Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


older | 1 | .... | 65 | 66 | (Page 67) | 68 | 69 | .... | 123 | newer

    0 0
  • 09/16/14--08:50: Olivia Lucca Fraser
  • non

    tag artiste: 

    Olivia Lucca Fraser

    Type d’artiste: 

    Participant

    Olivia Lucca Fraser is an independent researcher living in Halifax, Nova Scotia, with her four youngest children. She is a participant in several geographically dispersed research networks including the New Centre for Research and Practice, the Jan van Eyck Association, the Form & Formalism Working Group, and a feminist collective writing under the shared pseudonym, 'Laboria Cuboniks'. Her research deals with mathematical logic, dialectics, feminist and accelerationist political theory, computation, and artificial intelligence. She writes theoretical essays, poems, and code.


    0 0
  • 09/16/14--08:58: Giuseppe Longo
  • non

    tag artiste: 

    Giuseppe Longo

    Type d’artiste: 

    Participant

    Giuseppe Longo is Research Director at the CNRS (The National Center for Scientific Research, France) at the Centre Interdisciplinaire Cavaillès, (République des Savoirs, Collège de France et l’Ecole Normale Supérieure, Paris) and Adjunct Professor at the Department of Integrative Physiology and Pathobiology, Tufts University School of Medicine, Boston Tufts University, Boston. He is a former Professor of Mathematical Logic and, after that, of Computer Science at the University of Pisa. He spent three years in the USA (at Berkeley, the M.I.T., Carnegie Mellon) as a researcher and Visiting Professor, in addition to spending several months visiting Oxford and Utrecht. Longo worked in Mathematical Logic and on various applications of Mathematical Logic to Computer Science. He has been a member of the Academia Europea since 1992. Since 1991, Longo has been editor-in-chief of Mathematical Structures in Computer Science, a leading scientific journal of the Cambridge University Press and (co-)authored more than 100 papers. He is also the author, together with A. Asperti, of Categories, Types and Structures (1991). He recently extended his research interests and work to the Epistemology of Mathematics and Theoretical Biology. Together with F.Bailly, he published Mathematics and the natural sciences: The Physical Singularity of Life (2011), a book that proposes a novel approach to cross-foundational analyses in Mathematics, Physics and Biology. Its consequences for more specific theorization in Biology are developed in a joint book with M. Montévil, Perspectives on Organisms: Biological Time, Symmetries, and Singularities (2013). See http://www.di.ens.fr/users/longo/ for references and recent papers.


    0 0

    non
    0


    BIOGRAPHIES



    Andrée C. Ehresmann is "Professeur Emérite" at the Université de Picardie Jules Verne, Amiens, and Director of the international Journal Cahiers de Topologie et Géométrie Différentielle Catégoriques. Author or Editor of several books (e.g. Memory Evolutive Systems, 2007 and Integral Biomathics, 2012) she has published more than 100 papers on different mathematical or multidisciplinary domains. These include functional analysis with applications to control and optimization problems; category theory (sketches, higher order categories, with Charles Ehresmann); a theory of Memory Evolutive Systems, a model based on a 'dynamic' category theory, for living organisms, such as biological, social or cultural systems, with application to the emergence of higher cognitive processes (developed with Jean-Paul Vanbremeersch); and recently she initiated a study of anticipation and individual or collective creativity (with Mathias Béjean) . Most of the papers are accessible on her site http://ehres.pagesperso-orange.fr


    Olivia Lucca Fraser is an independent researcher living in Halifax, Nova Scotia, with her four youngest children. She is a participant in several geographically dispersed research networks including the New Centre for Research and Practice, the Jan van Eyck Association, the Form & Formalism Working Group, and a feminist collective writing under the shared pseudonym, 'Laboria Cuboniks'. Her research deals with mathematical logic, dialectics, feminist and accelerationist political theory, computation, and artificial intelligence. She writes theoretical essays, poems, and code.

    Martin Holbraad is a UK-based anthropologist, Reader in Social Anthropology at University College of London (UCL). His main field research is in Cuba, where he focuses on Afro-Cuban religions and revolutionary politics. He is the author of Truth in Motion: The Recursive Anthropology of Cuban Divination (Chicago, 2012). He is also co-editor of Thinking Through Things: Theorising Artefacts Ethnographically (Routledge, 2007), and of a volume on the contemporary relevance of the anthropological study of cosmology, entitled Framing Cosmologies: The Anthropology of Worlds (Manchester, 2014). Holbraad has also conducted research with the UK-based theatre groups Frantic Assembly and Real Circumstance, exploring the practices of theatrical creativity and their ‘reality effects.’ At present, together with Morten Axel Pedersen, he is writing a book provisionally titled The Ontological Turn: An Anthropological Exposition. Due to appear in 2016 with Cambridge University Press, the book seeks to elucidate the recent emergence of the so-called ‘ontological turn’ as a distinctive anthropological orientation, articulating its core tenets and methodological implications, and exploring its influence in contemporary anthropological research. He also directs Making Selves, Making Revolutions: Comparative Anthropologies of Revolutionary Politics (CARP), a 5-year ERC-funded project launching the comparative study of revolutionary personhood as a new departure for anthropological research.

    Franck Jedrzejewski is a mathematician and Doctor in philosophy and musicology. He has published over a dozen titles, including Ontology of Categories (Ontologie des Catégories, 2011), research in music theory (Mathematical Theory of Music, 2006, Looking at Numbers, 2013, with composer Tom Johnson), and in the history of sciences and mathematics (aleatory models and probabilistic physics). A second edition of his Dictionnaire des Musiques Microtonales (2004) was recently published (2014). His research is highly transdisciplinary (music, philosophy, mathematics, categories, atonality, russian avant-garde music). He currently teaches at Université de Paris-Sud and the INSTN (the National Institute for Nuclear Science and Technology).

    Giuseppe Longo is Research Director at the CNRS (The National Center for Scientific Research, France) at the Centre Interdisciplinaire Cavaillès, (République des Savoirs, Collège de France et l’Ecole Normale Supérieure, Paris) and Adjunct Professor at the Department of Integrative Physiology and Pathobiology, Tufts University School of Medicine, Boston Tufts University, Boston. He is a former Professor of Mathematical Logic and, after that, of Computer Science at the University of Pisa. He spent three years in the USA (at Berkeley, the M.I.T., Carnegie Mellon) as a researcher and Visiting Professor, in addition to spending several months visiting Oxford and Utrecht. Longo worked in Mathematical Logic and on various applications of Mathematical Logic to Computer Science. He has been a member of the Academia Europea since 1992. Since 1991, Longo has been editor-in-chief of Mathematical Structures in Computer Science, a leading scientific journal of the Cambridge University Press and (co-)authored more than 100 papers. He is also the author, together with A. Asperti, of Categories, Types and Structures (1991). He recently extended his research interests and work to the Epistemology of Mathematics and Theoretical Biology. Together with F.Bailly, he published Mathematics and the natural sciences: The Physical Singularity of Life (2011), a book that proposes a novel approach to cross-foundational analyses in Mathematics, Physics and Biology. Its consequences for more specific theorization in Biology are developed in a joint book with M. Montévil, Perspectives on Organisms: Biological Time, Symmetries, and Singularities (2013). See site http://www.di.ens.fr/users/longo/

    Frederik Stjernfelt is a Danish philosopher. He is a Professor at the Institut for Kunst og Kulturvidenskab, at the University of Copenhagen, Denmark. He is the author of Natural Propositions The Actuality of Peirce’s Doctrine of Dicisigns (2014), and of Diagrammatology. An Investigation on the Borderlines of Phenomenology, Ontology, and Semiotics (2007), from his doctoral thesis on Peirce’s theory of continuum, and diagrammatic thinking. His books also include The Democratic Contradictions of Multiculturalism (with Jens Martin Eriksen, 2012), and Semiotics (with Peer Bundgaard, 2010). In 2011, he co-edited a special issue of the Semiotica, the Journal of the International Association for Semiotic Studies, on Diagrammatical Reasoning and Peircean Logic and Representations. This special issue can be accessed here: http://www.degruyter.com/view/j/semi.2011.2011.issue-186/issue-files/semi.2011.2011.issue-186.xml




    0 0

    non
    0


    BIOGRAPHIES



    Andrée C. Ehresmann est professeur émérite à l'Université de Picardie-Jules Verne, et directrice du journal international Cahiers de Topologie et Géométrie Différentielle Catégoriques. Auteure et éditrice de nombreux ouvrages (Memory Evolutive Systems, 2007 et Integral Biomathics, 2012), elle a publié plus d'une centaines d'articles de recherche concernant différents domaines mathématiques (notamment sur l’analyse fonctionnelle et la théorie des catégories, avec Charles Ehresmann). Avec Jean-Paul Vanbremeersch, elle a élaboré les Systèmes Evolutifs à Mémoire (SEM), un modèle basé sur une théorie des catégories “dynamiques”, pour comprendre les organismes vivants tels que les systèmes biologiques, sociaux ou culturels, applicable à l'émergence de processus cognitifs. Plus récemment, elle a initié (avec Mathias Béjean), une étude visant à développer, à partir de ce modèle, une approche des processus de conception et d’innovation collectives. La plupart de ses textes sont disponibles sur son site http://ehres.pagesperso-orange.fr


    Olivia Lucca Fraser est une chercheuse indépendante vivant à Halifax avec ses quatre jeunes enfants. Elle participe à de nombreux groupes de recherches géographiquement dispersés, dont le New Centre for Research and Practice, la Jan van Eyck Association, et le Form & Formalism Working Group. Elle fait également partie d’un collectif féministe qui écrit sous le pseudonyme “Laboria Cuboniks”. Ses recherches portent sur la logique mathématique, la dialectique, le féminisme et la théorie politique Accélérationniste, la computation et l’intelligence artificielle. Elle écrit des essais théoriques, des poèmes et du code informatique.

    Martin Holbraad est un anthropologue anglais. Il enseigne actuellement l’anthropologie sociale au University College de Londres. Son terrain d’investigation principal est Cuba, où il s’intéresse particulièrement aux religions Afro-cubaines et aux politiques révolutionnaires. Holbraad est l’auteur de Truth in Motion: The Recursive Anthropology of Cuban Divination (2012). Il est également co-éditeur de Thinking Through Things: Theorising Artefacts Ethnographically (2007), et d’un volume sur la pertinence actuelle des études anthropologiques de cosmologie intitulé Framing Cosmologies: The Anthropology of Worlds (2014). Holbraad a également poursuivi des recherches avec Frantic Assembly et Real Circumstance, deux troupes de théâtre basées en Angleterre, qui explorent les pratiques de la créativité théâtrale et leurs “effets de réel”. En collaboration avec Morten Axel Pedersen, il poursuit actuellement la rédaction d’un livre provisoirement intitulé The Ontological Turn: An Anthropological Exposition, à paraître en 2016 aux Cambridge University Press. Ce livre s’intéresse à l’émergence récente de ce que l’on appelle le “tournant ontologique” en anthropologie. Il en interroge la singularité, en présente les principes fondamentaux ainsi que les implications méthodologiques, et en explore les influences dans la recherche anthropologique contemporaine. Il dirige Making Selves, Making Revolutions: Comparative Anthropologies of Revolutionary Politics (CARP), un projet de 5 ans soutenu par le Conseil de la Recherche Européenne qui initie une étude comparée de la personnalité révolutionnaire comme nouveau point de départ de la recherche anthropologique.

    Franck Jedrzejewski est mathématicien, docteur en philosophie et en musicologie. Il a publié une quinzaine d'ouvrages dont Ontologie des catégories (2011), des ouvrages de recherche en théorie musicale (Mathematical Theory of Music, 2006, Looking at Numbers, 2013, avec le compositeur Tom Johnson), et d'histoire des sciences et des mathématiques (modèles aléatoires et physique probabiliste). Une seconde édition de son Dictionnaire des musiques microtonales (2004) vient de paraître (2014). Il mène des recherches transdisciplinaires entre musique, philosophie et mathématiques sur le sens, les catégories, l'atonalité et l'avant-garde musicale russe. Il enseigne à l'Université de Paris-Sud et à l'INSTN (Institut national des sciences & techniques nucléaires).

    Giuseppe Longo est Directeur de Recherche au CNRS, au sein du centre interdisciplinaire Cavaillès (République des Savoirs, Collège de France et l’Ecole Normale Supérieure, Paris) et Adjunct professor, au Department of Integrative Physiology and Pathobiology, Tufts University, Boston. Précédemment Professeur de Logique Mathématique puis d’Informatique à l’École Normale Supérieure ainsi qu’à l’Université de Pise, Longo a plus récemment passé trois ans aux États Unis en tant que chercheur et Professeur Associé (successivement à Berkeley, au MIT et à Carnegie Mellon), ainsi qu’à L’Université d’Oxford (GB) et Utrecht (NL). Depuis 1991, il est rédacteur en chef de Mathematical Structures in Computer Science, une revue scientifique majeure de l'Université de Cambridge. Il est également directeur de collection, et l’auteur de plus d’une centaine d’articles. Ses recherches ont d’abord concerné les fondements des Mathématiques et leurs applications à l’Informatique. Elles ont été l’objet d’un livre publié avec A. Asperti, Categories, Types and Structures (1991). Longo a ensuite étendu son champ de recherches à l'épistémologie des mathématiques et aux fondements théoriques de la Biologie. Avec Francis Bailly, il a publié Mathématiques et sciences de la nature (2006), un livre qui pose un nouveau regard sur les rapports qu’entretiennent les mathématiques, la physique, et la biologie. Ses conséquences pour la construction d'un cadre théorique en biologie ont été développées dans le livre qu’il a plus récemment publié avec M. Montévil, Perspectives on Organisms: Biological Time, Symmetries and Singularities (2013). Voir le site http://www.di.ens.fr/users/longo/

    Frederik Stjernfelt est un philosophe Danois, actuellement professeur à l’Institut for Kunst og Kulturvidenskab à l’Université de Copenhague, au Danemark. Il est l’auteur de Natural Propositions. The Actuality of Peirce’s Doctrine of Dicisigns (2014), et de Diagrammatology. An Investigation on the Borderlines of Phenomenology, Ontology, and Semiotics (2007), livre tiré de sa thèse de doctorat portant sur la théorie du continuum de Peirce, et sur la pensée diagrammatique. La liste de ses publications comprend également The Democratic Contradictions of Multiculturalism (avec Jens Martin Eriksen, 2012), et Semiotics (avec Peer Bundgaard, 2010). En 2011, il a dirigé la publication d’un numéro spécial de la revue Semiotica, le journal de l’Association Internationale d’Études Sémiotiques, qui portait sur la Raison Diagrammatique et sur la philosophie Peircienne de la logique et des représentations. Ce numéro spécial est accessible à cette adresse: http://www.degruyter.com/view/j/semi.2011.2011.issue-186/issue-files/semi.2011.2011.issue-186.xml




    0 0
  • 12/16/15--09:45: Présentation
  • non
    The Depth and the Ply

     

    Glass Bead (www.glass-bead.org) est une plateforme de recherche et une revue dédiées aux transferts de savoirs entre l’art, la science et la philosophie, ainsi qu’à leurs dimensions pratiques et politiques.

    Glass Bead a entrepris une année d’enquête sous la forme d’un programme de recherche audio et d’une série d’événements publics. Initiée à New York en avril 2014, cette enquête s'est poursuivit à l'automne de la même année aux Laboratoires d’Aubervilliers.

    Pour le lancement de son premier numéro en ligne, intitulé Site 0: Castalia, le jeu des fins et des moyens (glass-bead.org), Glass Bead organise deux soirées de conférences, de projections de films, et de performances musicales aux Laboratoires d’Aubervilliers (Paris) qui seront l'occasion de présenter les perspectives théoriques déployées dans la revue.




    The Depth and the Ply


    Le propre de l’humain consiste à entrer dans un jeu articulant des fins et des moyens. Ce jeu n’est pas un jeu naturel. Les animaux n’y participent pas. C’est un jeu au travers duquel les humains se construisent eux-mêmes ainsi que leur environnement. C’est un jeu normatif qui recoupe l’ensemble des engagements humains avec le monde, et dont les règles peuvent être altérées et transformées.

    Poursuivant le travail du premier numéro de la revue Glass Bead, ces deux soirées de lancement sont dédiés aux questions suivantes : quelle est la fonction de l’art dans ce jeu? Comment des formes d’expression théoriques et pratiques peuvent aider à refondre les règles du jeu et transformer notre paysage normatif ?

    À ce jeu de normes, l’art contemporain oppose généralement un libre jeu de signifiants et de représentations indéterminés, affirmant ainsi que la créativité et la liberté ne peuvent être atteintes qu’en opérant des percées hors du jeu et de sa logique normative. Ce faisant, l’art contemporain tend à rejeter la normativité dans un arrière-plan qu’il devient alors impossible de saisir.

    Glass Bead soutient au contraire que toute sortie hors du jeu suppose déjà un certain type d’engagement avec sa fabrique. Il n’y a pas d’échappée, pas de retrait, pas de dehors à ce jeu. La liberté n’est pas l’indétermination du jeu : elle est une pratique d’engagement dans un processus de construction, de révision et de transformation des règles du jeu. Une telle conception n’implique pas d’assimiler la liberté à la normativité, mais de considérer que la liberté elle-même relève du jeu normatif des fins et des moyens. C’est à travers l’articulation dialectique des fins et des moyens que les normes peuvent être rendues explicites, et ainsi transformées en l’objet d’une appropriation collective.

    C’est à une telle redéfinition du jeu et du rôle de l’art en son sein que l'événement organisé aux Laboratoires d’Aubervilliers est dédié. Cet événement s’articule autour des deux dimensions caractéristiques de tout jeu : la “profondeur” de jeu (the Depth), et les “tours” de jeu (the Plies). La profondeur de jeu nomme la capacité du joueur à prévoir les coups à venir et à adapter son jeu en conséquence. Un tour de jeu décrit un échange de coups entre deux joueurs. Prendre part au jeu implique ainsi la corrélation stratégique de ces deux dimensions où tout engagement local avec le jeu (le tour) transforme sa structure globale (la profondeur).

    Opérer un mouvement dans le paysage normatif du jeu est nécessairement lié à un acte d’auto-transformation. Un tel mouvement ne nous laisse pas indemnes : il ne préserve pas ce que nous sommes mais nous implique dans une redéfinition constante de ce que nous pourrions être. Ce double événement est consacré à la formalisation collective d’une telle pratique du déracinement.






    ----------------------

    photo : Alice and Guy Debord playing the « Game of War », August 1987


    Mots-clés: 

    • recherche
    • séminaire
    • publications
    • lancement de revue en ligne

    0 0
  • 01/02/15--08:24: Présentation
  • non
    Common infra/ctions

     

    « Je parlerai dans cette langue de somnambules qui, si j'étais éveillée, ne serait pas même un langage ». Clarice Lispector




    À la suite de leur projet multiforme UIQ film QUI manque (2010-2015) autour du film non-réalisé de science-fiction de Félix Guattari, Silvia Maglioni et Graeme Thomson proposent d’étendre l’Univers Infra-quark aux Laboratoires d’Aubervilliers pour explorer en profondeur la dimension « infra » et ses potentialités.

    Common infra/ctions combine l’idée d’infraction, dans le sens de la rupture de règles et de codes établis, avec celle d’action infra comme forme d’intervention qui se déroule en deçà et au-delà du domaine de l’action, sur les marges de la perceptibilité et au seuil d’un espace qui pourra amener à la fabrication de pratiques et d'usages communs.

    À la fois recherche de formes expérimentales et forme expérimentale de recherche, leur résidence conjuguera des micro-installations dans le temps et dans l’espace des Laboratoires d’Aubervilliers avec une série d’ateliers et d’évènements publics. Un mouvement de contraction et d’expansion traversera les territoires interconnectés du projet, notamment la matière noire du cinéma, le désapprentissage de la langue, le langage des oiseaux, les fronts micropolitiques, les assemblages idiorhythmiques, les infra-férences, la fabrique du commun.

     

    Vendredi 22 janvier 2016, 20h

    UIQ (the unmaking-of)
    light enough to see by

    Le premier évènement de common infra/actions prend la forme d'une écoute collective des visions d'un film invisible : UIQ (the unmaking-of). Cette pièce électroacoustique de Silvia Maglioni et Graeme Thomson sera activée aux Laboratoires d'Aubervilliers le temps d'une soirée.







    ------------------------

    photo : courtesy Silvia Maglioni et Graeme Thomson

     




     

    Mots-clés: 

    Résidence 2015

    0 0
  • 01/06/15--03:13: Presentation
  • non
    Common infra/ctions

     

    « I shall speak that sleepwalker’s language that would not be a language if I were awake ». Clarice Lispector




    Following on from their multi-faceted work around Félix Guattari’s unrealised sci-fi film Un amour d’UIQ (Univers Infra-quark), Silvia Maglioni and Graeme Thomson’s project for their residence, common infra/ctions, proposes to go beyond the coordinates of the film towards a broader investigation into the notion of the infra and its potentialities. 

    Common infra/ctions combines the idea of infraction in the sense of breaking established rules and codes, with that of infra action as a form of intervention taking place at once beneath and beyond the realm of action, on the margins of perceptibility and at the threshold of the common, a space that brings into play constellations of “whatever singularities” and "improprieties". The double sense of infra/ction will inform and affect Maglioni & Thomson’s interventions and productions both at the level of the artistic protocols used and the processes triggered through such modified or invented procedures, in a movement of contraction and expansion that will traverse interconnected areas of enquiry including language (and its unlearning), micropolitical weather-fronts, idiorhythmic assemblages, dark matter cinema and infraferences.


    Friday 22 January 2015, 8:00 pm

    UIQ (the unmaking-of)
    light enough to see by

    The first event of common infra/ctions takes the form of a collective listening of visions of an invisible film: UIQ (the Unmaking-of). This electroacoustic soundwork by Graeme Thomson and Silvia Maglioni will be activated at Les Laboratoires d'Aubervilliers the time of an evening.





    --------------------------------

    photo : courtesy Silvia Maglioni et Graeme Thomson

     

    Mots-clés: 

    Residency 2015

    0 0

    non
    22. Janvier 2016 - 20:00» 23:00
    Vendredi 22 janvier 2016, 20h




    UIQ (the unmaking-of)
    light enough to see by

    par Graeme Thomson et Silvia Maglioni





    UIQ (the unmaking-of) est une pièce électroacoustique spatialisée que Graeme Thomson et Silvia Maglioni ont créée autour du scénario non réalisé du film de science-fiction de Félix Guattari : Un amour d'UIQ. En travaillant cette condition paradoxale de la « non-réalisation » comme quelque chose étant à la fois déjà et non encore présent, comme un champ potentiel de formes et de forces en mouvement constant, les cinéastes ont cherché à produire le film de Guattari à travers une expérience collective de « tournage » de visions , sans pour autant filmer une seule scène.

    En se demandant comment donner forme au film ainsi qu’à l'entité désincarnée de son personnage central, UIQ (l'Univers Infra-quark) - qui, selon Guattari, n'a pas d'identité fixe ni des limites spatiales ou temporelles - Silvia Malgioni et Graeme Thomson ont ainsi tenu dans plusieurs villes (dont une aux Laboratoires d'Aubervilliers) un certain nombre de seeances. Les participants étaient invités à devenir les récepteurs, les hôtes et les émetteurs de UIQ, contaminant chacun de ses propres visions du film de Guattari et des manifestations possibles de UIQ, tant au-dedans qu’au-delà les limites du scénario.

    La pièce sonore recombine des fragments enregistrés de ces seeances dans une composition à 75 voix, que les artistes ont tissés ensemble avec des signaux électroniques et des field recordings traités, des éléments circulant dans l'espace, offrant des aperçus d'un film manquant et d’un univers qui, bien qu'invisible, pourrait commencer à affecter la vision des auditeurs.

    Initialement installée à The Showroom à Londres en février-mars 2015, lors de l’exposition personnelle des deux artistes, “It took forever getting ready to exist”, actuellement présentée à Casco à Utrecht dans le cadre de l’exposition collective “We are the Time Machines”, la pièce sonore sera activée aux Laboratoires d’Aubervilliers dans une forme spécialement conçue pour l’occasion : light enough to see by.


     

    La pièce a été co-produite par The Showroom (Londres) et The Otolith Collective (Londres), avec le soutien de l’Arts Council England et de Fluxus. Les seeances ont été accueillies et soutenues par black tulip/espacio practico (Barcelona), ZdB (Lisbonne), Univerzita Karlova/Druna (Prague), no.w.here (Londres), Casco (Utrecht), Les Laboratoires d’Aubervilliers (Aubervilliers) et Bulegoa z/b (Bilbao), et par tous les voyants qui ont donné de leur temps et partagé leurs visions.


     

     

    -------------------
    photos : courtesy Silvia Maglioni et Graeme Thomson - tous droits réservés

     

    Standard

    Mots-clés: 

    • résidence 2015/2016
    • cinéma
    • installation électroacoustique
    • contanimation
    • dark matter

    0 0

    non
    22. Janvier 2016 - 20:00» 23:00
    Friday 22 January 2016, 8:00 pm


    UIQ (the unmaking-of)
    light enough to see by

    by Graeme Thomson and Silvia Maglioni





    UIQ (the unmaking-of) is a spatialized electro-acoustic soundwork that Graeme Thomson and Silvia Maglioni have created around Félix Guattari’s unmade science-fiction screenplay, Un Amour d'UIQ. Working with the paradoxical condition of the unmade as something both already and not yet present, a potential field of shifting forms and forces, the filmmakers have sought to ‘produce’ Guattari's film through a collective experience of envisioning, without filming a single scene.

    Wondering how to give shape to the film and to the bodiless entity of its central character, UIQ (the Infra-Quark Universe) - that according to Guattari has no clear sense of identity nor spatial or temporal limits - Silvia Maglioni and Graeme Thomson held a number of seeances in several different cities (including one at Les Laboratoires d'Aubervilliers). They invited participants to become the receivers, hosts and transmitters of UIQ, contaminating each other in turn with their own visions and ideas of Guattari’s film and of UIQ’s possible manifestations, both within and beyond the limits of the screenplay.

    The soundwork recombines recorded fragments of these seeances in a composition of 75 voices, woven together with electronic signals and processed field-recordings, elements that circulate in the space, offering glimpses of a missing film and universe that, though invisible, can begin to affect the listener's vision.

    Originally installed at The Showroom, London for the artists' solo exhibition it took forever getting ready to exist, and currently on show at Casco, Utrecht as part of the collective exhibition We are the Time Machines, the soundwork will be presented at Les Laboratoires d'Aubervilliers in a specially conceived, site-specific form: light enough to see by.


     

    The work was co-commissioned by The Showroom and The Otolith Collective, with the support of Arts Council England and Fluxus. Seeances were hosted and supported by black tulip/espacio practico (Barcelona), ZdB (Lisbon), Univerzita Karlova/Druna (Prague), no.w.here (London), Casco (Utrecht), Les Laboratoires d’Aubervilliers (Aubervilliers) and Bulegoa z/b (Bilbao), and by all the seers who gave their time and visions.


     

     

    -------------------
    photos : courtesy Silvia Maglioni et Graeme Thomson - tous droits réservés

     

    Standard

    Mots-clés: 

    • cinéma
    • contanimation
    • residency 2015/2016
    • spatialized electro-acoustic soundwork
    • dark matter

    0 0
  • 12/16/14--07:03: Présentation
  • non
    FANFICTION 93



    Les Laboratoires d'Aubervilliers accueillent, dans le cadre de leur programmation satellite, l’association FANFICTION 93. Fondée par les artistes Jennifer Caubet, le duo Lamarche-Ovize et la commissaire d’exposition Marie Bechetoille, l’association FANFICTION 93 développe un projet éditorial qui réunit des artistes travaillant à Aubervilliers. FANFICTION 93 mène une réflexion selon un mode processuel, expérimental et collectif. Les artistes convoquent des récits, des références et des lieux, pour les prolonger et les déplacer. De ces détournements fictionnels qui mêlent des genres narratifs et des temporalités variés, pourront résulter à nouveau d’autres récits, de nouvelles traductions de la fiction par la fiction.  


    Le numéro 2 de FANFICTION 93 sera lancé aux Laboratoires d'Aubervilliers le 15 janvier 2016 (voir rendez-vous). Il a été réalisé avec Åbäke, Jennifer Caubet, Louise Hervé et Chloé Maillet, Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize, Bettina Samson, Julien Tiberi et Adva Zakai et a été conçu par Syndicat. Sous la forme d’affiches, des personnages et des lieux d’Aubervilliers sont réinventés par la fiction et réapparaissent dans les rues de la ville. Ce numéro a été produit en partenariat avec Les Laboratoires et l’imprimerie municipale d’Aubervilliers.






    Le numéro 1, lancé aux Laboratoires d'Aubervilliers le 16 janvier 2015, a été réalisé avec Jennifer Caubet, Thomas Golsenne, Louise Hervé et Chloé Maillet, Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize, Bettina Samson, Julien Tiberi et conçu par Syndicatà partir des marges d’autres éditions, renforçant la réflexion collective sur les possibles suites, écarts et déplacements de FANFICTION 93.







    Mots-clés: 

    Programmation satellite

    0 0

    non
    15. Janvier 2016 - 20:00» 23:00
    Vendredi 15 janvier 2016, 20h

     







    Lancement FANFICTION 93 #2

    Avec Åbäke, Marie Bechetoille, Jennifer Caubet, Louise Hervé et Chloé Maillet, Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize, Bettina Samson, Syndicat, Julien Tiberi et Adva Zakai.

    Le numéro 2 de FANFICTION 93 est composé d’affiches produites par les artistes collectivement. À travers le format détourné d’affiches publicitaires, des personnages et des lieux d’Aubervilliers sont réinventés par la fiction et réapparaissent dans les rues de la ville. Ce numéro a été produit en partenariat avec Les Laboratoires et l’imprimerie municipale d’Aubervilliers.
     

    Promenade sous hypnose
    par Marie-Christine Laurel / 20h & 20h45

    Places limitées. Sur réservation à reservation@leslaboratoires.org

    Afin de poursuivre les récits générés par les affiches composant le numéro 2 de FANFICTION 93, Marie-Christine Laurel propose l’expérience d’une rêverie collective. Grâce au procédé de l’hypnose, elle permet à chacun d’imaginer et d’investir son propre territoire fictionnel à travers une promenade mentale dans les rues d’Aubervilliers.
     

    DJ set FF93#2
    par Marion Guillet / 21h30 - 23h

    FANFICTION 93 invite Marion Guillet pour un DJ set spécialement conçu pour le lancement de son numéro 2. En parallèle d’une production artistique (dessin, sculpture, installation), Marion Guillet mixe régulièrement en France et à l’étranger. Elle anime depuis plus de deux ans l’émission bi-mensuelle « Vie Garantie » sur le Mellotron dans laquelle elle convie des artistes à parler notamment de musique et à passer des disques.

     

    Standard

    0 0

    non
    28. Janvier 2016 - 19:00» 21:00
    Jeudi 28 janvier 2016, 19h



    Drogues et médicaments.
    Quelles pratiques d’auto-support?

    Pouvoir des drogues. Pouvoirs sauvages et pouvoirs domestiqués.


    On dit des substances psychoactives qu’elles ont le pouvoir de modifier notre « conscience » : nos affects, nos sensations, nos perceptions, notre pensée. Mais qu’en est-il du pouvoir qu’elles ont de constituer des collectifs ? Communautés mouvantes de toxicos précarisés de la rue, communautés occasionnelles des noctambules, communautés de psychiatrisés et de soignants figées dans une asymétrie instituée, communauté de flics, juges et cliniciens agissant de concert, mais parfois en conflit, dans le contexte de la prohibition. Et communautés d’auto-support de drogués polititisés.

    On dit aussi qu’il y a des usages « sauvages »  des substances psychoactives (consommations « illégales », ou détournés, en tout cas incontrôlables de psychotropes). On pourra dire qu’il y a alors des usages domestiqués (ceux enserrés par la prescription et la délivrance contrôlées par des gens autorisés : médecins, psychiatres, pharmaciens…). On parlera en France, de « drogues » et de « médicaments », de drogués ou de « toxicomanes », c’est-à-dire des malades, patients actuels ou virtuels.

    Il vaudrait mieux dire alors que les usages pluriels de drogues constituent des réalités multiples. Ou qu’il s’agit avant tout d’une question de dispositifs suscitant des modes de subjectivation, des manières de faire exister nos expériences de drogués. Dans quel agencement l’usage des substances psychoactives vient conforter un statut de malade docile, un patient, ou celui d’un toxico récalcitrant ou encore celui d’un psychotique censé s’ignorer? Mais aussi, qu’est-ce que l’ensemble d’opérations relationnelles, avec des humains, des molécules, des lieux, des règles, qui vient légitimer le savoir et l’identité du clinicien et un non-savoir et un statut de malade ? D’un coté le psychotique neuroleptisé, l’angoissé désanxiolisé, le dépressif thymo-régulé, le toxicomane substitué. Et de l’autre le pharmacologue, le médecin, le psychologue, l’éducateur, le flic et le juge, à supposer qu’ils ne se défoncent jamais. Il va de soi que les uns et les autres n’ont pas le même pouvoir de déterminer la légitimité d’une expérience. Mais il se trouve que parfois les patients deviennent des impatients. L’histoire de l’auto-support des usagers de drogues fût et est encore, entre autres choses, une tentative pour rompre avec cette asymétrie qui fonde le rapport des uns et des autres au soin.

    On dira donc des drogues comme du pharmakon : qu’elles sont un remède ou un poison en fonction des circonstances. Et si ce qui soigne ou qui rend malade dans la substance était une question d’agencement qu’il s’agit de construire collectivement ? Et si les molécules dans leurs variétés exigeaient avant tout des nouveaux partages ? Il y a un pouvoir « molaire » à examiner : les lois prohibitionnistes, le monopole de la prescription par le corps médical, concomitants à l’emprise étatique sur la gestion de la santé des populations. Mais il est inséparable d’une microphysique du pouvoir.

    Il y a aussi alors des résistances moléculaires. Celles-ci se traduisent par des nouvelles pratiques relationnelles qui refusent les régimes d’asymétrie naturalisées. Là où la légitimité des uns, le savoir des pharmacologues et des cliniciens, dépend du non-savoir des autre et de l’acceptation inconditionnelle de leur statut de malades (pour leur bien), il y a à inventer des nouvelles communautés à partir des pratiques et de la construction de savoirs partagés.

    Fabrice Olivet et Georges Lachaez, membres du collectif d’auto-support d’usagers de drogues ASUD (http://www.asud.org/) et Yann Derobert et Hervé Porcceda du réseau français sur l’entente de voix REV (http://www.revfrance.org/) sont les invités de cette rencontre.

    Nos échanges seront précédés par l’écoute de fragments de musique concrète composée par Hervé Porcceda.

     

    Labo des Labos

    0 0
  • 12/10/15--09:58: Présentation
  • oui
    SCHOOL OF NARRATIVE DANCE


    La pratique artistique de Marinella Senatore se caractérise par la participation active du public. Partout où elle est invitée, Marinella Senatore convoque des communautés entières, qu’elle implique massivement dans ses projets, amenant chacun à révéler son potentiel créatif et à reconstruire un dialogue entre histoire orale, culture et structures sociales.

    En 2013, elle fonde The School of Narrative Dance, une école itinérante et gratuite proposant un système d’éducation alternatif basé sur l’émancipation et l’autoformation. Sans lieu physique défini, le projet apparaît sous différentes formes selon les espaces qu’il occupe temporairement. Cette école multidisciplinaire se focalise sur la narration et offre un large éventail d’« expériences » et de leçons sur la littérature, l’histoire orale, la menuiserie, l’histoire de l’art, l’artisanat, la photographie, l’arithmétique, le théâtre, la danse, etc. Elle peut rassembler plusieurs groupes et communautés pour célébrer la grande variété de compétences et de talents que chacun peut offrir ou développer. L’école a déjà vu la participation de milliers de personnes dans plus de sept pays, dont des activistes politiques, des artisans, des analphabètes, des étudiants, des femmes au foyer, des syndicats, des sociétés de secours mutuel, des retraités, des enseignants.

    À Aubervilliers, l’artiste propose de déployer avec les albertivillariens cette plateforme ouverte. Le projet s’élaborera au gré d’ateliers ouverts à tous qui sont entre autre intitulés « dramatique », « langage et cinéma », « lire et écrire », « histoire orale ». Et cela afin d'encourager le partage des biens et des activités entre voisins, de penser les « communs » via des situations d’apprentissage réciproque et de tendre vers la co-production d’une oeuvre dont la forme sera déterminée par les participants eux-mêmes (un film? une parade? une radio?)....

    La forme et les contours qui se dessineront au fil de l’évolution de The School of Narrative Dance au cours de sa résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers seront régulièrement relayés sur le site des Laboratoires.

     

     

     


    0 0

    non
    0
    • Sculpture
    • Exposition
    • Résidence 2015


    ZARBA LONSA
    Du 16 octobre au 19 décembre 2015
    vernissage le jeudi 15 octobre 2015, à 18h

    De ses pérégrinations entamées en février 2015 dans le quartier des Quatre-Chemins à proximité des Laboratoires d'Aubervilliers, l’artiste a été particulièrement frappée par la densité des commerces déployés autour du carrefour et de ses rues adjacentes. Cette diversité d’activités et le flux incessant des passants et habitants a conduit Katinka Bock à activer avec les commerçants un processus d’échange. L’oeuvre est devenue l’objet d’une relation construite librement, hors de l’institution artistique et de ses règles, ceci afin de questionner autrement la valeur, le sens et le statut de l’échange d’objets, et notamment de l’objet d’art.

    À l’origine de ce projet, outre l’échange, il y a le désir de créer un parcours d’œuvres entre la rue et l’espace d’exposition, soulignant un trait important de son travail, la solidarité entre ce qui est visible et ce qui ne l’est pas, entre l’ici et l’ailleurs. Cet échange est le point de départ du processus de l’exposition et d’une expérience qu’elle souhaite partager. À l’instar de l’ensemble de son travail, le récit y est minimal et entièrement contenu dans les micro-déplacements que Katinka Bock provoque, laissant toute liberté d’interprétation et d’appropriation. Par la suite, les objets échangés ont suivi un processus de transformation donnant lieu à une nouvelle série de sculptures, une installation et un film qui, au sein de l’exposition Zarba Lonsa, se déploie dans les espaces des Laboratoires d'Aubervilliers.

    Artiste d’origine allemande vivant à Paris, Katinka Bock conçoit la production de ses oeuvres en rapport à l’environnement dans lequel elle intervient. Attentive au fait qu’un lieu d’art génère des expériences « extra-ordinaires », elle s’emploie à rendre perceptible ce qui fait la particularité de ces lieux. Elle s’attache pour cela à saisir d’infimes éléments, à se laisser prendre par des détails difficilement perceptibles d’ordinaire et à partir desquels l’oeuvre se construit, révélant ainsi certaines caractéristiques de l’identité de ces lieux, à la fois architecturales, urbaines, sociales, climatiques, temporelles et spatiales.


    Deux lectures publiques portées par Katinka Bock et Clara Schulmann (historienne de l’art) viendront ponctuer l’exposition :

    Jeudi 15 octobre 2015, 19h30
    Samedi 12 décembre 2015, 16h30


    L'exposition est ouverte du lundi au vendredi de 11h à 18h et le samedi de 13h à 18h.






    ////////////////


    Par ailleurs, Katinka Bock sur l'invitation de Jacob Fabricius réalise une installation au Cneai à Chatou, dont le bâtiment est construit sur l’île des impressionnistes elle-même située sur la Seine. Pour ce projet, Links Mitte Rechts, l’artiste utilise comme matériau l’un des éléments environnant du Cneai : l’eau. Elle crée une déviation pour faire passer l’eau de la Seine d’une rive à l’autre en passant par le bâtiment du Cneai.
    Links Mitte Rechts de Katinka Bock sera visible au Cneai du 17 octobre au 5 décembre 2015.

     






    __________________

    Le projet et l’exposition Zarba Lonsa de Katinka Bock ont été produits par Les Laboratoires d’Aubervilliers avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis et de la Direction régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France - Ministère de la Culture et de la Communication.

     


    0 0

    non
    12. Décembre 2015 - 16:30» 18:00
    Samedi 12 décembre 2015, 16h30-18h00


    Pour l'exposition Zarba Lonsa, conclusion de sa résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers entamée en février 2015, Katinka Bock a demandé à Clara Schulmann, historienne de l'art et du cinéma, de réaliser un texte sur le projet développé et le travail exposé. Le texte écrit par Clara Schulmann est publié dans la petite édition limitée remise aux visiteurs de l'exposition. Ce texte fait également l'objet de la performance réalisée par Clara Schulmann et Katinka Bock qui prend la forme d'une lecture.

    La lecture, réalisée le soir du vernissage, est "redite" samedi 12 décembre 2015, à 16h30.




     

     


    photos :

    Kartinka Bock, Zarba Lonsa, 2015 © Katinka Bock
    courtesy Meyer Riegger Berlin/Karlsruhe et Jocelyn Wolff Paris

    Kartinka Bock, Zarba Lonsa, Lecture et Liegenden 2015
    © Ouidade Soussi-Chiadmi / courtesy Meyer Riegger Berlin/Karlsruhe et Jocelyn Wolff Paris


    Standard

    Mots-clés: 

    • performance
    • lecture

    0 0

    non
    12. Décembre 2015 - 16:30» 18:00
    Samedi 12 décembre 2015, 16h30-18h00

     

    For the exhibition Zarba Lonsa, which marks the end of her residency at Les Laboratoires d'Aubervilliers since February 2015, Katinka Bock asked Clara Schulmann, art and cinema historian, to write a text on the developed project and the work exhibited. The text written by Clara Schulmann is published in small limited edition given to visitors at the exhibition and is also the subject of the performance directed by Katinka Bock Clara Schulmann and which takes the form of a sort of a reading.

    The reading, conducted during the opening is "repeated" Saturday 12th December, 2015, at 4:30 pm





     

     


    photos :

    Kartinka Bock, Zarba Lonsa, 2015 © Katinka Bock
    courtesy Meyer Riegger Berlin/Karlsruhe et Jocelyn Wolff Paris

    Kartinka Bock, Zarba Lonsa, Lecture et Liegenden 2015
    © Ouidade Soussi-Chiadmi / courtesy Meyer Riegger Berlin/Karlsruhe et Jocelyn Wolff Paris


    Standard

    Mots-clés: 

    • performance
    • reading

    0 0

    non
    0
    • Residency 2015
    • Sculpture
    • Exhibition


    ZARBA LONSA
    Form 16th October to 19th December 2015
    Opening Thursday 15th October 2015, at 6 pm

     

    During her explorations in the Quatre-Chemins neighbourhood near Les Laboratoires d’Aubervilliers, Katinka Bock was particularly struck by the number of shops located around the crossroads and surrounding streets. The diversity of businesses and the continuous flux of passers-by and local residents led the artist to set up and activate an exchange process with some of the shopkeepers. The artwork thus became the focus of a freely developed relation, unfettered by the rules and regulations of the art institution, allowing her to engage in a novel interrogation of the value, meaning and status of object exchange, including the exchange of art objects.

    This project is grounded not only in the question of exchange but also in a desire to create a trajectory or flow of artworks between the street and the exhibition space, bringing into relief a key aspect of Katinka Bock’s work: the close bond between what is seen and what is not seen, between the here and the elsewhere/ home and away. This exchange is the starting point of the exhibition process and of an experience that the artists wishes to share. As with her work in general, in this project the narrative is minimal and wholly contained in the micro-shifts she creates, leaving participants free to interpret and appropriate the project as they wish. The exchanged objects then underwent a process of transformation giving rise to a new series of sculptures, an installation and a film screened across various spaces of Les Laboratoires d’Aubervilliers. 

    Katinka Bock is a German-born artist living in Paris. Her projects are always produced in relation to the environment in which the work will be presented. Ever attentive to the fact that an art space generates extra-ordinary uses and experiences, she endeavours to render the elements that make for the specificity of such spaces visible by closely relating them to their surrounding context. She taps into minute elements and characteristics of the sites she engages with, building her project from the tiniest details that tend to go unnoticed, which might include anything from architectural, urban, social, climatic, temporal and spatial aspects of the site in question.


    Two public readings by Katinka Bock and Clara Schulmann (art historian) have been scheduled alongside the exhibition:

    Thursday 15th October 2015, 7:30 pm
    Saturday 12th December 2015, 4:30 pm


    The exhibition is open from Monday to Friday, from 11:00 am to 6:00 pm and Saturday from 1:00 to 6:00 pm.






    ////////////////


    In addition to this project, on the invitation of Jacob Fabricius, Katinka Bock will be presenting an installation at the Cneai in Chatou, located on the Île des impressionists (Island of Impressionists) on the river Seine. For this project, Links Mitte Rechts, the artist has used water, one of the elements surrounding the Cneai site. She has created a diversion, making the Seine river water pass from one bank to the other via the Cneai building.
    You can see Katinka Bock’s Links Mitte Rechts project at the Cneai from 17th October to 5th December 2015.

     






    __________________

    The project and the exhibition Zarba Lonsa by Katinka Bock were produced by Les Laboratoires d'Aubervilliers with the support of the Department de la Seine-Saint-Denis and the Direction régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France - Ministère de la Culture et de la Communication.

     


    0 0

    non
    16. Décembre 2015 - 15:00» 18:00
    Wednesday 16th December 2015, 3:00 - 6:00 pm


    Réflexions militantes



    Let’s start a discussion about the commodification of nature and let’s take medicinal plants and forbidden, travelling, invasive, undesirable and hallucinogenic plants as the protagonists of these exchanges.

    For this third workshop, La Semeuse invites you to come and visit the’ Jardins ouvriers des Vertus’ allotments that sprung up in Aubervilliers in 1905 near the Fortifs on what was non-development land at the time. This will be an opportunity to meet experienced gardeners who will be revealing the secrets of the plants in these allotments and the history of Aubervilliers in relation to agriculture in the Île-de-France region over the last two centuries. 

    Returning to La Semeuse ground, we will be discussing Pierre Lieutaghi’s work, an ethnobotanist attached to the Museum national d’histoire naturelle, in particular via an interview published in the January issue of Jef Klak titled “On ne peut plus se passer de printmeps, parce qu’on n’a plus d’espérance. Plantes, science moderne et pensée magique”. (We can no longer do without Spring. Plants, modern science and magical thought). 

    For this workshop: Meet us at Fort d’Aubervilliers metro station on metro line 7 at 2.50 pm. We will be setting off to the ‘Jardins ouvriers des Vertus’ at 3 pm sharp.

    These workshops are free of charge, open to all and can be joined at any point in the year. They will run one Wednesday per month from 4 pm to 6 pm. Booking is required: reservation@leslaboratoires.org

     







    photos : tous droits réservés

     

    Labo des Labos

    0 0

    non
    16. Décembre 2015 - 15:00» 18:00
    Mercredi 16 décembre 2015, 15h-18h


    Réflexions militantes



    Engageons une discussion autour de la marchandisation de la nature et prenons les plantes médicinales, interdites, voyageuses, invasives, indésirables, hallucinogènes et autres comme protagonistes de ces échanges.

    Pour ce troisième atelier, La Semeuse vous propose d’aller visiter les Jardins ouvriers des Vertus, qui apparaissent à Aubervilliers en 1905 sur une zone à l’époque non constructible vers les Fortifs. Ce sera ainsi l'occasion d’aller à la rencontre de jardiniers avertis qui dévoileront les secrets des plantes potagères albertivillariennes, ainsi que l’histoire d’Aubervilliers au regard de l’agriculture francilienne au cours des deux derniers siècles.

    De retour dans le jardin de La Semeuse, nous discuterons de la pensée de Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste attaché au Museum national d’histoire naturelle, à travers notamment un entretien paru dans le numéro de janvier de la revue Jef Klak et intitulé “On ne peut plus se passer de printemps, parce qu’on n’a plus d’espérance. Plantes, science moderne et pensée magique”.


    Pour cet atelier, RENDEZ-VOUS EXCEPTIONNELà la station Fort d'Aubervilliers sur la ligne 7 du métro, à 14h50, départ en direction des Jardins à 15h précise.

    Ces ateliers sont gratuits, ouverts à tous et peuvent être rejoins à tout moment de l'année. Ils ont lieu un mercredi par mois de 16h à 18h sur inscription à reservation@leslaboratoires.org

     







    photos : tous droits réservés

     

    Labo des Labos

    0 0

    non
    17. Décembre 2015 - 16:00» 18:00
    Jeudi 17 décembre 2015, 16h-18h



    Cette année, Les Laboratoires d’Aubervilliers reconduisent les ateliers de lecture qui, tous les quinze jours, proposent de mener collectivement recherches et réflexions autour d’une problématique spécifique abordée depuis différentes disciplines (l’art, les sciences humaines, la politique). Ces ateliers participent à la construction du « Printemps des Laboratoires », programmation qui se décline tout au long de l’année via des workshops, tables rondes, projections jusqu’à l’avènement d’un moment public intense. Ce rendez-vous public, qui aura lieu les 4 et 5 juin 2016, en constitue la mise en perspective finale à une échelle internationale. Cette programmation est articulée chaque année autour d’une notion spécifique ; cette année il s’agit de « La psychotropification de la société ».

    Cette expression, associant les termes « psychopharmacie » et « tropisme », désigne le mouvement exponentiel de prescriptions et de consommation de médicaments dans le cadre du traitement des troubles mentaux et psychologiques. En pointant ce « tropisme » notre intention est de démontrer que derrière la normalisation de ces prescriptions s’érige une  idéologie fascisante qui infiltre et dirige les sociétés occidentales, davantage préoccupées par la liberté d’action à conférer à l’industrie pharmaceutique qu’aux individus qui les composent.

    Pour mener à bien cette réflexion collective qui traitera des effets de normalisation sous-tendus derrière le phénomène décrit, de l’état de la psychiatrie actuelle et de la place accordée à la maladie et à la folie dans notre société, nous vous proposons de nous réunir, un jeudi sur deux, à partir du 22 octobre, de 16h à 18h. Un ou plusieurs textes sont proposés et/ou choisi à chaque atelier pour le suivant.


    Atelier # 5

    Ce cinquième atelier est l'occasion de recevoir le collectif Dingdingdong pour la présentation des deux textes qui seront étudiés ce jour-là : le manifeste dingdingdong d'une part et le chapitre 7 de l'ouvrage de Vincianne Despret Au bonheur des morts, Récits de ceux qui résistent (paru en 2015 aux éditions La Découverte), intitulé « Faire confiance aux esprits. Enquête sur les modes d'apostrophe », pp. 155 à 180, d'autre part.

    Ces deux textes seront mis en regard comme deux situations à la fois fréquentes et exceptionnelles : l'annonce d'une maladie incurable (la maladie de Huntington réfléchie par Dingdingdong) et les relations que les vivants entretiennent avec leurs morts (décrites dans le nouvel ouvrage Au bonheur des morts de la philosophe Vincianne Despret). Ces deux situations sont explorées en tant que d'une part elles révèlent une nécessité d'inventivité des gestes à leur égard et à l'égard des manières de les penser et de les vivre, et que d'autre part elles ne sauraient être domestiquées impunément par la psychologie.


    Photo : "Une écologie des morts avec Vinciane Despret et ses invités", vidéo de Hanna Hurtzig



    Pour consulter un résumé des ateliers précédents ainsi que des textes ayant été précédemment étudiés, vous pouvez vous reportez à la synthèse des Ateleliers de lecture / Psychotropification de la Société.



    Les textes sont décidés par le groupe et lus en amont de chaque atelier. Ces ateliers sont gratuits et ouverts à tous, ils ont lieu le jeudi tous les quinze jours de 16h à 18h sur inscription.
    Pour obtenir les textes étudiés, les compte-rendus de session, ou vous inscrire, contactez Sarah Papon: s.papon@leslaboratoires.org


    Dates: les jeudi 22 octobre, 5 et 19 novembre, 3 et 17 décembre, 7 et 21 janvier, 4 et 18 février, 10 et 24 mars, 7 avril (de 16h à 18h).

    Labo des Labos

older | 1 | .... | 65 | 66 | (Page 67) | 68 | 69 | .... | 123 | newer