de fiction. Elle aborde le cinéma en travaillant aux côtés d'Amos Gitaï et réalise en 1987 un premier documentaire sur l’apartheid en Afrique du Sud, Classified People qui remporte entre autres le Grand Prix du Festival de Paris et le Bronze Rosa au Festival de Bergame (Italie). Le second, Caste Criminelle (1989), est tourné en Inde, et est sélectionné au Festival de Cannes. Trois ans plus tard, elle signe son premier long métrage de fiction, Moi Ivan, toi Abraham. S’ensuivent les deux films Clubbed to Death (Lola) (1996) et La guerre à Paris (2001). Elle signe également l’idée originale des films Tanguy (2001) et Agathe Cléry (2008) pour le réalisateur Étienne Chatiliez et réalise des séries de photos pour le magazine Spoon et le mensuel Le Monde diplomatique. Elle réalise en 2004 la comédie expérimentale Paradise now - Journal d'une femme en crise et retourne au documentaire avec Un juif à la mer tout en poursuivant ses recherches sur l’image avec la création de CATMASK, une caméra sur un masque de chat, qui la conduit à travailler avec des artistes et des danseurs. Depuis quelques années, elle filme avec Stephen Torton, Too Soft For Anybody I Know sur Jean-Michel Basquiat.
    En 2012, Yolande Zauberman poursuit la réalisation de l’œuvre Oh, Je vous veux !, film-installation à la croisée du cinéma et de l’art contemporain et se consacre à la réalisation de son prochain film, L'Amant palestinien.


    Labo des Labos

    0 0
  • 04/09/13--09:56: Claudia Triozzi
  • non

    tag artiste: 

    Claudia Triozzi

    Type d’artiste: 

    Author

    Dancer and choreographer, born in 1962 in Vimercate (Italy), lives and works in Paris.

    For several years, Claudia Triozzi has developed a solo work, which stages a female character in an apparatus that often resembles a complex and poetic assemblage of heterogeneous and domestic objects. Under the cloak of a delirious imagery, each play is a tragic-comedy where sociological chronicle and political history of the body join. At the Laboratoires in 2001-2002, Claudia Triozzi developed research in collaboration with artist and musician Xavier Boussiron. The themes she developed, particularly the notions of competence and learning, have brought her to work occasionally with young students from the Conservatoire Régional de Musique d’Aubervilliers-La Courneuve. Her research also resulted in the creation of a show called The Family Tree. This piece was shown at the Quartz (Brest) and at the Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine Saint-Denis (Bobigny) in 2002, at the Centre Pompidou (Paris), at the Kunsten Festival des Arts (Bruxelles) and at the BBI (Bern) in 2003, in the Festival Objectif danse (Marseilles) and at the CDC in Toulouse in 2004, at the TanzQuartier (Wien) in 2005. In addition, she conducted an art-training workshop at the Laboratoires, working around the body and the voice. The Laboratoires is also involved with Claudia Triozzi for a new piece in 2005.


    0 0
  • 02/23/11--05:29: Claudia Triozzi
  • non

    tag artiste: 

    Claudia Triozzi

    Type d’artiste: 

    Author

     

    Danseuse et chorégraphe, Claudia Triozzi est née en 1962 à Vimercate en Italie, elle vit et travaille à Paris.

    Claudia Triozzi développe depuis plusieurs années un travail en solo qui met en scène un personnage de femme dans des dispositifs qui se présentent souvent comme un assemblage complexe et poétique d’objets hétéroclites et domestiques. Sous couvert d’un imaginaire délirant, chacune de ses pièces est le lieu d’une tragi-comédie où se côtoient chronique sociologique et histoire politique du corps. Aux Laboratoires en 2001-2002, Claudia Triozzi a développé un travail de recherche en collaboration avec l'artiste et musicien Xavier Boussiron. Les thèmes qu’elle a développés, particulièrement les notions de compétence et d’apprentissage, l’ont amenée à travailler ponctuellement avec de jeunes élèves du Conservatoire Régional de Musique d’Aubervilliers – la Courneuve. Son travail de recherche a abouti à la création d’un spectacle intitulé The Family Tree. Ce spectacle a été présenté au Quartz (Brest) et aux Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine Saint-Denis (Bobigny) en 2002, au Centre Pompidou (Paris), au Kunsten Festival des Arts (Bruxelles) et au BBI (Berne) en 2003, dans le cadre du Festival Objectif danse (Marseilles) et au CDC de Toulouse en 2004, au TanzQuartier (Vienne) en 2005. Elle a aussi animé aux Laboratoires un atelier de formation artistique autour d'un travail du corps et de la voix. Les Laboratoires s'engagent également en 2005 avec Claudia Triozzi sur une nouvelle création.

    Il s'agit toujours pour Claudia Triozzi de mettre à l'épreuve les présupposés du spectacle chorégraphique. L'espace de représentation, les modes d'interprétation propres au danseur et les notions mêmes de spectacle font l'objet d'une perpétuelle remise en question. De pièce en pièce, d'espaces d'exposition en scènes de théâtre, Claudia Triozzi repousse les limites du corps et les espaces de visibilité du danseur.

     


    0 0

    oui
    Le Journal des Laboratoires 2016 2017

     

    Le Journal des Laboratoires d'Aubervilliers 2016 2017

    Le Journal des Laboratoires est disponible aux Laboratoires d’Aubervilliers (41 rue Lecuyer, 93300 Aubervilliers) et peut également être téléchargé sur le site internet : http://www.leslaboratoires.org/editions

     

     


    Beaucoup de nouveaux mondes naissent, tout le temps. Ils se construisent à la marge des systèmes dominants dont sont exclus ceux qui ne s’accordent pas avec la norme. Explorer la « Psychotropification de la société », comme nous l’avons fait lors de la saison 2015-2016 aux Laboratoires d’Aubervilliers, c’était ouvrir la porte aux invisibles et aux invisibilisés qui nous entourent. Ces derniers s’incarnent dans de multiples entités avec lesquelles nous devons composer, notamment les microcommunautés construites en réponse à des modèles qui ne leur correspondent pas – celles des entendeurs de voix, des trans, des prostitué-e-s, des consommateurs de drogues, des personnes atteintes de maladies rares, des personnes vivant avec des obsessions trop dérangeantes pour être révélées au grand jour et pour les partager comme des expériences qui pourraient se révéler communes à d’autres gens. Soit autant de puissances d’agir avec lesquelles nous devons composer progressivement un monde commun. À travers ces invisibles, c’est un autre rapport au monde qui se compose, nous amenant à considérer autrement les frontières qui nous entourent et à recomposer notre propre expérience.

    Si, dans un premier temps, ce terme un peu barbare de Psychotropification, inventé pour l’occasion, nous a d’abord interloquées, il s’est révélé au final très évocateur pour pointer l’utilisation utrancière des médicaments psychotropes utilisés pour soigner les troubles mentaux. Un usage qui semble en effet servir les intérêts, dans le modelage abrutissant des êtres qu’il engendre, de ceux qui espèrent une obéissance sans dissidence des individus, de tous les individus qui composent la société. Nous avons ainsi, pendant une année, pensé ensemble les effets d’une médicalisation exponentielle des émotions, des situations et des conditions humaines, et renouvelé notre approche de la maladie et de la folie. En choisissant de tordre le langage pour fabriquer de toutes pièces cette expression de « psychotropification de la société », nous avons voulu explorer et inventer les bords et les profondeurs de cette expression et, dans la fiction dont elle est porteuse, mener l’effort de son explicitation et de son dépassement.

    Depuis que nous avons lancé le projet du Printemps des Laboratoires, en 2013 — dont le principe est d’articuler recherches artistiques et théoriques, échanges ouverts à un large public via des formats d’ouverture publique qui s’inventent tout au long de l’année au gré des artistes et des personnes qui les traversent —, depuis presque quatre ans, donc, les thématiques que nous avons traversées n’ont eu de cesse de se faire écho. La question des communautés et du droit aux communs (Commun, Commune, Communautés, 2013) rencontre ainsi celle des formes d’art qui inséminent les mouvements de révoltes et de ontestations qui ont jailli notamment ces dix dernières années à travers le monde (Performing Opposition, 2015), laquelle rejoint la nécessité d’inventer d’autres modèles d’existence pour assurer sa survie, d’autres façons de considérer ce qui nous façonne intimement sans les réduire au silence et en acceptant toutes les formes qu’elles recoupent, des plus sacrées aux plus triviales (Psychotropification de la société, 2016). Le rapport entre art et travail et les expériences de l’art comme paradigmes d’un certain modèle de déconstruction de la valeur travail dans notre société (Ne travaillons jamais !, 2014) sont autant de feuilles de route qui mettent en lumière la volonté de ne pas se laisser enfermer et, surtout, de mettre en place les moyens concrets de réfléchir ensemble.


    Le Printemps des Laboratoires #4  / © Ouidade Soussi-Chiadmi


    Nous nous sommes donc attelées encore une fois, cette année, pendant les séminaires « pratiques de soin et collectifs » portés par Josep Rafanell i Orra, inscrivant la question de la gestion sociale du système de santé en dehors des dispositifs de contrôle et de normalisations des identités par la maladie. Ses invités ont partagé leur expérience de formes collectives de soin ou de résistance face aux dispositifs d’assignation à un statut de malade ou de déviant. À écouter leurs témoignages pendant un an, c’est notre langage qui s’en est trouvé transformé, en même temps que nos réflexes de désignation : la prohibition de la drogue et des travailleurs du sexe qui a tendance à précariser, et la pénalisation des usagers à conduire à plus de clandestinité, ont fait place à des pratiques d’autosupport et d’incorporations diverses.

    Nous admirons des réseaux tels que le « réseau des entendeurs de voix » (REV), qui cherche à dé-médicaliser et dé-stigmatiser le phénomène de l’écoute des voix, à fuir les diagnostics qui ignorent l’histoire des personnes diagnostisées, et à redonner la parole et le pouvoir de gérer leur vie à ceux qui en ont été dépossédés par les autorités médicales. En lieu et place de la criminalisation et de la victimisation s’est installé le désir d’être attentif et d’offrir une place aux multiples pratiques de soins existantes et de construire de nouveaux lieux, comme autant de zones d’autonomie temporaire à défendre, quitte à fabriquer des « zones grises », entre légalité et illégalité.

    C’est aussi à travers les ateliers de lecture que nous avons développé notre réflexion et les outils pour décrypter les dispositifs d’assujettissement au diagnostic médical et de pathologisation des expériences. Nous y avons reconnu comme fondamentaux et pertinents les liens que certains oeuvrent à mettre en place dans leur parcours personnel. Au fur et à mesure des ateliers s’est dessinée une bibliographie, qui nous a emmenés sur les pas du neurobiologiste François Gonon ou d’Ivan Illich, afin de contrer la vision génétique et biologique de la maladie psychiatrique à laquelle s’accroche la recherche, dangereuse parce que nécessairement réductrice. Nous avons abordé les questions de liberté, d’addiction et d’éthique de la décision avec la philosophe Avital Ronell, qui proclame, avec Walter Benjamin « un droit des nerfs ». Grâce à Vinciane Despret, nous avons décidé de faire confiance aux fantômes ; à Fernand Deligny, de fabriquer des réseaux de présence ; à Tim Ingold, de tisser des lignes de fuite. Paul B. Preciado nous a ouvert la voie des mutations engendrées par l’ingestion de biotechnologies, complexifiant l’identité sexuelle – une réflexion que nous avons poursuivie avec le psychiatre et psychanalyste Harold Searles – avant de finir par explorer, avec Deleuze et Guattari, des modes d’existence en deçà ou au-delà de l’individu, dans la rencontre de nos meutes intérieures.


    Nous accueillons, dans ces pages du Journal des Laboratoires, certains des auteurs étudiés, et invités lors de l’événement final du « Printemps des Laboratoires #4 », en juin 2016 : un texte de Tobie Nathan sur l’ethnopsychiatrie qui passe par une déconstruction des pratiques psychanalytiques et leur décolonisation, de Jean-François Chevrier qui revient, de manière synthétique, sur ses recherches autour de l’hallucination artistique, et de Florent Gabarron Garcia, qui écrit, en quelques lignes, l’histoire de la psychothérapie institutionnelle, qu’il relie à l’histoire populaire de la psychanalyse. Enfin, le collectif Dingdingdong témoigne des formes singulières imaginées pour traiter de la maladie dégénérative d’Huntington, un temps surnommée « chorée de Huntington » à cause des gestes aléatoires et incontrôlables qu’elle provoque. Nous avons souhaité retranscrire également une discussion entre Magali Molinié et Pticarus, venus nous parler du réseau des Entendeurs de voix franciliens dont ils sont membres actifs, après avoir mis en place, pendant cinq jours, dans le cadre du projet de Dora García, un « Café des voix » à Pantin. C’est aussi l’occasion, dans ce premier cahier du Journal, de livrer les enjeux de la performance de l’artiste Grace Ndiritu, qu’elle poursuivra en présence d’un groupe de recherche constitué de chercheurs, de cuisiniers et d’artistes, en juillet 2017.


    Un deuxième cahier est confié aux deux artistes en résidence depuis novembre 2015, Silvia Maglioni et Graeme Thomson, dont la pratique fait largement écho aux réflexions menées autour de la psychotropification, auxquelles ils ont pris part de manière particulièrement active. Leur projet cherche à habiter la dimension infra, « dans le sens de la rupture de règles et de codes établis, avec celle d’action infra comme forme d’intervention qui se déroule en deçà et au-delà du domaine de l’action », à travers un grand nombre de propositions textuelles, sonores et visuelles, faisant une grande place, dans un premier temps, à la matière noire du cinéma, puis s’orientant progressivement vers un désapprentissage du langage. À chaque fois, et les entretiens et retranscriptions de séances publiques de ce cahier en rendent compte, il s’agit d’ouvrir la recherche à l’expérience collective.


    Silvia Maglioni et Graeme Thomson, Dark Matter Cinema, 2016 /
    courtesy des artistes

    Le troisième cahier reviendra sur le projet d’exposition de l’artiste plasticienne Katinka Bock qui s’est développé entre 2015 et 2016 depuis Aubervilliers jusqu’à Toronto, au Canada, où prendra forme une nouvelle étape de son projet Zarba Lonza au Mercer Union, en 2017. À ce projet, qui s’est développé en relation avec les commerçants d’Aubervilliers autour de l’échange, du don et contre-don, fait écho celui des écrivains Yoann Thommerel et Sonia Chiambretto qui se sont installés aux Laboratoires depuis janvier 2016 avec leur Groupe d’information sur les ghettos (le G.I.G.). Partant du constat que le mot ghetto s’est largement propagé dans les discours politiques comme une manière de stigmatiser sans distinctions des zones géographiques, des communautés, des comportements, des identités sociales et minoritaires et des modes d’existences, le G.I.G. s’est développé toute l’année en compagnie d’habitants d’Aubervilliers, de chercheurs et d’étudiants pour travailler à l’écriture de questionnaires qui complexifient cette question du ghetto, tout en la ramenant à l’expérience personnelle et subtile des personnes qui ont accepté de se prêter au jeu du questionnaire. Ce cahier livre ici des extraits des différents questionnaires, et un entretien avec les deux auteurs qui y exposent les ramifications artistiques, politiques et sociales que recoupe un tel projet. 


    Katinka Bock, Zarba Lonsa, Aubervilliers, 20015 / © Katinka Bock


    Le dernier cahier poursuit une réflexion entamée dans le Journal de l’année dernière autour de la danse et des recherches qui y sont menées en dehors du seul espace du plateau, des formes qui impliquent entre autres de caler ses modes de production à la plasticité des pratiques elles-mêmes, non de la contraindre. À travers la pratique singulière de trois artistes, la danse apparaît, plus que jamais, plurielle. Chez Pauline Simon, elle est le lieu d’exploration de l’Apocalypse, puissant moteur à fictions. Pour Marinella Senatore, l’endroit de cristallisation et de représentations de savoir-faire partagés. Pour Claudia Triozzi, tantôt lieu d’auto-archivage, tantôt lieu d’hospitalité où inventer une nouvelle pédagogie de la recherche. En guise d’ouverture (et de promesse) à toutes les expériences que cette édition du Journal des Laboratoires, nous l’espérons, ouvrira, nous laissons le mot de la fin à Donna Haraway :

    « Pour ma part, je veux des histoires. Avec tous les descendants infidèles des dieux célestes, avec mes compagnons de litière qui se vautrent avec moi dans de riches embrouilles inter-espèces, je veux fabriquer une agitation critique et joyeuse. Je ne résoudrai pas le problème mais penserai avec lui, me laisserai troubler par lui. La seule façon que je connaissance pour le faire est d’en appeler à la joie créatrice, à la terreur et à la pensée collective ». (1)



    Alexandra Baudelot,
    Dora García et
    Mathilde Villleneuve



    Le Journal des Laboratoires est disponible aux Laboratoires d’Aubervilliers (41 rue Lecuyer, 93300 Aubervilliers) et peut également être téléchargé sur le site internet : http://www.leslaboratoires.org/editions

     

     

    1./-  Donna J. Haraway, « Sympoièse, sf, embrouilles multispécifiques, gestes spéculatifs », in Didier Debaise, Isabelle Stengers (dir.), Gestes spéculatifs, « Colloque de Cerisy », Dijon, Les presses du réel, 2015.


    0 0

    non
    17. Décembre 2016 - 16:00» 19:00
    Samedi 17 décembre 2016, 16h

    Silvia Maglioni & Graeme Thomson - common infra/ctions
    Centre for Language Unlearning

    Unlearning #2 :
    Unlearning privilege - talking with the disappeared
    screening, reading, cooking and conversations
    Workshop with Jesal Kapadia


    Fugitive green: fragment of a floorspread, 2016


    Rows of red poppies line the center of this magnificent floor spread, which was later cut and hemmed to be repurposed. As in several instances, the main motif changes direction in certain areas; here, alternate poppy plants appear upside down in the top row. The spread was made through the laborious process known as kalamkari, in which green is achieved by painting a yellow dye over areas tinted with indigo, but the yellow often faded, leaving only the undercoat of blue. Remarkably, the usually fugitive green is well preserved in this work.

    She said: Sometimes the line between the system and a revolution is just a river. After all, isn’t the fight between the forces of resistance and the system of domination almost just as old as the Euphrates and the Ganges?

    So we will spend a whole evening on reversing the flows, unlearning our ways of seeing and doing, being together, holding a continuous non-stop relay reading of keywords that arrive from the feminine consciousness.

    She said: Mutiny can be as much internally directed as against objectionable external command, involving the tougher task of first exiting his or her self-fashioning as a voluntary sentinel of an unjust status quo, or rather involving those practices of auto-disassembly so eloquently described as releasing oneself from oneself, or straying afield from or deserting oneself!

    Approaching what is not exclusively ends-driven, giving equal merit to process and refusing to participate in any perpetuation of the status quo, and in doing so appearing ungenerative, with commitment to inconsequential or inessential things, addressing concepts that have to do with learning to learn from below, by talking with the disappeared...voices, tongues, color, forms of life and ways of being. Searching for the common cause and not the common wealth.

    She said, again: Our body is actually an upside down tree.

    Calling for the suspension of causative thinking and action, feeling backward, reversing the imaginary of successive time, exiting the privileges of real and symbolic/social reproduction, failing, inconsequentially, and entering non-reproductive thought.



    -------------------

    This workshop is open to all.
    Reservation is advised
    to
    reservation@leslaboratoires.org or 01 53 56 15 90

    -------------------

     




    Jesal Kapadia
    is an artist from Bombay and many different cities. Using various mediums, her work explores the potential forms of non-capitalist subjectivities. Her interests lie in an ethical praxis of being-in-common, and the cultivation of an awareness of art that is place-based, diversified, multiple, small-scale, collective and autonomous. Jesal has long been concerned with the imaginative and affective dimensions of migration that exceed purely economic analysis – how globalization and modernization feels, rather than mere statistics. Her art tends to have a connection to a prior moment of non-globalization, generating a sense of affinity for time and space that is pre-colonial, or post-capitalist, in nature. She looks for things, poems, songs, images, writings, taste, touch, dialects and voices that contain traces of an invisible order that constantly shift upon becoming visible, emphasizing a form that refuses to be captured but continues to flow into other forms, becoming pidgin.

    From 2001-2014, Jesal collectively edited art for'Rethinking Marxism' (a journal of economics, culture and society) as well as organized and participated in events with members of 16beaver group (an artist community in downtown New York that functions as an open platform for discussion, critique and collaboration). Over the last fifteen years she has taught and developed a number of courses and seminars at various schools as well as community-based or artist-organized spaces. In 2012, Jesal met with the members of Wednesday Discussion Group and the women's group WRise, both based in Cambridge MA, and has since then shared the learnings and reflections coming out of discussions with them, activating dialogues on the question of patriarchy and violence in our contemporary society.


    Labo des Labos

    0 0

    non
    17. Décembre 2016 - 16:00» 19:00
    Samedi 17 décembre 2016, 16h

     

    Silvia Maglioni & Graeme Thomson - common infra/ctions
    Centre de désapprentissage de la langue

    Désapprentissage #2 :
    Unlearning privilege - talking with the disappeared
    screening, reading, cooking and conversations
    Atelier avec Jesal Kapadia


    Fugitive green: fragment of a floorspread, 2016


    Des rangées de coquelicots rouges bordent le centre de ce tapis magnifique, qui a par la suite été coupé et ourlé en vue d’un nouvel usage. Souvent, dans certaines zones, le motif principal du tapis change de direction ; ici, dans la rangée supérieure, des coquelicots à l'envers alternent avec les autres. Le tapis a été fabriqué par un processus laborieux connu sous le nom de kalamkari, dans lequel le vert est obtenu en peignant une couleur jaune sur les zones teintées d'indigo. Pourtant, le jaune tend à s'effacer, laissant seulement la sous-couche de bleu. Chose étonnante, le vert, souvent fugitif, et qui a tendance à se soustraire de la lumière, est ici bien conservé.

    Elle dit : Parfois, la ligne de démarcation entre le système et la révolution n’est qu’une rivière. Après tout, le combat entre les forces de résistance et le système de domination n'est-il pas aussi ancien que l'Euphrate et le Gange ?

    Nous passerons ainsi une soirée entière à inverser les flux, à désapprendre nos façons de voir et de faire, à être ensemble et à faire des lectures par relais des mots clés issus de la conscience féminine.

    Elle dit : La mutinerie peut être autant dirigée vers l'intérieur que contre une autorité extérieure répréhensible, impliquant la difficile tâche de sortir de son propre auto-façonnage en tant que sentinelle volontaire d'un injuste statu quo, ou plutôt exigeant des pratiques d'auto-démontage éloquemment décrites comme : « libérer soi-même de soi-même » ou « s'écarter » ou bien « se déserter » !

    En nous approchant de ce qui n'a pas forcément une fin, habitant le processus et refusant de participer à toute perpétuation du statu quo, avec une aire improductive (et ce faisant apparaissant improductif), un engagement dans les choses plus inessentielles, abordant des concepts qui auraient à voir avec l'idée d'apprendre à apprendre par le bas, en parlant avec les disparu(e)s... et les voix, les langues, la couleur, les formes de vie, les façons d'être. Cherchant une cause commune et non le common wealth.

    Elle dit, encore: Notre corps est en fait un arbre à l'envers.

    Suspendant pensées et actions efficaces, se sentant attardé, à rebours, en retard, renversant l'imaginaire du temps linéaire, sortant des privilèges de la reproduction réelle et symbolique/sociale, en échouant ensemble, inconséquemment, et vers une pensée non-reproductive.



    -------------------

    L'atelier est ouvert à tous et à toutes
    Il sera donné en anglais

    Nombre de participants limité, réservation conseillée
    à reservation@leslaboratoires.org ou au 01 53 56 15 90

    -------------------

     




    Jesal Kapadia
    est une artiste, originaire de Bombay et de bien d'autres villes. Utilisant divers médiums, son travail explore les formes potentielles des subjectivités non capitalistes. Son intérêt réside dans une pratique éthique d'un “être-en-commun” et dans la culture d'une conscience d’un art localisé, diversifié, multiple, à petite échelle, collectif et autonome. Jesal s’est longtemps intéressée aux dimensions imaginatives et affectives de la migration qui dépassent l'analyse purement économique - comment la mondialisation et la modernisation ressent, plutôt que ne constitue que de simples statistiques. Son art tend vers une connexion à un moment primordial de non-mondialisation, générant un sentiment d'affinité avec le temps et l'espace pré-colonial, ou post-capitaliste, dans la nature. Elle cherche des choses, poèmes, chansons, images, écrits, goûts, touchers, dialectes et voix qui contiennent les traces d'un ordre invisible et qui se modifient constamment au fur et à mesure qu’ils deviennent visibles, mettant en valeur une forme qui refuse d'être capturée, mais qui continue à circuler dans d’autres formes, devenant pidgin.

    De 2001 à 2014, Jesal a publié des articles collectifs sur l’art dans le journal « Rethinking Marxism » (journal d'économie, de culture et de société) ; elle a organisé et participé à des événements comprenant les membres du groupe 16beaver (une communauté d'artistes dans le centre-ville de New York qui fonctionne comme une plate-forme ouverte de discussion, critique et collaboration). Au cours des quinze dernières années, elle a enseigné et développé un certain nombre de cours et de séminaires dans diverses écoles ainsi que des espaces communautaires ou des espaces indépendants d’artistes. En 2012, Jesal a rencontré les membres de Wednesday Discussion Group et les femmes du groupe WRise, tous deux basés à Cambridge MA, et a depuis partagé les apprentissages et les réflexions issus de leurs discussions, activant des échanges sur la question du patriarcat et de la violence dans notre société contemporaine.




    Labo des Labos

    0 0
  • 12/09/16--11:11: Présentation
  • non
    En danseuse

     

    Pour son projet En danseuse, le chorégraphe-cinéaste Alain Michard est accueilli en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers à compter de décembre 2016. Ce temps de résidence est composé de plusieurs moments qui construisent et articulent le projet entre la création, la recherche et les restitutions publiques.

    En danseuse est un espace de collaboration artistique, qui réunit plusieurs chorégraphes et des artistes d'autres disciplines. Par ailleurs, des étudiants et des jeunes artistes sont invités à participer à des temps pédagogiques et d'expérimentation.

    En danseuse part d'un postulat selon lequel le corps du chorégraphe est la source même de son œuvre, sa matrice. Par extension, ce corps porte en lui une Histoire de la danse singulière, composée de bribes, de souvenirs plus ou moins reconstitués, de récits, de mythes, d'images, d'expériences, certaines liées directement à la danse, d'autres issues du quotidien.

    De ce postulat, émerge la question de trouver les moyens de révéler cette Histoire, en allant notamment la chercher dans les replis de la mémoire. A cet effet, Alain Michard crée des rencontres entre les artistes, les place face à sa caméra, afin de les pousser dans leurs retranchements, d'en faire un portrait "en danseuse", de saisir cette mémoire et, ce faisant, de questionner la part des images dans l'Histoire de la danse.

    En danseuse, qui mêle danse et images-filmées, sera présenté au public sous deux formes : dans un premier temps sous différentes formes performatives puis, en fin de résidence, sous la forme d'une installation, réalisée en collaboration avec Nicolas Floc'h, rassemblant une "collection" de danses-filmées.

    Les artistes qui accompagneront et participeront à ce projet à Aubervilliers sont Adva Zakai, DD Dorvillier, Loïc Touzé, Lenio Kaklea, Martine Pisani, Filiz Sizanli ainsi que Marcelline Delbecq, Matthieu Bouvier et Alice Gautier.

    En danseuse se développe dans d'autres lieux avec d'autres artistes dont Benoît Lachambre, Mette Ingvarsten, Rémy Héritier, Jennifer Lacey, Mickaël Phelippeau, Julie Nioche, Emmanuelle Huynh, Laurent Pichaud, Deborah Hay.

     







    En danseuse est en résidence des Laboratoires d’Aubervilliers à partir de décembre 2016.

    Avec le soutien de : Production LOUMA / avec le soutien du CND, CDC Carolyn Carlson-Atelier de Paris, La Bellone-Bruxelles et la Région Bretagne avec CNC.

    LOUMA est soutenue par le Ministère de la Communication et de la Culture-DRAC Bretagne, la Région Bretagne et la Ville de Rennes. Certains de ses projets sont soutenus par l'Institut Français et Spectacle Vivant en Bretagne. Projet mené en collaboration avec l'Université Paris-8.

     



    0 0
  • 12/15/16--11:53: Presentation
  • non
    En danseuse

     

     

    From December 2016 choreographer and filmmaker Alain Michard will be in residency at Les Laboratoires d’Aubervilliers in order to pursue his project En danseuse. The residency will be organised into different phases that build and articulate this project combining creation, research and public presentations.

    En danseuse is a space for artistic collaboration that brings together several choreographers and artists from other disciplines. In parallel, students and young artists will be invited to participate in educational and experimental sessions.

    En danseuse is grounded in the following premise: the choreographer’s body is the very root of his or her work — its matrix. By extension, this body carries within it a singular History of of dance, made up of snippets, of more or less reconstructed memories, narratives, myths images, experiences, some of which are directly linked to dance, while others are drawn from everyday life.

    This premise gives rise to the question of finding the means of revealing this History, namely by seeking it out in the deepest recesses of memory. To this end, Alain Michard brings various artists together, making them face his camera, cornering them, to portray them “dancing on the pedals” (en danseuse), to capture this memory and, in this way, to interrogate the role of images in dance History.

    En danseuse, intertwining dance and filmed images, will be presented to the public in two different formats: the first presentation will involve different performative forms followed, at the close of the residency, by an installation made in collaboration with Nicolas Floc’h, that will present a ‘collection’ of filmed dances.

    This residency project at Les Laboratoires d’Aubervilliers will enjoy the support and participation of artists Adva Zakai, DD Dorvillier, Loïc Touzé, Lenio Kaklea, Martine Pisani, Filiz Sizanli, Marcelline Delbecq, Matthieu Bouvier and Alice Gautier.

    The En danseuse project will also be pursued in other sites with other artists, including Benoît Lachambre, Mette Ingvarsten, Rémy Héritier, Jennifer Lacey, Mickaël Phelippeau, Julie Nioche, Emmanuelle Huynh, Laurent Pichaud and Deborah Hay.

     







    En danseuse is in residency at Les Laboratoires d’Aubervilliers from December 2016.

    Production LOUMA
    With the support of the CND, CDC Carolyn Carlson-Atelier de Paris, La Bellone-Bruxelles and Région Bretagne with CNC.

    LOUMA is supported by Ministère de la Communication et de la Culture-DRAC Bretagne, Région Bretagne et Ville de Rennes. Some of ist projects are supported by the Institut Français and Spectacle Vivant en Bretagne. Project lead in collaboration with the Université Paris-8.

     



    0 0
  • 01/16/17--08:51: Présentation
  • non
    Habiter pour créer

     

    POUR UNE THÈSE VIVANTE - Habiter pour créer

     

    « En 2011, Pour une thèse vivante est née en réaction aux accords de Bologne qui ont introduit l’écriture obligatoire d’un mémoire dans les écoles d’art. Depuis, l’évolution du projet de représentations en représentations et ma propre expérience d’enseignante à l’École Supérieure d’Art de Rueil-Malmaison puis à École Nationale Supérieure d’Art de Bourges ont tenté d’établir un lien de plus en plus fort entre écriture, recherche et pratique.

    Afin de dépasser l’opposition binaire écriture/création plastique, recherche/représentation, la thèse vivante est intervenue pour pointer les difficultés que pouvaient rencontrer l’artiste à trouver un positionnement clair dans cet échange.

    Pour une thèse vivante, c’est donc la poursuite d’une réflexion sur l’écriture artistique entamée en mars 2011 qui, à la recherche d’une pensée en art, se fraierait un chemin dans la pratique. En tissant des liens avec des savoir-faire de tout horizon, il a été souvent question pour moi de chercher la raison de mon obstination à la scène. Créer des changements permanents pour radicaliser une posture ».

    Claudia Triozzi

     

    _________________________



    Dans le cadre d'une invitation à venir développer, aux Laboratoires d'Aubervilliers, la prochaine étape de Pour une thèse vivante, sous l'intitulé Habiter pour créer, Claudia Triozzi propose un temps public de partage de sa recherche.

    Cette rencontre est programmée le vendredi 24 février 2017, à 20h.

     

    Claudia Triozzi, Pour une thèse vivante, Xing (Bologne) - 26 octobre 2016







    _________________________

    Production : DAM-CESPI  
    Partenaires (en cours) :  Centre National de la Danse, Ménagerie de Verre, Espace Darja (Casablanca), Les Laboratoires d’Aubervilliers, Xing (Bologne) 
    DAM-CESPI est une compagnie conventionnée par la DRAC Ile de France.


     

     

     

     

     

     


    0 0
  • 06/04/13--07:33: Offres d’emploi

  • Nous publions ici les offres d'emploi des Laboratoires d'Aubervilliers. Pour toute question ou candidature spontanée, merci d'appeler au 0153561590 ou d'écrire à recrutement@leslaboratoires.org.


    Les Laboratoires d'Aubervilliers recherchent un/e Attaché/e à l’administration pour assister l’administratrice dans la gestion du lieu et la mise en œuvre administrative et financière des projets produits dans le cadre des résidences d’artistes et de l’accueil du public.

     


    0 0

    non
    0



    Fragments d'une Conversation avec Sylvain Lazarus

    Anthropologie du Nom




    La pièce audio consultable ci-avant est le résultat d'enregistrements réalisés dans le cadre d'une série de conversations avec le sociologue, anthropologue, théoricien politique et philosophe français Sylvain Lazarus.

    Ces conversations, dont l'enregistrement propose une synthèse, se sont déroulées le 13 et 17 février 2016  lors de deux rencontres prévues avec Sylvain Lazarus. Pour ces deux rencontres, Oscar Fernández et moi sommes arrivés en avance dans un café du Boulevard du Montparnasse à Paris,  où Sylvain Lazarus avait programmé les rendez-vous. Jaime Sepúlveda, artiste chilien, ami et collaborateur de Sylvain, a par ailleurs aimablement accompagné la discussion en tant que traducteur.

    Nos échanges et interrogations se sont cristallisés sur une question à élucider : est-il possible pour l'art et la politique de coexister tout comme de se lier de manière égale face à notre réalité contemporaine ? Nous nous demandions si une telle relation paraîtrait possible à Sylvain, penseur de la singularité, toujours en faveur de la séparation. À cet égard, et malgré les différences propres à nos domaines intellectuels respectifs, nous souhaitions opposer « l'académisme des disciplines, en tant qu'elle rejette l'idée même d'un espace spécifique de l'intellectualité des gens » pour reprendre ses propres mots.

    Oscar et moi avons passé du temps à réfléchir aux paradoxes idéologiques et aux impasses de l'art contemporain mais aussi à la forme que pourrait prendre une révision de l'art, si l'on peut le formuler ainsi. En procédant de la sorte, nos réflexions ont convergé vers un grand nombre de revendications de Lazarus.

    Sylvain Lazarus a consacré sa vie à la politique. Avec Natacha Michel et Alain Badiou, il a participé une organisation marxiste-léniniste à la suite des soulèvements du 68 mai. Par la suite, il a fondé avec eux une organisation post-léniniste appelée L'Organisation Politique, déclarée organisation post-parti, éclairée par un nouvelle crise déterminante de la politique établie par Lazare et formulée comme politique en intériorité.

    Oscar et moi nous demandions si les deux propositions centrales de son œuvre phare, Anthropologie du Nom, pourraient orienter l'évolution et les directions d'un projet artistique. Son protocole d'enquête serait : « 1. Les gens pensent 2. La pensée est un rapport au réel, elle pose l'existence d'une réalité (une exigence pour toute investigation rationnelle) et d'une réalité non-objectal ».

    Nous sommes aujourd'hui en 2016 et Sylvain Lazarus a traversé et a connu presque toutes les formes révolutionnaires et progressistes possible de la politique. Il continue en travaillant avec des gens, activistes et étudiants de divers horizons, en maintenant diverses occupations et engagements. Activités desquelles est émise de temps en temps une publication austère : Cahier des Quelque-uns. Les signatures des articles sont sans patronymes. Une partie de leur activité est composée d'enquêtes sur ce que Sylvain Lazarus appelle des mots problématiques, affirmant que le possible émerge quand les gens choisissent ces mots. Nous nous intéressons à cette méthode d'enquête.

    Paloma Polo

     





    __________________________


    Réalisation :  Paloma Polo

    Voix principale en français : Sylvain Lazarus
    Traduction et interprétation simultanée en castillan : Jaime Sepúlveda
    Intervention en castillan : Oscar Fernández et Paloma Polo

    Cette pièce audio a été éditée et produite par la Radio du Musée Reina Sofia à Madrid

     

     

     

     

     

     

     


older | 1 | .... | 93 | 94 | (Page 95) | 96 | 97 | .... | 123 | newer