Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


older | 1 | .... | 32 | 33 | (Page 34) | 35 | 36 | .... | 123 | newer

    0 0
  • 01/29/14--06:52: Le Kung Fu: première
  • oui
    12. Juin 2014 - 20:00» 22:00
    Jeudi 12 juin 2014, 20h



    Le Kung Fu , une pièce de et par Dieudonné Niangouna

    Le metteur en scène et écrivain congolais Dieudonné Niangouna explore un théâtre de l’urgence au verbe poétique, vif et acéré, emprunt de son histoire personnelle et des conflits qui ont traversé son pays. À Aubervilliers, il revisite les expériences cinématographiques qui ont marqué son enfance et en particulier les films de Kung Fu: «J’ai raconté des films à mes frères, sœurs, grands et petits, à mes cousins, mes tantes, mes oncles, à des amis, à des inconnus, à des vieillards, à des bébés, à des chiens aussi. J’ai raconté près de deux mille cinq cents films dans ma vie, et sans me fatiguer. Tous les jours de ma vie, entre cinq et seize ans».

    Avec Le Kung Fu, Dieudonné Niangouna puise dans les souvenirs liés à son histoire avec le cinéma, celle des blockbusters des années 70 et 80 dans les cinéclubs de Brazzaville au Congo, ou avec son père, grand amateur de films d’auteur. Avant d’explorer l’imaginaire du théâtre, du texte et de la mise en scène, il y eut donc celui du cinéma, et particulièrement les films de Kung Fu. Le Kung Fu est un concept à travers lequel Dieudonné Niangouna explore sa passion pour le cinéma mais également les histoires personnelles que nous entretenons tous avec le cinéma, quelles que soient la génération et la culture à laquelle nous appartenons. Sur scène, le solo Le Kung Fu met ainsi en jeu son propre récit entrecoupé par la projection des séquences de films tournées avec une vingtaine d’habitants d’Aubervilliers. Des scènes cultes choisies par les habitants, livrant face à la caméra une représentation d’eux-mêmes joueuse, joyeuse et décalée, dans les rues et les espaces publics d’Aubervilliers.   


    Première les 12 et 13 juin 2014 aux Laboratoires d'Aubervilliers
    Entré libre, sur réservation: reservation@leslaboratoires.org et 0153561590


    Dieudonné Niangouna (texte, mise en scène et jeu), Laetitia Ajanohun (collaboration artistique), Wolfgang Korwin (vidéo), Nicolas Barrot (régie générale), Laurent Vergnaud (création et régie lumière), Patrick Janvier et Charlotte Humbert (construction décors), Antoine Blesson assisté de Léa Couqueberg (administration, production et diffusion).


    Avec (tournage des scènes): François Corbeau (La Ruée vers l’or) ; Nemo Gielen (La Guerre des étoiles, L’Empire contre attaque) ; Agnès Hauenstein (Peau d’âne) ; Pauline Hurel, avec Stéphane Guez, Aurélie Rames, Franck Poupon, Malek Semaani et Habib François (La Cité de la peur) ; Nathalie Incorvaïa (Il était une fois dans l’Ouest) ; Barbara Coffy (À bout de souffle) ; Maurice Kaboré (Le Vieil homme et la mer) ; Nourredine Kaddouri (Indiana Jones et les Aventuriers de l’arche perdue) ; Fanta Kanté, avec Sabrina, Chantale et Moussokoye (Big Mamma) ; Sabrina Ouhrani et Ilyan Ouhrani (Case départ) ; Serge Sapim et Lydia Cupidin, avec Olivier Nestor et Maurice Kaboré (La Fureur de vaincre) ; Michèle Sully, avec Maxime Lemonnier (Hôtel du Nord).


    Production déléguée : Le Grand Gardon Blanc, Cie Les Bruits de la Rue, les Laboratoires d’Aubervilliers. Coproduction : Künstlerhaus Mousonturm, Francfort. Partenaires financiers : Région Île-de-France dans le cadre des résidences d’écrivain, La Cie Les Bruits de la Rue est soutenue par le Ministère de la Culture et de la Communication -  DRAC Île-de-France.
    Pièce créée en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers.

    Merci à nos collaborateurs d’Aubervilliers : l’équipe d’animation du quartier Paul Bert, la Fripouille, l’association Lumière.

    Image: Wolfgang Korwin

    Standard

    Mots-clés: 

    • théâtre
    • première

    0 0
  • 07/03/13--07:05: Présentation
  • non
    La Coalition

    Les Laboratoires ont accompagné durant deux ans la Compagnie Louma / Alain Michard pour la création d'une pièce intitulée La Coalition. Au coeur du projet se posait la question de la communauté au travail. Quel espace commun le travail réalise-t-il, à quelle utopie de société celui-ci correspond-il, et comment, au-delà du temps de travail et du cercle de complicité, la forme spectaculaire en est-elle le prolongement? Ainsi, pour la création de La Coalition, chacun des artistes réunis par Alain Michard au sein de la compagnie a assumé de façon autonome la préparation d’une ou plusieurs séquences, une ou plusieurs matières de travail. Après quoi, les fruits de ces préparations ont été mis en jeu au sein de phases collectives. Pendant le cours de sa résidence, Alain Michard a présenté au public le Centre de documentation, activation des différents matériaux de références (textes, images, films…) servant à la création de La Coalition. Cette forme mobile a circulé en 2004 dans le département de la Seine-Saint-Denis, en partenariat avec des bibliothèques du département : Bibliothèque Jules Verne à Pantin, Bibliothèque municipale de Saint–Ouen, Studio du département danse de l’Université Paris -VIII, Saint-Denis. Le Centre de Documentation a été réactivé sous d’autres formes au CNDC d'Angers en décembre 2004, au Triangle (Rennes) en janvier 2005. Le 3e volet de La Coalition se déroulera au Chorégraphique National de la Région Bretagne en janvier 2005.


    OUVERTURE 1

    Ouverture du Centre de documentation
    12-13 décembre 2003

    Le Centre de documentation fait partie intégrante de la pièce la Coalition, présentée aux Laboratoires au printemps 2004. Le principe du Centre de documentationétait de présenter dans l’espace (la pièce/le lieu) et dans le temps (une séquence) de la Coalition, non seulement les sources qui l’ont alimentée, mais aussi, par extension, tous les matériaux bruts (textes, images, films…) et toutes les références qui en constituaient l’arrière-plan. Avec : Manuel Coursin, Nicolas Floc’h, Anne Collod, Philippe Boutier, Alain Michard, Elise Olhandéguy, Mathias Poisson, Annabelle Pulcini et Théo Kooijman. Co-production Louma / Les Laboratoires d’Aubervilliers. Avec le soutien du Conseil général de la Seine-Saint- Denis, du Centre Chorégraphique National de Rennes et de Bretagne (accueil studio) et de la Drac Bretagne.


    OUVERTURE 2

    28-29-30 avril 2004

    La Coalition réunissait Manuel Coursin, Nicolas Floc’h, Anne Collod, Philippe Boutier, Alain Michard, Elise Olhandéguy, Mathias Poisson, Annabelle Pulcini et Théo Kooijman. Co-production Louma / Les Laboratoires d’Aubervilliers. Avec le soutien du Conseil général de la Seine Saint-Denis, du Centre Chorégraphique National de Rennes et de Bretagne (accueil studio) et de la Drac Bretagne.


    0 0
  • 05/26/14--06:06: Alain Michard
  • non

    tag artiste: 

    Alain Michard

    Type d’artiste: 

    Author

    Né en 1963, vit à Rennes, France.
    Alain Michard est chorégraphe et artiste visuel. A partir de la danse, sa «base historique», il mène parallèlement plusieurs projets artistiques, se saisissant tour à tour de différents médiums (musique, film, photographie, texte). Il associe fréquemment d’autres artistes à ses projets sous forme de collaborations, mais aussi des amateurs et les habitants des lieux où ils se réalisent. Ses pièces et réalisations sont traversées par la thématique du voyage et de l’errance. Elles se nourrissent et se déploient, pour une partie, dans l’espace public, travaillant sur la perception et l’imaginaire des villes et des paysages: BING d'après Beckett, Parkinson solo (2007-13), Promenades blanches (2006-14), Se fondre (2012). L'autre axe majeur de son travail se construit autour des notions d’Histoire collective de l’art, de mémoire vivante et de document: Ecole ouverte, J'ai tout donné, Mon Histoire avec la danse, Cours sauvages de l'histoire de l'art indompté,...
    Ses films vont du documentaire à la fiction, certains sont basés sur sa relation avec la danse (Ascension, Carton, Encore chaud...). Dernièrement, il a réalisé deux fictions: ON AIR en 2010, et Clandestine (long-métrage) en 2014.
    Alain Michard accompagne et produit d’autres artistes (Théo Kooijman, Laurent Pichaud, Mickaël Phelippeau, Alice Gautier, ...), dans le cadre de la direction artistique de festivals, de résidences et d’événements ponctuels, comme À domicileà Guissény (2007-09). Il a été interprète principalement pour Odile Duboc, Marco Berrettini, Boris Charmatz, Xavier Marchand (théâtre) et Judith Cahen (cinéma). Il a signé divers projets en collaboration avec, entre autres, les artistes Nicolas Floc'h, Mathias Poisson, Jocelyn Cottencin, Stalker, et les chorégraphes Mustafa Kaplan, Loïc Touzé... Il a été lauréat Villa Kujoyama/Kyoto (2001) et lauréat Villa Médicis «hors les murs»/Istanbul (2009).


    CRÉATIONS DE SPECTACLE ET AUTRES

    PIÈCES RÉCENTES
    J’ai tout donné (2013 / TU-Nantes), Thi sis no taper for mance (2013 / avec Mustafa Kaplan / festival les Hivernales d'Avignon), Parkinson (2013 / festival Agitato à Rennes - Le Triangle festival Parcours tout court à Kerguéhennec), Promenades blanches en collaboration avec Mathias Poisson (2012 / Marseille - Scène nationale du Merlan, Marne-la-Vallée - Scène nationale La Ferme du Buisson, Tokyo - Institut Français, Yokohama - Triennale de Danse et 2013 / Istanbul - Institut Français, Versailles - festival Plastique Danse Flore)

    POUR MÉMOIRE (sélection)
    Pièces détachées (2007 / Grande Halle de La Villette), Fwoodmasca (2005 / Centre Pompidou), La Coalition (2004 / les Laboratoires d'Aubervilliers)

    FILMS
    En danseuse (2014-2015, vidéos / co-production CND et Cinémathèque de la danse), On air (2009, vidéo, 43' / avec Audrey Gaisan-Doncel et Pascale Paoli / co-production La Grande Halle La Villette et CNDC Angers), Ombre et Poële (2005, vidéos / études d’après la pièce chorégraphique Fwoodmasca avec Catherine Legrand), Encore chaud (2003, vidéo, 70’ / Documentaire sur le remontage de la pièce de Dominique Bagouet Jours étranges, à Dublin), Carton (2003, vidéo, 12’ / en collaboration avec Nicolas Floc’h / co-production du FRAC Nord-Pas-de-Calais), Ascension (2000, 16mm, 17’ / d’après AATT ENEN TIONON, chorégraphie de Boris Charmatz)

    AUTRE PROJETS
    École ouverte (2013-2014 / projet sur l'Histoire de l'art comme espace collectif de partage), Festival À domicile (2007-2009 / Guissény / conception et direction de résidences In situ sur le paysage, avec participation des habitants), Revue Louma (2005-2006 / sur les relations de la danse avec d'autres arts, avec notamment un focus sur les films d'Alain Cavalier  / avec le TNT- Bordeaux, le cinéma Utopia, et le Festival Novart)

    ENSEIGNEMENT
    Workshops dans les écoles d'art (Rennes, Nantes, Istanbul), d'architecture (Rennes, Tokyo, Kyoto), du paysage (Versailles), de danse (Angers, Istanbul)

    PUBLICATIONS
    J'ai tout donné (2012 / pour « S/M/L/XL », N°7 / co-production avec C.C.Colombier et la Biennale d’art contemporain de Rennes), Se rendre (2011 / édition Lieuxcommuns pour Au bout du plongeoir), Journal d’anticipation (2010 / réalisation de J. Cottencin pour les Ateliers de Rennes - Biennale d’art contemporain de Rennes), Carte blanche de promenade (2006 / avec Mathias Poisson / pour le TNT Bordeaux-Manufacture de chaussures, Festival Novart), Cartes postales de promenades Naples (2005 / avec Mathias Poisson / commande des Stalker / Musée PAN)

    - à venir, en 2014: Promenades blanches / éditions Wildproject


    0 0
  • 05/26/14--06:39: Myriam Lefkowitz
  • non

    tag artiste: 

    Myriam Lefkowitz

    Type d’artiste: 

    Author

    Myriam Lefkowitz is a performer, born in 1980 and based in Paris. She is the director of the Cie Débribes, founded in 2004. She's mainly directing choreographical projects questionning the relation between motion and gaze. Since 2009, her work has been focusing on the project Walk, hands, eyes (a city), a perceptive experience working on the relation between walking, seing and touching in the urban environment. The project will be presented at the 55th Venice Biennale and was presented by Kunsteverein NY, by LWS gallery Paris, by the French cultural Institute Stuttgart, by the Dance Festival of Buneos Aires, by the Usine in Geneva. In 2011, she takes part in the master of experimentation in Art and Politics (SPEAP, Sciences Po Paris) founded by Valérie Pihet and Bruno Latour. Through this program she's been adapting her choreographical tools to the issue of urban renovation in the Parisian suburbs (Epinay sur Seine, Mains d'Oeuvres associated artist)


    0 0

    oui
    12. Mai 2014 - 10:00» 13. Juillet 2014 - 22:00
    Du 12 mai au 14 juillet 2014

    1001 plantes auberfabrik

    En réponse à l’invitation de La Semeuse, Yes We Camp intervient d’avril à juillet 2014 sur un terrain en friche du quartier des Quatre-Chemins à Aubervilliers: "Nous proposons aux habitants et aux équipes locales de prendre part à la conception et la mise en œuvre d’un programme d’occupation permanente du site pendant 10 semaines. L’objectif est de mettre en place un programme d’activités et des aménagements permettant l’ouverture et l’activation d’un espace public, dont les habitants sont les principaux acteurs et bénéficiaires. Notre travail consiste aussi à permettre aux habitants d’investir le lieu durablement, après notre départ.
    Notre manière d’intervenir est ancrée dans des actions simples, du quotidien, dont nous serons partie prenante, le “faire” étant une manière d’inviter à faire: marcher, construire, jardiner, se reposer, manger, accueillir, être accueillis. Ces usages devront avant tout inciter au partage et à l’échange. Les processus de construction favoriseront les recyclage des matériaux, la valorisation des déchets, les pratiques éco-citoyennes. Les techniques mises en oeuvres devront être facilement transmissibles au plus grand nombre. Cette expérience de création d’un espace de cohabitation veut questionner la notion de vivre ensemble et de participation citoyenne. L’appropriation et la requalification par les habitants d’un terrain en transition, après la destruction des bâtiments existants et avant la construction des nouveaux édifices, est aussi un questionnement sur l’histoire et le devenir de ce quartier.
    Vous êtes une association, un groupe actif dans le quartier des Quatre Chemins ou simplement un habitant ? Chez Albert, c’est chez vous ! Participez à l’aménagement de la friche de la rue Lécuyer. Proposez un atelier, organisez un tournoi sportif ou une fête d’anniversaire. Passez boire le thé et profitez des lieux."

    Calendrier
    31 mars – 4 avril 2014: rencontrer, débattre et recueillir les envies
    L’équipe de Yes We Camp va à la rencontre des habitants et des associations du quartier pour présenter le projet et recueillir les idées et les souhaits de chacun. Une première visite de la friche est organisée.

    20 – 24 mai: semer, dessiner et amorcer (chantier ouvert à tous!)
    Albert se prépare: nettoyage, débroussaillage, jardinage et tracé du plan d’occupation du site. Les discussions avec les voisins se poursuivent et la programmation de l’été se précise. Un grand déjeuner est organisé dans la friche pour clore cette semaine de travail.

    12 mai – 15 juillet: construire, expérimenter et faire vivre
    C’est le chantier! Tout le monde participe, gros bras et petites mains. Début juin, le lieu ouvre lieu au public avec une belle fête d’inauguration. L’aménagement du site continue pendant l’été. Chez Albert devient tour à tour un lieu de détente et de promenade, un terrain de sport, une aire de pique-nique, une piste de danse, un atelier à ciel ouvert etc…


    Infos et actualités sur les blogs de Chez Albert et La Semeuse


    Image: Le préau de l'espace, T.A./Yes We Camp, CC by-nc-sa 2.0


    La friche Chez Albert bénéficie du soutien de la Ville d'Aubervilliers

    Standard

    Mots-clés: 

    • chantier collaboratif
    • friche ouverte

    0 0
  • 01/22/14--01:45: Présentation
  • non
    L'Odyssée Laboratoires

    Sybille Cornet souhaite créer une conférence-spectacle légère d’initiation et de sensibilisation aux arts de la scène contemporaine et à la démarche des Laboratoires d’Aubervilliers. Le projet s’articulera autour de la création d’une conférence/spectacle suivie d’un dialogue avec le public. Pour mener à bien ce projet, Sybille Cornet mènera un travail avec des enfants d’Aubervilliers lors d’ateliers périscolaires à partir de décembre 2013.

    "La conférence-spectacle prendra la forme d’une fiction. Cette fiction sera légère et ludique. Interpellante et surprenante. L’idée est d’emmener les spectateurs en voyage. Un voyage inhabituel et déconcertant à travers des démarches d’artistes; ceux en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers. Cette conférence-spectacle est prévue pour être mobile et légère, pour s’installer très facilement et rapidement dans une classe pourvue d’un matériel d’occultation, mais aussi dans une salle de théâtre, ou dans tout lieu désirant la recevoir. La conférence-spectacle de 30 minutes maximum sera suivie d’une discussion avec le public. Mais il se  pourrait que la discussion soit partiellement ou totalement intégrée  au récit/fiction, si le récit comporte des parties interactives et qu’il paraît plus judicieux de les mixer plutôt que de les séparer.
    On suit le récit d’un personnage, totalement étranger aux Laboratoires. Tel Ulysse débarquant dans des contrées étranges aux règles, us et coutumes inconnues, notre personnage sera confronté au monde des Laboratoires d’Aubervilliers, et à toutes les îles que les Laboratoires contiennent, à savoir les mondes artistiques de chaque artiste en résidence. Notre Ulysse sera confronté à ces mondes auxquels tout d’abord il ne comprendra rien et qu’il devra apprendre à déchiffrer."

    Mots-clés: 

    • résidence
    • conférence
    • 2014
    • ateliers

    0 0
  • 06/02/14--07:00: Chez Albert, du 3 au 7 juin
  • non
    3. Juin 2014 - 12:00» 7. Juin 2014 - 20:00
    Du mardi 3 au samedi 7 juin 2014



    La friche Chez Albert est ouverte à tous, du mardi au samedi, entre 12h et 20h. Vous pouvez y accéder par le 52 rue Lécuyer et le 117 bd Jean Jaurès. C’est le nouveau raccourci piéton du quartier!

    Retrouvez chaque semaine Yes We Camp, jusqu'au 14/07:

         Mercredi 14h-16h: ateliers pour enfants (tous âges, entrée libre)

         Samedi 12h-15h: pique-nique / open barbecue.

         Samedi 15h-17h: jardinage (fabrication d’un deuxième keyhole garden)

    La vie difficile et joyeuse d'Ismaël Dupont par Sybille Cornet (4/06 et 7/06):
    Les premières représentations de la conférence-spectacle de Sybille Cornet, en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers, auront lieu chez Albert le mercredi 4à 15h et le samedi 7à 16h. Elles se dérouleront dans une cabane construite et déconstruite par Yes We Camp pendant toute la durée du projet. Chaque semaine, une ou deux représentations auront lieu Chez Albert.

    Carton Plein: rencontre (2/06)
    Cette semaine, La Semeuse et Albert invitent Carton Plein, association créée en octobre 2010 autour de la conception d’un espace public temporaire et expérimental de 2000m2, la Cartonnerie de Saint-Etienne. Après avoir progressivement investi les ateliers situés en face de la Cartonnerie pour en faire un lieu d’expérimentation collectif, l’association développe aujourd’hui ses activités sur d’autres terrains. Elle propose ici et ailleurs l’exploration sensible de sites, des installations artistiques in situ, des aménagements éphémères ou semi-pérennes, des temps de sensibilisation et d’échanges, un observatoire des usages et un cadre de recherche/expérimentation sur la fabrique de la ville. Carton Plein présentera sa démarche et ses projets Chez Albert lundi 2 juin à 19h


    Infos et actualités sur le blog de Chez Albert


    Image: Lisa George / Yes We Camp, CC by-nc-sa 2.0


    La friche Chez Albert bénéficie du soutien de la Ville d'Aubervilliers

    Standard

    Mots-clés: 

    • jardinage
    • ateliers
    • rencontre
    • conférence-spectacle

    0 0
  • 06/03/14--06:07: Le Kung Fu, représentation
  • non
    21. Novembre 2014 - 20:00» 22:00
    Vendredi 21 novembre 2014, 20h



    Le Kung Fu , une pièce de et par Dieudonné Niangouna

    Le metteur en scène et écrivain congolais Dieudonné Niangouna explore un théâtre de l’urgence au verbe poétique, vif et acéré, emprunt de son histoire personnelle et des conflits qui ont traversé son pays. À Aubervilliers, il revisite les expériences cinématographiques qui ont marqué son enfance et en particulier les films de Kung Fu: «J’ai raconté des films à mes frères, sœurs, grands et petits, à mes cousins, mes tantes, mes oncles, à des amis, à des inconnus, à des vieillards, à des bébés, à des chiens aussi. J’ai raconté près de deux mille cinq cents films dans ma vie, et sans me fatiguer. Tous les jours de ma vie, entre cinq et seize ans».

    Avec Le Kung Fu, Dieudonné Niangouna puise dans les souvenirs liés à son histoire avec le cinéma, celle des blockbusters des années 70 et 80 dans les cinéclubs de Brazzaville au Congo, ou avec son père, grand amateur de films d’auteur. Avant d’explorer l’imaginaire du théâtre, du texte et de la mise en scène, il y eut donc celui du cinéma, et particulièrement les films de Kung Fu. Le Kung Fu est un concept à travers lequel Dieudonné Niangouna explore sa passion pour le cinéma mais également les histoires personnelles que nous entretenons tous avec le cinéma, quelles que soient la génération et la culture à laquelle nous appartenons. Sur scène, le solo Le Kung Fu met ainsi en jeu son propre récit entrecoupé par la projection des séquences de films tournées avec une vingtaine d’habitants d’Aubervilliers. Des scènes cultes choisies par les habitants, livrant face à la caméra une représentation d’eux-mêmes joueuse, joyeuse et décalée, dans les rues et les espaces publics d’Aubervilliers.   


    Représentations les 19, 20 et 21 novembre 2014
    Entré libre, sur réservation: reservation@leslaboratoires.org et 0153561590


    Dieudonné Niangouna (texte, mise en scène et jeu), Laetitia Ajanohun (collaboration artistique), Wolfgang Korwin (vidéo), Nicolas Barrot (régie générale), Laurent Vergnaud (création et régie lumière), Patrick Janvier et Charlotte Humbert (construction décors), Antoine Blesson assisté de Léa Couqueberg (administration, production et diffusion).


    Avec (tournage des scènes): François Corbeau, Nemo Gielen, Agnès Hauenstein, Pauline Hurel, ,Stéphane Guez, Aurélie Rames, Franck Poupon, Malek Semaani, Habib François, Nathalie Incorvaïa, Barbara Coffy, Maurice Kaboré, Nourredine Kaddouri, Fanta Kanté, Sabrina, Chantale, Moussokoye, Sabrina Ouhrani, Ilyan Ouhrani, Serge Sapim, Lydia Cupidin, Olivier Nestor, Michèle Sully, Maxime Lemonnier.


    Production déléguée : Le Grand Gardon Blanc, Cie Les Bruits de la Rue, les Laboratoires d’Aubervilliers. Coproduction : Künstlerhaus Mousonturm, Francfort. Partenaires financiers : Région Île-de-France dans le cadre des résidences d’écrivain, La Cie Les Bruits de la Rue est soutenue par le Ministère de la Culture et de la Communication -  DRAC Île-de-France.
    Pièce créée en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers.

    Merci à nos collaborateurs d’Aubervilliers : l’équipe d’animation du quartier Paul Bert, la Fripouille, l’association Lumière.

    Image: Wolfgang Korwin

    Standard

    Mots-clés: 

    théâtre

    0 0
  • 06/03/14--06:36: Le Kung Fu, show
  • non
    21. Novembre 2014 - 20:00» 22:00
    Friday 21st November 2014, 8 pm




    Le Kung Fu, a play by Dieudonné Niangouna

    Congolese writer and director Dieudonné Niangouna explores urgent theatre with poetic, vivid, acerbic text imbued with his personal story and the conflicts that his country has traversed. In Aubervilliers, he will return to the cinematographic experiences that marked his childhood, in particular, Kung Fu films: “I told the stories of films to my brothers, my sisters, big and little, to my cousins, aunts, uncles, friends, strangers, old people, babies and even to dogs. I told the story of some two thousand five hundred films in my life, without tiring of it. Every day of my life, between the ages of five and 16”.

    With Le Kung Fu, Dieudonné Niangouna tells his film stories, in Brazzaville cinemas of the 70s and 80s or with his dad, passionate about films d'auteur. Before exploring the imaginary world of theatre and writing, Dieudonné Niangouna explored the one of cinema. Le Kung Fu is a concept, through which he explores his own passion for cinema, as well as the relationship we all have with cinema. On stage, this solo shows his own story, interspersed with extracts of movies shot with Aubervilliers inhabitants. Cult scenes, that they choose and played in the city streets and public spaces.


    November 19th, 20th and 21st at 8 pm
    Free entrance on reservation at reservation@leslaboratoires.org and +33153561590


    Dieudonné Niangouna (text, direction, game), Laetitia Ajanohun (artistic collaboration), Wolfgang Korwin (video), Nicolas Barrot (technics), Laurent Vergnaud (creation and light), Patrick Janvier and Charlotte Humbert (settings), Antoine Blesson with Léa Couqueberg (administration, production and diffusion).


    With (extracts of movies): François Corbeau, Nemo Gielen, Agnès Hauenstein, Pauline Hurel, ,Stéphane Guez, Aurélie Rames, Franck Poupon, Malek Semaani, Habib François, Nathalie Incorvaïa, Barbara Coffy, Maurice Kaboré, Nourredine Kaddouri, Fanta Kanté, Sabrina, Chantale, Moussokoye, Sabrina Ouhrani, Ilyan Ouhrani, Serge Sapim, Lydia Cupidin, Olivier Nestor, Michèle Sully, Maxime Lemonnier.

    Production : Le Grand Gardon Blanc, Cie Les Bruits de la Rue, les Laboratoires d’Aubervilliers. Coproduction : Künstlerhaus Mousonturm, Francfort. Sponsors : Région Île-de-France, Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Île-de-France.

    Thanks to the people who helped us in Aubervilliers : the team of the quartier Paul Bert, la Fripouille, l’association Lumière.

    Image: Wolfgang Korwin

    Standard

    Mots-clés: 

    théâtre

    0 0
  • 06/03/14--06:36: Le Kung Fu, show
  • non
    20. Novembre 2014 - 20:00» 22:00
    Thursday 20th November 2014, 8pm




    Le Kung Fu, a play by Dieudonné Niangouna

    Congolese writer and director Dieudonné Niangouna explores urgent theatre with poetic, vivid, acerbic text imbued with his personal story and the conflicts that his country has traversed. In Aubervilliers, he will return to the cinematographic experiences that marked his childhood, in particular, Kung Fu films: “I told the stories of films to my brothers, my sisters, big and little, to my cousins, aunts, uncles, friends, strangers, old people, babies and even to dogs. I told the story of some two thousand five hundred films in my life, without tiring of it. Every day of my life, between the ages of five and 16”.

    With Le Kung Fu, Dieudonné Niangouna tells his film stories, in Brazzaville cinemas of the 70s and 80s or with his dad, passionate about films d'auteur. Before exploring the imaginary world of theatre and writing, Dieudonné Niangouna explored the one of cinema. Le Kung Fu is a concept, through which he explores his own passion for cinema, as well as the relationship we all have with cinema. On stage, this solo shows his own story, interspersed with extracts of movies shot with Aubervilliers inhabitants. Cult scenes, that they choose and played in the city streets and public spaces.


    November 19th, 20th and 21st at 8 pm
    Free entrance on reservation at reservation@leslaboratoires.org and +33153561590


    Dieudonné Niangouna (text, direction, game), Laetitia Ajanohun (artistic collaboration), Wolfgang Korwin (video), Nicolas Barrot (technics), Laurent Vergnaud (creation and light), Patrick Janvier and Charlotte Humbert (settings), Antoine Blesson with Léa Couqueberg (administration, production and diffusion).


    With (extracts of movies): François Corbeau, Nemo Gielen, Agnès Hauenstein, Pauline Hurel, ,Stéphane Guez, Aurélie Rames, Franck Poupon, Malek Semaani, Habib François, Nathalie Incorvaïa, Barbara Coffy, Maurice Kaboré, Nourredine Kaddouri, Fanta Kanté, Sabrina, Chantale, Moussokoye, Sabrina Ouhrani, Ilyan Ouhrani, Serge Sapim, Lydia Cupidin, Olivier Nestor, Michèle Sully, Maxime Lemonnier.

    Production : Le Grand Gardon Blanc, Cie Les Bruits de la Rue, les Laboratoires d’Aubervilliers. Coproduction : Künstlerhaus Mousonturm, Francfort. Sponsors : Région Île-de-France, Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Île-de-France.

    Thanks to the people who helped us in Aubervilliers : the team of the quartier Paul Bert, la Fripouille, l’association Lumière.

    Image: Wolfgang Korwin

    Standard

    Mots-clés: 

    théâtre

    0 0
  • 06/03/14--06:34: Le Kung Fu, show
  • non
    19. Novembre 2014 - 20:00
    Wednesday 19th November 2014, 8pm




    Le Kung Fu, a play by Dieudonné Niangouna

    Congolese writer and director Dieudonné Niangouna explores urgent theatre with poetic, vivid, acerbic text imbued with his personal story and the conflicts that his country has traversed. In Aubervilliers, he will return to the cinematographic experiences that marked his childhood, in particular, Kung Fu films: “I told the stories of films to my brothers, my sisters, big and little, to my cousins, aunts, uncles, friends, strangers, old people, babies and even to dogs. I told the story of some two thousand five hundred films in my life, without tiring of it. Every day of my life, between the ages of five and 16”.

    With Le Kung Fu, Dieudonné Niangouna tells his film stories, in Brazzaville cinemas of the 70s and 80s or with his dad, passionate about films d'auteur. Before exploring the imaginary world of theatre and writing, Dieudonné Niangouna explored the one of cinema. Le Kung Fu is a concept, through which he explores his own passion for cinema, as well as the relationship we all have with cinema. On stage, this solo shows his own story, interspersed with extracts of movies shot with Aubervilliers inhabitants. Cult scenes, that they choose and played in the city streets and public spaces.


    November 19th, 20th and 21st at 8 pm
    Free entrance on reservation at reservation@leslaboratoires.org and +33153561590


    Dieudonné Niangouna (text, direction, game), Laetitia Ajanohun (artistic collaboration), Wolfgang Korwin (video), Nicolas Barrot (technics), Laurent Vergnaud (creation and light), Patrick Janvier and Charlotte Humbert (settings), Antoine Blesson with Léa Couqueberg (administration, production and diffusion).


    With (extracts of movies): François Corbeau, Nemo Gielen, Agnès Hauenstein, Pauline Hurel, ,Stéphane Guez, Aurélie Rames, Franck Poupon, Malek Semaani, Habib François, Nathalie Incorvaïa, Barbara Coffy, Maurice Kaboré, Nourredine Kaddouri, Fanta Kanté, Sabrina, Chantale, Moussokoye, Sabrina Ouhrani, Ilyan Ouhrani, Serge Sapim, Lydia Cupidin, Olivier Nestor, Michèle Sully, Maxime Lemonnier.

    Production : Le Grand Gardon Blanc, Cie Les Bruits de la Rue, les Laboratoires d’Aubervilliers. Coproduction : Künstlerhaus Mousonturm, Francfort. Sponsors : Région Île-de-France, Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Île-de-France.

    Thanks to the people who helped us in Aubervilliers : the team of the quartier Paul Bert, la Fripouille, l’association Lumière.

    Image: Wolfgang Korwin

    Standard

    Mots-clés: 

    théâtre

    0 0
  • 06/03/14--06:31: Le Kung Fu, représentation
  • non
    20. Novembre 2014 - 20:00» 22:00
    Jeudi 20 novembre 2014, 20h



    Le Kung Fu , une pièce de et par Dieudonné Niangouna

    Le metteur en scène et écrivain congolais Dieudonné Niangouna explore un théâtre de l’urgence au verbe poétique, vif et acéré, emprunt de son histoire personnelle et des conflits qui ont traversé son pays. À Aubervilliers, il revisite les expériences cinématographiques qui ont marqué son enfance et en particulier les films de Kung Fu: «J’ai raconté des films à mes frères, sœurs, grands et petits, à mes cousins, mes tantes, mes oncles, à des amis, à des inconnus, à des vieillards, à des bébés, à des chiens aussi. J’ai raconté près de deux mille cinq cents films dans ma vie, et sans me fatiguer. Tous les jours de ma vie, entre cinq et seize ans».

    Avec Le Kung Fu, Dieudonné Niangouna puise dans les souvenirs liés à son histoire avec le cinéma, celle des blockbusters des années 70 et 80 dans les cinéclubs de Brazzaville au Congo, ou avec son père, grand amateur de films d’auteur. Avant d’explorer l’imaginaire du théâtre, du texte et de la mise en scène, il y eut donc celui du cinéma, et particulièrement les films de Kung Fu. Le Kung Fu est un concept à travers lequel Dieudonné Niangouna explore sa passion pour le cinéma mais également les histoires personnelles que nous entretenons tous avec le cinéma, quelles que soient la génération et la culture à laquelle nous appartenons. Sur scène, le solo Le Kung Fu met ainsi en jeu son propre récit entrecoupé par la projection des séquences de films tournées avec une vingtaine d’habitants d’Aubervilliers. Des scènes cultes choisies par les habitants, livrant face à la caméra une représentation d’eux-mêmes joueuse, joyeuse et décalée, dans les rues et les espaces publics d’Aubervilliers.   


    Représentations les 19, 20 et 21 novembre 2014
    Entré libre, sur réservation: reservation@leslaboratoires.org et 0153561590


    Dieudonné Niangouna (texte, mise en scène et jeu), Laetitia Ajanohun (collaboration artistique), Wolfgang Korwin (vidéo), Nicolas Barrot (régie générale), Laurent Vergnaud (création et régie lumière), Patrick Janvier et Charlotte Humbert (construction décors), Antoine Blesson assisté de Léa Couqueberg (administration, production et diffusion).


    Avec (tournage des scènes): François Corbeau, Nemo Gielen, Agnès Hauenstein, Pauline Hurel, ,Stéphane Guez, Aurélie Rames, Franck Poupon, Malek Semaani, Habib François, Nathalie Incorvaïa, Barbara Coffy, Maurice Kaboré, Nourredine Kaddouri, Fanta Kanté, Sabrina, Chantale, Moussokoye, Sabrina Ouhrani, Ilyan Ouhrani, Serge Sapim, Lydia Cupidin, Olivier Nestor, Michèle Sully, Maxime Lemonnier.


    Production déléguée : Le Grand Gardon Blanc, Cie Les Bruits de la Rue, les Laboratoires d’Aubervilliers. Coproduction : Künstlerhaus Mousonturm, Francfort. Partenaires financiers : Région Île-de-France dans le cadre des résidences d’écrivain, La Cie Les Bruits de la Rue est soutenue par le Ministère de la Culture et de la Communication -  DRAC Île-de-France.
    Pièce créée en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers.

    Merci à nos collaborateurs d’Aubervilliers : l’équipe d’animation du quartier Paul Bert, la Fripouille, l’association Lumière.

    Image: Wolfgang Korwin

    Standard

    Mots-clés: 

    théâtre

    0 0
  • 06/03/14--06:08: Le Kung Fu, représentation
  • non
    19. Novembre 2014 - 20:00
    Mercredi 19 novembre 2014, 20h



    Le Kung Fu , une pièce de et par Dieudonné Niangouna

    Le metteur en scène et écrivain congolais Dieudonné Niangouna explore un théâtre de l’urgence au verbe poétique, vif et acéré, emprunt de son histoire personnelle et des conflits qui ont traversé son pays. À Aubervilliers, il revisite les expériences cinématographiques qui ont marqué son enfance et en particulier les films de Kung Fu: «J’ai raconté des films à mes frères, sœurs, grands et petits, à mes cousins, mes tantes, mes oncles, à des amis, à des inconnus, à des vieillards, à des bébés, à des chiens aussi. J’ai raconté près de deux mille cinq cents films dans ma vie, et sans me fatiguer. Tous les jours de ma vie, entre cinq et seize ans».

    Avec Le Kung Fu, Dieudonné Niangouna puise dans les souvenirs liés à son histoire avec le cinéma, celle des blockbusters des années 70 et 80 dans les cinéclubs de Brazzaville au Congo, ou avec son père, grand amateur de films d’auteur. Avant d’explorer l’imaginaire du théâtre, du texte et de la mise en scène, il y eut donc celui du cinéma, et particulièrement les films de Kung Fu. Le Kung Fu est un concept à travers lequel Dieudonné Niangouna explore sa passion pour le cinéma mais également les histoires personnelles que nous entretenons tous avec le cinéma, quelles que soient la génération et la culture à laquelle nous appartenons. Sur scène, le solo Le Kung Fu met ainsi en jeu son propre récit entrecoupé par la projection des séquences de films tournées avec une vingtaine d’habitants d’Aubervilliers. Des scènes cultes choisies par les habitants, livrant face à la caméra une représentation d’eux-mêmes joueuse, joyeuse et décalée, dans les rues et les espaces publics d’Aubervilliers.   


    Représentations les 19, 20 et 21 novembre 2014
    Entré libre, sur réservation: reservation@leslaboratoires.org et 0153561590


    Dieudonné Niangouna (texte, mise en scène et jeu), Laetitia Ajanohun (collaboration artistique), Wolfgang Korwin (vidéo), Nicolas Barrot (régie générale), Laurent Vergnaud (création et régie lumière), Patrick Janvier et Charlotte Humbert (construction décors), Antoine Blesson assisté de Léa Couqueberg (administration, production et diffusion).


    Avec (tournage des scènes): François Corbeau, Nemo Gielen, Agnès Hauenstein, Pauline Hurel, ,Stéphane Guez, Aurélie Rames, Franck Poupon, Malek Semaani, Habib François, Nathalie Incorvaïa, Barbara Coffy, Maurice Kaboré, Nourredine Kaddouri, Fanta Kanté, Sabrina, Chantale, Moussokoye, Sabrina Ouhrani, Ilyan Ouhrani, Serge Sapim, Lydia Cupidin, Olivier Nestor, Michèle Sully, Maxime Lemonnier.


    Production déléguée : Le Grand Gardon Blanc, Cie Les Bruits de la Rue, les Laboratoires d’Aubervilliers. Coproduction : Künstlerhaus Mousonturm, Francfort. Partenaires financiers : Région Île-de-France dans le cadre des résidences d’écrivain, La Cie Les Bruits de la Rue est soutenue par le Ministère de la Culture et de la Communication -  DRAC Île-de-France.
    Pièce créée en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers.

    Merci à nos collaborateurs d’Aubervilliers : l’équipe d’animation du quartier Paul Bert, la Fripouille, l’association Lumière.

    Image: Wolfgang Korwin

    Standard

    Mots-clés: 

    théâtre

    0 0
  • 03/09/10--09:12: Partenaires & réseaux
  • Partenaires institutionnels:
    Les Laboratoires d’Aubervilliers sont une association régie par la loi 1901, subventionnée par la Ville d’Aubervilliers, le Conseil général de la Seine Saint-Denis, le Conseil régional d’Île-de-France, la Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France - Ministère de la culture et de la communication.



                      
     
                         
     

    Partenaires privés:
    Les Laboratoires développent une politique de partenariat axée sur le territoire d'Aubervilliers et de Seine Saint-Denis. Pour découvrir les multiples façons de vous engager à nos côtés, téléchargez ICI le dossier de partenariat, ou contactez Sorana Munteanu au 0153561590 et par e-mail.

    Réseaux
    :
    > Les Laboratoires sont membres de Tram, association fédérant depuis 30 ans des lieux engagés dans la production et la diffusion de l’art contemporain en Île-de-France. Aujourd’hui au nombre de 31, ils témoignent de la vitalité et de la richesse de la création artistique sur le territoire francilien.
    > Les Laboratoires sont membres fondateurs de Cluster, réseau international initié en juin 2011 rassemblant huit établissements d’art contemporain activement engagés sur leur territoire et intimement liés à leur environnement. Avec Casco – Office for Art, Design and Theoryà Utrecht, CAC Bretigny, les Laboratoires d’Aubervillers, Tensta Konsthallà Stockholm,  The Showroom à Londres, CA2M Centro Dos De Mayoà Madrid, The Israeli Center for Digital Artà Holon et Parasite Museum of Contemporary Artà Ljubljana. Cluster reçoit le soutien financier de la Fondation européenne pour la culture.

    WYSIWYG File insert: 


    0 0
  • 04/14/10--06:40: Partners & Networks
  • Partner institutions:
    Les Laboratoires d’Aubervilliers is a not-for-profit association underwritten by the Ville d’Aubervilliers, the Département de la Seine-Saint-Denis, the Conseil régional d’Île-de-France, the Ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Île-de-France).

                   


                  


    Networks:
    > Les Laboratoires is a member of Tram, a network of structures engaged in the production and exhibition of contemporary art in Île-de-France region. Today numbering 31, they give evidence of the vitality and the richness of artistic creation in the greater Parisian area. Art centres, museums, art schools, artists collectives, foundations, regional art collection (Frac), these places develop artistic projects of quality often in unexpected contexts. They carry out activities which are complimentary to production, exhibition, collecting, teaching, mediation, publishing.
    > Les Laboratoires is a funding member of Cluster, a network of eight internationally operating contemporary visual art organisations situated in residential areas on the peripheries of major cities in and outside Europe. Each of these organisations are actively involved in their local contexts, fostering their embeddedness within their surroundings. Cluster was initiated in June 2011 in order to facilitate internal and public exchange of knowledge about how these types of institutions function and also to establish further collaborations between them. Cluster members include Casco – Office for Art, Design and Theory, Utrecht; CAC Bretigny; Les Laboratoires d’Aubervillers; Tensta Konsthall, Stockholm;  The Showroom, London; CA2M Centro Dos De Mayo, Madrid; The Israeli Center for Digital Art, Holon; and Parasite Museum of Contemporary Art, Ljubljana. Cluster is financially supported by the European Cultural Foundation.



    0 0

    non
    29. Mai 2014 - 11:00» 1. Juin 2014 - 17:00
    From May 29th to June 1st (11am - 5pm)

     


    In the context of her research residency at Les Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz proposes four days of public openings. An opportunity to operate a first adjustment on a wandering project, initiated five years ago, focused on the modalities and the possible transformations of perception. During these four days, she will activate two experiential devices which constitute the core of her artistic practice.

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) is an experience for a spectator and a guide who, during an hour of silent walk in a given city, weave a specific relationship between walking, seing and touching.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille is also made for one spectator at a time. It consits in the experience of a motionless body plunged into darkness. The device relies on the sense of touch and on the sound space that spreads out around and with the spectator.

    This whole project is developped in collaboration with Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    On reservation only, for one or the other process, at 11am, 1pm, 3pm and 5pm, by phone at 01.53.56.15.90 or by e-mail at reservation@leslaboratoires.org


    Image: Undo / Redo. DR

    Standard

    Mots-clés: 

    perceptive experiences

    0 0

    non
    29. Mai 2014 - 11:00» 1. Juin 2014 - 17:00
    Du 29 mai au 1er juin (11h-17h)




    Dans le cadre de sa résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz propose quatre jours d'ouvertures publiques. Une occasion pour opérer une mise au point d’un projet itinérant entamé il y a cinq ans, d’enquête sur les modalités et transformations de la perception. Au cours de ces quatre jours, elle activera deux des dispositifs qui constituent le cœur de sa pratique. 

    Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers) est une expérience pour un spectateur et un guide, qui au cours d’une balade silencieuse d'une heure dans une ville, tissent une relation particulière entre marcher, voir et toucher.

    Et sait-on jamais dans une obscurité pareille s’adresse également à un seul spectateur à la fois, reposant cette fois-ci sur l’expérience d’un corps immobile plongé dans le noir, mis en mouvement par le toucher et l’espace sonore qui se déploie avec et autour de lui.

    Ce projet est développé en collaboration avec Julie Laporte, François Sardi et Jean Philippe Derail.


    Merci de bien vouloir prendre rendez-vous pour l'un ou l'autre dispositif, aux horaires suivants: 11h, 13h, 15h et 17h par teléphone au 01.53.56.15.90 ou par mail à reservation@leslaboratoires.org

    Standard

    Mots-clés: 

    expériences perceptives

    0 0

    oui
    4. Juin 2014 - 15:00» 12. Juillet 2014 - 17:00
    From June 4th till July 12th, 2014




    Have you heard of Ismaël Dupont? It is said, in Aubervilliers, that this modern times nomad had settled here, on an unbuilt piece of land. It is also said that he died, recently, out of laughing, after eating a delicious ice cream - he really loved laughing, it seems. His hut has remain intact, here in Aubervilliers. We would like to visit it. With you. So we offer you to discover the hard and joyful life of Ismaël Dupont.

    When?
    Saturdays 7, 14, 21 et 28 June, then 5 and 12 July at 4 pm.
    Wednesdays 4, 11, 18 and 25 June, then 2 and 9 July, at 3 pm.

    How?
    Free entrance, no booking. All ages.

    Where?
    "Chez Albert", 52 rue Lécuyer / 117 avenue Jean Jaurès, in Aubervilliers.

    Standard

    0 0

    oui
    4. Juin 2014 - 15:00» 12. Juillet 2014 - 17:00
    Du 4 juin au 12 juillet 2014




    Ismaël Dupont était un homme étrange, étonnant. C’était un poète nomade. Il venait d’arriver à Aubervilliers et s’était construit une cabane. Pour se faire plaisir, il était parti manger une glace, une glace à la rose. Mais voilà, Ismaël Dupont a trouvé cette glace si étonnante qu’il a rit, rit comme un fou et… en est mort. Mort de rire vous imaginez ? Venez vite visiter sa cabane tant qu’elle est encore sur pied!

    Quand?
    Les samedis 7, 14, 21 et 28 juin, puis les 5 et 12 juillet à 16h
    Les mercredis 4, 11, 18 et 25 juin puis les 2 et 9 juillet, à 15h

    Comment?
    Entrée libre, sans réservation. Tous âges.

    Où?
    Sur la friche "Chez Albert", 52 rue Lécuyer / 117 avenue Jean Jaurès, à Aubervilliers.

    Standard

    0 0

    non
    14. Juin 2014 - 14:00» 17:00
    Samedi 14 juin 2014, 14h-17h

    1001 plantes auberfabrik

    Fabrication collective d’un jardin de papier: venez créer l’illusion en transformant un espace urbain en jardin éphémère et onirique.
    Dans le cadre du projet 1001 Plantes et du "Jardin suspendu", Valérie Truong (Auberfabrik) vous propose de créer collectivement les éléments d'un jardin de papier. Les créations des participants ont pour objet de créer l’illusion en transformant un espace urbain en jardin éphémère et insolite. L'association du végétal et du papier permet de composer un environnement évolutif, extraordinaire et onirique. De plus, le jardin de La Semeuse reste ouvert et il sera toujours possible de planter, tailler, pailler, gratter...


    Entrée libre
    Renseignements: lasemeuse.aubervilliers@gmail.com et 06 95 85 01 61


    Image: DR

    Labo des Labos

    Mots-clés: 

    • atelier
    • arts plastiques

older | 1 | .... | 32 | 33 | (Page 34) | 35 | 36 | .... | 123 | newer